•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Écosse ouvre la vaccination aux 40 ans et plus

Un pharmacien administre une dose de vaccin à un patient.

Un pharmacien administre une dose du vaccin AstraZeneca à un homme de 46 ans, dans une pharmacie de Toronto, le 20 avril 2021.

Photo :  CBC / Evan Mitsui

Radio-Canada

La Nouvelle-Écosse permettra bientôt aux personnes âgées de 40 ans et plus de se faire vacciner contre la COVID-19 et annonce 75 nouveaux cas mercredi.

Les personnes âgées de 40 à 54 ans pourront prendre rendez-vous dès vendredi afin d'obtenir une dose du vaccin AstraZeneca, affirme le médecin hygiéniste en chef, le Dr Robert Strang.

Il précise que la campagne de vaccination se déroule bien dans la province et que, mercredi soir, 300 000 Néo-Écossais devraient avoir reçu une première dose de vaccin.

Le Dr Robert Strang explique qu'environ 10 000 doses d'AstraZeneca sont actuellement disponibles pour les personnes âgées de 40 à 54 ans, puisque certaines personnes âgées de plus de 55 ans et plus - qui sont maintenant admissibles pour l'obtention des vaccins de Pfizer-BioNTech et Moderna - choisissent d'annuler leur rendez-vous et de prendre un autre vaccin.

Nous avons vu beaucoup d'annulations, c'est pourquoi nous pouvons ouvrir à plus de gens, dit-il.

Garderies : la priorité pour travailleurs essentiels

Les garderies de la Nouvelle-Écosse ne fermeront pas pendant la période du confinement.

Les autorités provinciales demandent néanmoins aux parents qui travaillent de leur domicile lors des deux prochaines semaines de garder leurs enfants à la maison, s’ils le peuvent.

Cette mesure sert à libérer des places en garderie pour les enfants des travailleurs essentiels, afin de maintenir le bon fonctionnement du secteur des soins de santé.

Il est important que nos travailleurs essentiels reçoivent le plus de soutien possible pendant cette troisième vague, insiste le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Robert Strang.

Le premier ministre Iain Rankin confirme que les familles qui céderont leurs places en garderie les récupéreront à la fin de la période de confinement.

Les frais de garde pour les travailleurs essentiels seront assurés par le gouvernement provincial. Plus de détails seront annoncés bientôt par la province.

489 cas actifs

La santé publique a recensé 75 nouveaux cas de COVID-19, mercredi.

Cela porte à 489 le nombre de cas actifs dans la province, un record. Il y a onze personne à l'hôpital, dont quatre aux soins intensifs.

Il y a 67 cas dans la région centrale, qui comprend la ville d'Halifax, ainsi que six cas dans le secteur de l'est, un dans celui du nord et un cas dans l'ouest.

Mardi, il y avait 96 nouvelles infections, ce qui était un nombre jamais égalé depuis le début de la pandémie.

Toute la province a été placée en confinement pour au moins deux semaines.

De plus, le gouvernement fédéral a annoncé qu'il déploiera des membres des Forces armées pour venir en aide à la province, surtout pour ce qui est d'appuyer les efforts de dépistage.

Des centres de dépistage rapide ont été mis en place à Halifax, à Dartmouth et à Sydney, au Cap-Breton.

Premier jour de confinement

Halifax est en confinement depuis près d'une semaine. Mais mardi, le premier ministre Iain Rankin a annoncé que le reste de la province sera soumise aux mêmes restrictions.

Ainsi, tous les commerces non essentiels doivent fermer. Les écoles ont basculé en mode virtuel. Les salles à manger des bars et des restaurants sont dans l'obligation de ne plus recevoir de clients.

Un parc commercial photographié par un drone pendant un confinement. Il y a peu de voitures dans les stationnements.

Les stationnements sont vides à Halifax en raison du confinement.

Photo : CBC / Steve Lawrence

Le masque est maintenant obligatoire dans tous les lieux publics et sur les lieux de travail. Certaines activités extérieures restent quand même ouvertes, comme les terrains de golf, pour encourager le bien-être mental de la population.

De plus, les rassemblements privés sont limités aux membres d'un seul ménage, ou à deux personnes pour les gens qui vivent seuls.

Des mesures bien accueillies

Pour certains, les mesures prises par la province étaient nécessaires.

J'espère que les mesures circuit-breaker vont arrêter [la propagation de la maladie], indique la Dre Robyn MacQuarrie, obstétricienne-gynécologue au Centre médical pour femmes de Bridgewater.

La Dre Robyn MacQuarrie.

La Dre Robyn MacQuarrie est heureuse des mesures sévères de confinement imposées par la Nouvelle-Écosse depuis ce matin.

Photo : Radio-Canada

Elle affirme avoir confiance envers les décisions du gouvernement.

C'est une bonne décision. Ils n'ont pas pris cette décision sans y réfléchir beaucoup et ils ont pris cette décision pour arrêter la propagation des variants en Nouvelle-Écosse.

Une citation de :La Dre Robyn MacQuarrie, obstétricienne-gynécologue au Centre médical pour femmes de Bridgewater

Mais certaines personnes trouvent difficile l'imposition des nouvelles mesures. C'est le cas de Marissa Delisle, qui vient d'accoucher de son premier enfant et qui habite près de la base militaire de Greenwood.

Marissa Delisle  tient un bébé de quelques mois dans son salon.

Marissa Delisle tente de rester positive, mais le confinement avec un nouveau bébé loin de la famille pèse sur son moral.

Photo : gracieuseté de Marissa Delisle

Je comprends qu'il faut protéger les plus vulnérables, je comprends qu'il faut travailler ensemble pour faire baisser la courbe, c'est juste que sur le moral, moi je trouve ça vraiment difficile, explique-t-elle.

Breagh Corsano et son copain lors d'une marche a Peggy's Cove en Nouvelle-Écosse

Breah Corsano garde le moral en confinement dans la région d'Halifax. Elle dit qu'avoir son copain et son chien à ses cotés, ça aide.

Photo : gracieuseté de Breagh Corsano

Breagh Corsano prend la situation avec un grain de sel.

Je vis avec mon chum et mon chien et ça aide beaucoup. C'est le jour 1 de l'isolement et j'ai déjà nettoyé toute la maison et fini la lessive!

Avec les informations de Michèle Brideau et de Rebecca Martel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !