•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transferts sans consentement : la coalition de la santé « choquée »

Un fauteuil roulant dans un couloir de maison de retraite.

« Les maisons de retraite ne sont pas des établissements de soins de santé », selon la OHC. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’Ontario prend un décret d’urgence temporaire qui permet aux hôpitaux de transférer des patients vers des foyers de soins de longue durée ou des maisons de retraite sans leur consentement.

La ministre de la Santé de l'Ontario indique qu'il s'agit d'une mesure pour répondre à l'engorgement des hôpitaux en raison du nombre grandissant de malades atteints de la COVID-19.

Or, la Ontario Heath Coalition (OHC, Coalition de la santé de l'Ontario, traduction libre) se dit choquée et en opposition vis-a-vis cette décision.

Selon la OHC, forcer des patients à passer d'un hôpital - où les soins sont publics et soumis à des lois et standards - à une maison de retraite - qui sont en majorité à but lucratif - est très préoccupant.

Les maisons de retraite ne sont pas des établissements de soins de santé et n'ont pas le personnel, la surveillance et les protections pour les résidents qu'ont les foyers de soins de longue durée, peut-on lire dans le communiqué de la OHC, émis mercredi après-midi.

De plus, la OHC souligne que le droit au consentement éclairé est un principe fondamental de notre système de soins de santé et la décision de passer outre à ce droit fondamental, en particulier en ce qui concerne le transfert de patients dans des établissements privés non réglementés, est très préoccupant.

Dans le communiqué, la OHC insiste qu'elle comprend que la situation est grave dans les hôpitaux de la province, mais que les nouvelles mesures ont été prises sans consultation pour assurer des protections essentielles pour les patients, les résidents et le personnel.

Engorgement des hôpitaux

L'annonce a été faite par la ministre de la Santé, Christine Elliott, mercredi matin.

C’est une décision qui a été difficile à prendre. Toutefois, les conséquences pourraient être désastreuses si nous n’avons pas les lits d’hôpitaux nécessaires pour soigner le nombre grandissant de patients atteints de la COVID.

Une citation de :Christine Elliott, ministre de la Santé de l'Ontario

Le but est de permettre aux hôpitaux de libérer rapidement des places en cas de hausse soudaine du nombre de malades, a-t-elle expliqué. Les gens qu’on vise sont ceux qui sont prêts à obtenir leur congé. Ils n’ont plus besoin d’être à l’hôpital. Ils sont là parce qu’ils attendent une place dans le foyer de soins de longue durée de leur choix.

La ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott, en conférence de presse.

La ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Elle assure que tous les efforts seront faits pour obtenir l’accord du patient, mais que dans des cas extrêmement rares, il se pourrait qu'un patient qui refuse son transfert soit déplacé tout de même.

La province indique que cette mesure ne peut être employée qu’en cas d’engorgement majeur.

Elle ajoute que les patients transférés dans un établissement autre que leur premier choix conserveront leur priorité sur la liste d’attente.

La province précise que des centaines de personnes se trouvent à l’hôpital en attente de recevoir leur congé vers un foyer de soins de longue durée ou un autre milieu de soins.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !