•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qualité de l’air à l'école : des classes à problèmes à Matane, Sept-Îles et New Richmond

De nombreux parents sont venus conduire leurs jeunes directement à l'école.

Sur quatre locaux testés à l'école Zénon-Soucy de Matane, un seul présentait des résultats acceptables lors des trois tests effectués (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Des écoles des organisations scolaires Eastern Shores et Monts-et-Marées présentent des concentrations de dioxyde de carbone (CO2) supérieures à 2000 parties par million (ppm), alors que la norme jugée acceptable est de 1500 ppm.

À la commission scolaire anglophone Eastern Shores, 13 % des locaux, soit 11 des 87 classes échantillonnées, dépassent la norme ministérielle de 1500 ppm.

Les écoles qui comprennent ces locaux sont les suivantes :

  • New Richmond High School (4 locaux)
  • Flemming Elementary School de Sept-Îles (3 locaux)
  • Centre de formation professionnelle (CFP) Northern Lights de Sept-Îles (3 locaux)
  • Escuminac Intermediate School (1 local)

La situation est particulièrement préoccupante au New Richmond High School et au CFP Northern Lights où on retrouve respectivement deux locaux et une classe qui présentent des concentrations de CO2 au-delà de 2000 ppm, ce qui nécessite la mise en place de mesures correctives dans un délai d’une semaine selon le ministère de l'Éducation.

La Commission scolaire Eastern Shores est l'organisation qui administre les écoles anglophones de la Gaspésie, des Îles-de-la-Madeleine, du Bas-Saint-Laurent et de la Côte-Nord.

La directrice des services financiers et matériels de la Commission scolaire Eastern Shores, Suzanne Ward, précise que des mesures de correction ont été mises en place.

Certains groupes où on avait l’espace ont été relocalisés, explique Mme Ward. On a planifié des travaux dans certains locaux et quand la relocalisation était impossible, on a augmenté les demandes et la fréquence de ventilation.

Une femme ouvre des fenêtres.

La majorité des écoles de la Commission scolaire Eastern Shores ne dispose pas de ventilation mécanique (archives).

Photo : Radio-Canada

Selon elle, c’est le non-respect des directives de ventilation naturelle qui est au cœur du problème, car la majorité des écoles de la Commission scolaire Eastern Shores ne dispose pas de système mécanique.

Quand on regarde le pourcentage d’ouverture des fenêtres, il n’était pas assez élevé, admet Mme Ward. On a beaucoup insisté, depuis que les résultats sont sortis, pour que les fenêtres et les portes soient ouvertes le plus souvent possible, même toute la journée lorsqu’il fait beau.

Un nouvel échantillonnage des locaux à problèmes est prévu d'ici la fin de la semaine.

La Commission scolaire Eastern Shores a commandé six échangeurs d'air au ministère de l'Éducation et l'école secondaire anglophone de New Richmond de même que le CFP Northern Lights pourront en bénéficier.

Plusieurs écoles matanaises font piètre figure

Au Centre de services scolaire Monts-et-Marées, 9 % des locaux où la qualité de l’air a été testée dépassent la concentration de dioxyde de carbone jugée acceptable.

Ce sont 11 des 121 classes échantillonnées qui présentent des résultats au-delà du seuil ministériel de 1500 parties par million de C02.

Plusieurs écoles matanaises font partie du lot :

  • Zénon-Soucy de Matane (3 locaux)
  • Bon-Pasteur de Matane (2 locaux)
  • Victor-Côté de Matane (2 locaux)
  • Noël-Fortin de Matane (1 local)
  • Saint-Victor de Matane (1 local)
  • l'école Monseigneur-Belzile de Saint-Ulric (2 locaux).

Dans les écoles Zénon-Soucy et Victor-Côté, une classe a même dépassé le taux de 2000 ppm de C02.

Des enfants au loin, dans une cour d'école.

Trois des quatre locaux échantillonnés à l'école primaire Zénon-Soucy de Matane ont présenté des résultats dépassant le seuil acceptable de 1500 ppm de C02. Un local a même dépassé le niveau de 2000 ppm (archives).

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis_Rad

Le directeur général du Centre de services scolaires Monts-et-Marée, Alexandre Marion, précise que des tests subséquents ont été réalisés et il assure que la concentration de C02 est revenue à un niveau acceptable lorsque les portes et fenêtres sont ouvertes fréquemment.

Pour moi, si les consignes de ventilation sont respectées, il n’y a pas d’enjeu de ventilation, on reste à l’intérieur de ce qui est demandé, affirme M. Marion.

Il y a vraiment une obligation d’ouvrir les fenêtres et d’assurer qu’on fasse circuler l’air pour le bien-être de tout le monde. Quand on le fait, ça fonctionne.

Une citation de :Alexandre Marion, directeur général du Centre de services scolaire Monts-et-Marées.

Le directeur du Centre de services scolaire Monts-et-Marées dit suivre de près le dossier de la qualité de l'air de ses écoles. Il n'exclut pas la possibilité de déménager des groupes dans d’autres locaux si d'autres tests démontraient que la qualité de l'air ne respecte pas les normes ministérielles.

On va rester aux aguets, affirme M. Marion. Ça va demeurer un souci et on va surveiller ça.

Les résultats se font attendre du côté des Chic-Chocs

Le Centre de services scolaire des Chic-Chocs n'a toujours pas dévoilé publiquement les données transmises au ministère de l'Éducation.

Nous rendrons publics les résultats des tests de qualité de l’air après en avoir informé les membres de notre personnel et les parents de nos élèves, indique la conseillère en communication, Marie-Noëlle Dion en précisant que l'information serait idéalement diffusée sur le site web de l'organisation scolaire cette semaine.

Alors que 48 % des classes québécoises n’atteignent pas la cible ministérielle en matière de qualité de l’air, ce taux s’élève à 58 % au CSS des Îles et à 39 % au CSS René-Lévesque.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !