•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prix de poésie : quels livres trouve-t-on sur la table de chevet des juges?

Une femme est dessinée sur la page couverture du recueil de poésie que l'on n'aperçoit pas en entier.

La couverture du recueil de poèmes «Les fleurs du mal», de Charles Baudelaire

Photo : Folio classique

Radio-Canada

Envie de vous laisser charmer par la musicalité d’un poème ou la prose ludique d’un roman? Les juges du Prix de poésie Radio-Canada 2021 Benoit Pinette (Tire le coyote), J.R. Léveillé et Lorrie Jean-Louis vous proposent leurs incontournables, qui vous permettront de découvrir des œuvres contemporaines et de redécouvrir des classiques.

Benoit Pinette

Un thé dans la toundra, de Joséphine Bacon (Mémoire d'encrier)

La page couverture est verte et brune.

«Un thé dans la toundra», de Joséphine Bacon

Photo : Mémoire d'encrier

Tu es musique
Tes nuages sont sans frontières
Quand ils s’approchent
Leurs odeurs se parfument de brume
Tu danses la pureté des gouttes
Les yeux éteints
Je perçois ta beauté
Tes mélodies
Je dépose du tabac
En offrande sur une pierre
Je te suis redevable
Pour ma liberté

Une citation de :Extrait du recueil de poésie Un thé dans la toundra

À écouter :Bâtons à message, Tshissinuatshitakana, de Joséphine Bacon

Là où fuit le monde en lumière, de Rose Eliceiry (Écrou)

La page couverture du livre a un fond jaune et blanc.

«Là où fuit le monde en lumière», de Rose Eliceiry

Photo : Écrou

j'ai tant parcouru ton visage
j'en ai fait des couleurs
l'aquarelle de mes souvenirs
ensemble on avait l'odeur du goudron et de l'eau de javelle
corps entier qui goûte la main d'œuvre
et le sel des petites semaines
si tu me lances un bâton j'irai chercher
ce qu'il reste de nous
des morceaux de bras à étreindre
des clavicules à se défoncer dans la bouche

Une citation de :Extrait du recueil de poésie Là où fuit le monde en lumière

Ornithologie, de Mathieu K. Blais (Le Quartanier)

La page couverture a un fond rouge.

«Ornithologie», de M. K. Blais

Photo : Le Quartanier

La télévision allumée jour et nuit.
À l’intérieur, des hommes et des femmes jouent à faire la vaisselle puis l’amour puis encore la vaisselle. Ils vaquent à leurs occupations en me regardant ne rien faire pour de vrai.
La somme des films que j’ai vus m’a composé une seconde vie plus enviable. Chaque fois qu’une célébrité nous quitte, je le prends personnel.

Une citation de :Extrait du recueil de poésie Ornithologie

J.R. Léveillé

Les fleurs du mal, de Charles Baudelaire (Gallimard)

Une femme est dessinée sur la page couverture.

La couverture du recueil de poèmes «Les fleurs du mal», de Charles Baudelaire

Photo : Folio classique

Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d'été si doux :
Au détour d'un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,

Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d'exhalaisons.

Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grande Nature
Tout ce qu'ensemble elle avait joint

Une citation de :Extrait du poème « Une charogne »

Pour les âmes, de Paul-Marie Lapointe (TYPO)

Sur la page couverture, les couleurs jaune, blanche et noire.

«Pour les âmes», de Paul-Marie Lapointe

Photo : TYPO

le corps se divise pour le plaisir
et la satisfaction
ainsi est cette âme
les objets se convoitent
les uns les autres
ainsi le corps se tend
il est l’arc de l’indienne
sa plus tendre peau
le tam-tam le plus sonore

Une citation de :Extrait du poème « Gravitations »

Regards et jeux dans l'espace, de Hector de Saint-Denys Garneau (BQ)

Sur la page couverture, un homme regarde devant lui.

«Regards et jeux dans l'espace», d'Hector de Saint-Denys Garneau

Photo : BQ

Je ne suis pas bien du tout assis sur cette chaise
Et mon pire malaise est un fauteuil où l'on reste
Immanquablement je m'endors et j'y meurs.

Mais laissez-moi traverser le torrent sur les roches
Par bonds quitter cette chose pour celle-là
Je trouve l'équilibre impondérable entre les deux
C'est là sans appui que je me repose.

Une citation de :Extrait du recueil de poésie Regards et jeux dans l'espace

Lorrie Jean-Louis

Exercices de style, de Raymond Queneau (Folio)

La couverture du livre contient un camion à ses différents stades de dessin.

«Exercices de style», de Raymond Queneau

Photo : Folio (Gallimard)

Ce que nous étions serrés sur cette plate-forme d’autobus! Et ce que ce garçon pouvait avoir l’air bête et ridicule! Et que fait-il? Ne le voilà-t-il pas qui se met à vouloir se quereller avec un bonhomme qui – prétendait-il! ce damoiseau! – le bousculait! Et ensuite il ne trouve rien de mieux à faire que d’aller vite occuper une place laissée libre! Au lieu de la laisser à une dame!

Deux heures après, devinez qui je rencontre devant la gare Saint-Lazare? Le même godelureau! En train de se faire donner des conseils vestimentaires! Par un camarade!

À ne pas croire!

Une citation de :Extrait de « Surprises », une des 99 versions d'une même histoire

La détresse et l'enchantement, de Gabrielle Roy (Boréal)

La couverture présente une femme assise sur des roches à côté du fleuve.

La couverture de «La détresse et l'enchantement», de Gabrielle Roy

Photo : Boréal

Quand donc ai-je pris conscience pour la première fois que j’étais, dans mon pays, d’une espèce destinée à être traitée en inférieure? Ce ne fut peut-être pas, malgré tout, au cours du trajet que nous avons tant de fois accompli, maman et moi, alors que nous nous engagions sur le pont Provencher au-dessus de la Rouge, laissant derrière nous notre petite ville française pour entrer dans Winnipeg, la capitale, qui jamais ne nous reçut tout à fait autrement qu’en étrangères. Cette sensation de dépaysement, de pénétrer, à deux pas seulement de chez nous, dans le lointain, m’était plus agréable quand j’étais enfant.

Une citation de :Extrait du roman La détresse et l'enchantement

À écouter : La petite poule d'eau, de Gabrielle Roy

L'écume des jours, de Boris Vian (Le livre de poche)

Les figurines d'un homme et d'une femme se regardent.

«L'écume des jours», de Boris Vian

Photo : Le livre de poche

Je lui ai demandé si elle aimait Jean-Sol Partre, elle m'a dit qu'elle faisait collection de ses œuvres... Alors je lui ai dit "Moi aussi..." et chaque fois que je lui disais quelque chose, elle répondait "Moi aussi...", et vice-versa... Alors, à la fin, juste pour faire une expérience existentialiste, je lui ai dit : "Je vous aime beaucoup" et elle a dit "Oh!"

Une citation de :Extrait du roman L'écume des jours

Vous écrivez de la poésie? Envoyez-nous vos textes inédits d’ici au 31 mai 2021!

Prix de poésie : Inscrivez-vous du 1er avril au 31 mai

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !