•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Malmenée par la pandémie, Montebello espère une reprise des activités cet été

Une affiche à louer sur la devanture d'un commerce.

La municipalité de Montebello, en Outaouais, a l'habitude d'être plus animée à ce temps-ci de l'année.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le prolongement des mesures d’urgence en Outaouais commence à peser lourd dans les municipalités en périphérie, où l’on compte beaucoup sur les visiteurs pour faire rouler l’économie.

C’est le cas à Montebello qui ne connaît pas son achalandage habituel pour cette période de l’année. Les touristes ne sont pas au rendez-vous, en raison des mesures sanitaires qui obligent la majorité des commerces du village à demeurer fermés.

Les restaurants et les hôtels sont vides, une situation qui fait mal à l’économie locale, comme le constate Alain Boyer, président de la fromagerie Montebello.

Un homme accorde une entrevue à l'extérieur d'un commerce.

Alain Boyer est le président de la fromagerie Montebello, en Outaouais.

Photo : Radio-Canada

C’est plus laborieux. C’est plus difficile peut-être avec les variants. C’est sûr que le village est beaucoup moins achalandé. On espère que la reprise se fera en mai-juin. Mais c’est sûr qu’avec les restaurants qui sont fermés, ça a aussi un impact sur notre clientèle, dit-il.

Les conséquences pourraient être désastreuses, si la situation perdure, dit le maire de Montebello, Martin Deschênes.

Un homme portant des lunettes, en entrevue, regarde la caméra.

Le maire de Montebello, Martin Deschênes

Photo : Capture d'écran - Radio-Canada

Il y a un achalandage naturel à Montebello. C’est la raison pour laquelle les commerçants touristiques réussissent à vivre. Par contre, en étant fermés, on ne connaît pas la solidité de chacun des commerces. On est donc inquiets pour le futur. Pour le présent, le gouvernement les aide, nous aide, à gérer la crise. Mais est-ce que la relance va être possible? se questionne avec inquiétude le maire de la municipalité.

Rémi Tremblay est le copropriétaire de l’entreprise touristique Géo-Explora, basée au Château Montebello. Le commerce offre notamment des tours autoguidés en scooter électrique.

M. Tremblay se souvient des défis de l’été dernier et le spectre d’une prolongation des mesures sanitaires strictes durant la saison estivale se fait déjà sentir sur les réservations, dit-il.

Un homme accorde une entrevue à l'extérieur.

Rémi Tremblay est copropriétaire de Géo-Explora, basée à Montebello.

Photo : Radio-Canada

Mais le propriétaire tente tout de même de rester positif.

C’est sûr que ça nous affecte. Quand on voit nos réservations pour les mois de mai et de juin, c’est clair que ce n’est pas très, très encourageant. Mais on voit qu’il y a des réservations qui se font pour l’été. On l’a vécu l’année passée, on a pu ouvrir seulement le mois de juin. Donc, si on a survécu à ce moment-là, on devrait être capable de survivre encore cette fois-ci, espère l’homme d’affaires.

Les commerçants de Montebello gardent espoir malgré la situation. Plusieurs s’entendent pour dire que si les Québécois privilégient les voyages dans leur province, comme ce fût le cas l’été de dernier, ce patelin touristique devrait pouvoir tirer son épingle du jeu et assurer la survie de ses commerces.

On voit que le tourisme local a été au rendez-vous, l’été passé. On prévoit donc que la même chose va se produire au printemps. Si les Québécois et Québécoises prennent le temps de bien visiter leur territoire, la province, ce serait parfait pour nous, souhaite Rémi Tremblay.

Avec les informations de Christian Milette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !