•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déséquilibre à venir entre l’offre et la demande de vaccins, selon un expert d'Ottawa

Une femme de plus de 80 ans reçoit son vaccin.

La vaccination de la population se poursuit à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Radio-Canada

Le directeur du service pharmacologique du Centre hospitalier pour enfant de l’est de l’Ontario (CHEO) et membre du groupe de travail sur le vaccin contre la COVID-19 de l’Ontario, le Dr Régis Vaillancourt, s’attend à ce qu’au cours des deux prochaines semaines, la demande pour la vaccination dépasse l’offre de la province.

On sait aussi qu’on a besoin de plus de vaccins. À ma connaissance, la plupart des pharmacies ont déjà ou sont presque à court de vaccins d'AstraZeneca, a-t-il soutenu en entrevue à l’émission Les matins d’ici, mercredi.

Selon lui, c’est une bonne nouvelle : la population est prête à recevoir le vaccin d'AstraZeneca malgré la mauvaise publicité qui est autour de ce vaccin-là. De leur côté, les pharmaciens demandent davantage de doses et sont prêts à poursuivre leurs efforts de vaccination, a-t-il indiqué.

C’est quand même excitant de voir que les pharmaciens ont répondu à l’appel, que la population a répondu à l’appel, a souligné le Dr Vaillancourt. La semaine passée en Ontario, on donnait 40 000 doses de vaccins par jour dans les pharmacies communautaires donc c’est quand même significatif.

Si prochainement l’approvisionnement en vaccins de la province ne peut répondre à la demande, le Dr Vaillancourt s’attend à ce que la situation se résorbe d’ici la mi-mai.

C’est un problème d’approvisionnement, a-t-il répété à maintes reprises au micro de Philippe Marcoux. C’est le même problème qu’on a vécu depuis le début de cette crise-là avec la vaccination.

Les plages horaires pour la vaccination s’envolent et selon le Dr Vaillancourt, les autorités de santé veulent éviter que des fioles ne restent sur les tablettes des réfrigérateurs et des congélateurs et écarter les annulations de rendez-vous, faute de doses disponibles.

Lorsqu’on va avoir notre approvisionnement de vaccins qui va être beaucoup plus ouvert […], on va être capable de donner plus de services à la population, a-t-il dit.

Le Dr Vaillancourt a aussi rappelé que la situation épidémiologique ailleurs dans le monde a des impacts sur l’approvisionnement en vaccins du Canada. AstraZeneca […] une source d’approvisionnement, c’est l’Inde, et l’Inde a besoin de leurs vaccins, comme c’est là, peut-être plus que nous autres.

Le directeur du service pharmacologique au CHEO a aussi souligné l’importance des investissements favorisant la production de vaccins au pays pour prévenir de futures crises sanitaires dans le futur.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !