•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec indexe le remboursement des déplacements médicaux

Ces frais, par exemple les nuitées à l'hôtel ou l'indemnité de kilométrage, n'avaient pas été revus depuis 10 ans.

Christian Dubé, en conférence de presse

Le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Mélissa Venne et son fils Laurent font régulièrement des allers-retours entre leur maison en Beauce et l’Hôpital de Montréal pour enfants. Atteint d’une tumeur cérébrale, il doit recevoir plusieurs traitements.

C’est des frais de voiture, de restaurant, et pendant l’hospitalisation à Montréal, il faut manger et dormir, ça coûte des sous! Ça vient avec un paquet de frais auxquels on ne s’attend pas, mais on n’a pas le choix pour la santé de nos enfants, explique Mme Venne, exaspérée.

Mère d’une famille de cinq enfants, elle ne peut pas se permettre des déplacements trop coûteux.

Quand les services spécialisés ne sont pas disponibles dans la région où vivent les patients, ils ont droit à un remboursement partiel de certaines dépenses, associées à leurs déplacements.

Ces frais remboursés par le gouvernement n’ont pas été indexés depuis 10 ans.

Selon les informations de Radio-Canada, le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé annoncera mercredi des rajustements financiers pour ces patients.

La nuitée à l’hôtel sera remboursée à 108 $ plutôt que 75 $. Un accompagnateur recevra une indemnité quotidienne de 46 $ plutôt que 20 $. La compensation pour l'utilisation d'une automobile passe de 0,13 $ à 0,20 $ le kilomètre.

On avance de manière ridicule et insultante pour les patients de l’Abitibi et d’autres régions qui m’appellent pour me dire : à 0,13 $, je n’étais pas capable de me déplacer, mais à 0,20 $ non plus, dit Paul Brunet du Conseil de la protection des malades. Il demande au gouvernement d’offrir les mêmes indemnités versées à ses fonctionnaires.

C’est comme si l’État vous disait : on va vous punir! C’était à vous de déménager et de vivre plus proche des grands centres.

Une citation de :Paul Brunet

En vertu du « Recueil des politiques de gestion » du Conseil du Trésor, l'indemnité de kilométrage versée depuis le 1er avril est de 0,49 $ le kilomètre (jusqu'à 8000 km).

De plus, pour chaque jour complet en déplacement à l'extérieur, un fonctionnaire a droit à une indemnité forfaitaire de 46,25 $, y compris le pourboire et les taxes, pour les trois repas.

Enfin, l'indemnité versée pour une chambre d'hôtel à Montréal est de 126 $ en basse saison et de 138 $ en haute saison. À Québec, cette indemnité est de 106 $ par jour, en tout temps.

Un ajustement bien reçu

Le Dr Robert Charbonneau accueille favorablement cette mise à jour.

Ce néphrologue de Québec effectue des hémodialyses pour plusieurs patients des Îles-de-la-Madeleine, préoccupés par les coûts de déplacement.

Les patients nous demandent souvent si on peut espacer des visites ou si on peut en sauter une. Les gens qui les accompagnent s’absentent du travail, il y a de nombreux frais. Ce sont toutes des questions qui influencent l’accès aux soins spécialisés, explique-t-il.

Le Dr Charbonneau remarque cependant que les restrictions sanitaires liées à la pandémie ont certainement eu pour effet de limiter certains frais, puisque les téléconsultations ont augmenté.

Si on peut trouver quelque chose de bon à cette pandémie, on a développé à une vitesse foudroyante les services de téléconsultations et c’est maintenant un outil qu’on utilise tous les jours. Ça a certainement des bénéfices pour les patients qui sont dans les régions plus éloignées.

Les téléconsultations ne sont malheureusement pas encore une solution pour Mélissa Venne et son fils. Elle milite pour que les parents comme elle puissent recevoir un plus gros coup de pouce financier, alors qu’ils sont déjà éprouvés par la maladie de leur enfant.

Ça ne suffisait vraiment pas. Maintenant, on est dans la bonne direction. Par contre, j’espère que le gouvernement va penser qu’on est deux parents dans une famille, parce que souvent les frais sont remboursés pour le parent accompagnateur. L’autre parent paye tous les frais.

Pour le gouvernement, cet engagement de réviser la Politique de déplacement des usagers du réseau représente un investissement de 10 millions de dollars. Un petit montant dans le budget de Québec, mais un gros pour le portefeuille de nombreux patients.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !