•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blanchiment d'argent : Rich Coleman, la dernière personnalité politique à témoigner

Le ministre de l'Énergie, des Mines et du Gaz naturel, Rich Coleman, en costume lors d'un point de presse

L'ex-ministre de l'Énergie, des Mines et du Gaz naturel, Rich Coleman, en 2013.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'ancien ministre libéral, Rich Coleman, a déclaré devant la commission d'enquête sur le blanchiment d'argent en Colombie-Britannique qu'il n'avait jamais demandé à gérer le portefeuille des jeux de hasard bien qu'il en a été responsable pendant plus de 10 ans.

Mardi, l'ex-ministre de l'Énergie, des Mines et du Gaz naturel, Rich Coleman, a clôturé les audiences de témoignages de quelques grandes figures politiques de l'échiquier provincial. Comme ses prédécesseurs, il répondait aux questions de l'enquête sur le blanchiment d'argent de la Commission Cullen qui se déroule en vidéoconférence.

Trois hommes en visioconférence.

L'ancien ministre libéral, Rich Coleman, témoigne dans une audience virtuelle de la Commission Cullen sur le blanchiment d'argent en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada

Ministre sous l'ère Campbell et Clark, Rich Coleman s'est vu confier la gestion des jeux de hasard de manière intermittente entre 2001 et 2013. Toutefois, a-t-il ajouté, il n'avait jamais demandé à gérer ce portefeuille, qui l'a suivi malgré lui.

Selon lui, les anciens premiers ministres provinciaux, Gordon Campbell et Christy Clark, l'avaient nommé ministre responsable du jeu pour des raisons allant de son expérience au remaniement des sièges politiques lorsque d'autres personnes quittaient le poste.

M. Coleman a affirmé que lorsqu'il a assumé la responsabilité du jeu pour la première fois en 2001, le blanchiment d'argent n'était pas considéré comme un problème majeur. Mais qu'à l'époque, les usuriers et les vols de véhicules dans les stationnements constituaient les plus grandes préoccupations.

Des dizaines de machines à sous se trouvent le long d'un mur.

Des milliards de dollars ont été blanchis en Colombie-Britannique, entre autres dans les casinos de la province.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Un rapport final attendu le 15 décembre

La Commission Cullen a également entendu des témoignages d'anciens enquêteurs sur les jeux qui ont soulevé certaines préoccupations auprès de Rich Coleman. Ils ont évoqué notamment l'argent suspect qui circulait dans les casinos et des liens possibles avec le crime organisé ainsi que le blanchiment d'argent.

Ils ont par ailleurs noté que peu de choses ont été faites pour régler ces problèmes.

Aux critiques selon lesquelles il a ignoré l'ampleur du blanchiment d'argent parce que son gouvernement comptait sur les recettes des casinos, M. Coleman a rétorqué que c'est juste ridicule.

Il n'y a jamais eu, à ce que j'ai vu, quelqu'un demander d'ignorer une source de revenus qui pourrait être illégale au profit du gouvernement. Cela ne s'est jamais produit.

Une citation de :Rich Coleman, ancien ministre libéral de la C.-B.

Le gouvernement a décidé de lancer une enquête publique sur le blanchiment d'argent en Colombie-Britannique en mai 2019, après que trois rapports ont décrit comment les secteurs de l'immobilier, des véhicules de luxe et des jeux ont été des canaux pour blanchir de l'argent sale dans la province.

L'enquête a débuté l'année dernière.

Le juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, Austin Cullen, est le commissaire qui doit déterminer les rouages de ce système qui a longtemps gangrené les finances de la province. Son rapport sur cette enquête est prévu à la mi-décembre.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !