•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les déchets de la pandémie, le grand malheur des agriculteurs de Portneuf

Des déchets dans un ruisseau aux abords d'un champ.

La présence de déchets dans les champs cause bien des problèmes aux producteurs agricoles de Portneuf.

Photo :  courtoisie / UPA

Ce ne sont pas les insectes ravageurs qui causent des tracas aux agriculteurs de Portneuf depuis le début de la pandémie, mais bien les nombreux déchets laissés par les passants dans les champs.

Cette calamité pour les agriculteurs provient entre autres du fait que cette sous-région de la Capitale-Nationale n'a pas basculé en zone rouge foncé, contrairement à Québec, ce printemps.

Besoin pressant d'espadrilles ou de sandales avec l'arrivée du beau temps? Quoi de mieux qu'une petite balade Québec-Donnacona pour faire du magasinage avec une halte aux services au volant pour combler la petite fringale matinale.

Un gobelet de café et d'autres déchets sur le bord d'un champ.

La liste des déchets retrouvés est longue.

Photo : Courtoisie / UPA

La liste est longue

Avec la fonte des neiges, de nombreux agriculteurs retrouvent cependant toutes sortes d'objets indésirables : du bon vieux café Tim Horton's aux bouteilles de verre ou de plastique, en passant par les couvre-visages qui polluent le paysage en bordure de route.

Cette pollution qui ne date pas d'hier est toutefois accentuée par la pandémie. L'été passé et surtout ce printemps, ça paraît sans contredit que ça l'a augmenté, déplore Demsey Côté, président de l'Union des producteurs agricoles (UPA) de Portneuf à l'émission matinale Première heure.

Les gens se tournent plus vers le service au volant. On trouve toutes sortes de choses qui peuvent sortir d'une voiture. C'est incroyable : mégots de cigarettes, canettes, aluminium, bouteilles de plastique dans lesquelles sont servies des boissons froides. On en trouve en quantité astronomique cette année, signale M. Côté.

Les vaches de la ferme G. Grandbois & fils, à Saint-Casimir, dans la MRC de Portneuf.

Des vaches, ici dans une ferme de Portneuf, peuvent potentiellement en mourir.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Des conséquences dévastatrices pour les animaux

Les conséquences de ces actes dignes d'une autre époque, quand l'environnement n'était pas une priorité, peuvent être dévastatrices. Les déchets peuvent se déchiqueter dans le foin durant l’été et ainsi se retrouver dans la nourriture des animaux avant longtemps.

Avec les vents, ça se ramasse dans les champs. Souvent, ces canettes-là se retrouvent dans la nourriture sans que les opérateurs s'en aperçoivent. Et ensuite, c'est mangé par les animaux et ça peut causer la mort ou engendrer des coûts chez le vétérinaire [en cas de blessures], explique M. Côté.

Je ne compte plus le nombre de fois où je dois débarquer de mon véhicule pour ramasser des cochonneries. On fait tous notre possible, mais parfois, il en passe [des objets indésirables].

Une citation de :Demsey Côté, président de l'Union des producteurs agricoles (UPA) de Portneuf

Un producteur agricole de Saint-Alban, Julien Petitclerc, vit le même cauchemar. Le pire, ce sont les bouteilles de verre, quand elles cassent, on doit ramasser tous les morceaux un à un pour être certain qu’il ne reste rien dans le champ , dénonce M. Petitclerc.

Une canette de boisson énergisante et d'autres déchets dans un ruisseau aux abords d'un champ.

Certains déchets comme les canettes d'aluminium peuvent se faire déchiqueter par l'équipement agricole et se retrouver dans la nourriture des animaux.

Photo :  courtoisie / UPA

Des amendes pas assez salées?

Selon le Code de la sécurité routière, il est interdit de jeter, déposer ou abandonner des objets ou matières quelconques sur un chemin public, sauf exception autorisée par la personne responsable de l’entretien de ce chemin.

Les contrevenants sont passibles d'une amende de 60 $ à 100 $. Des sommes jugées trop infimes par les agriculteurs. Ils plaident pour des mesures plus sévères, même s'ils en appellent d'abord au savoir-vivre des passants.

Les amendes ne sont pas assez salées et je pense que c'est quelque chose qui est très peu réprimandé, souligne Demsey Côté. [Je] regarde en avant, regarde en arrière, et s'il y a personne qui me suit, c'est là que je le fais. Donc, c'est très dur de dire qu'on surveille et qu'on attrape des gens à faire ça. Quelqu'un de moindrement brillant ne fera pas ça devant tout le monde.

En tout, 426 entreprises agricoles se trouvent sur le territoire de Portneuf.

Avec la collaboration de David Rémillard et Claude Bernatchez

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !