•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police appelle au calme sur les réseaux sociaux après la mort d'un adolescent

Trois jeunes debout près d'un arbre où des fleurs sont déposées.

Des adolescents se recueillent dans le parc où un garçon de 15 ans a été mortellement poignardé, samedi.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

La police de Vancouver (VPD) a déclaré que des publications sur les réseaux sociaux nomment à tort des adolescents après une agression qui s’est soldée par le décès d’un garçon de 15 ans dans le quartier Dunbar, samedi.

Dans un communiqué publié mardi, la police se dit alarmée par certains échanges sur les réseaux sociaux qui ont nommé à tort des adolescents comme étant impliqués dans cet incident, et en ont choisi de manière inappropriée d'autres pour des représailles.

« Les tensions et les émotions sont vives, et nous sommes très inquiets que cela puisse conduire à davantage de conflits parmi les jeunes. »

— Une citation de  Sergent Steve Addison, Service de police de Vancouver

Selon la police, la victime a été poignardée par un garçon de 14 ans. Les faits se sont déroulés durant une bagarre entre deux groupes d’adolescents au parc Almond, dans l'ouest de la ville. Le garçon de 15 ans est mort le lendemain à l’Hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique.

L’adolescent qui a poignardé la victime est accusé de possession d'une arme à des fins dangereuses en relation avec l'homicide. La section des crimes majeurs du VPD poursuit l'enquête alors que le service de police déploie des agents supplémentaires dans la région, indique le sergent Steve Addison.

« Nous implorons les adolescents de respirer profondément et de rester calmes. Nous demandons aux parents de parler à leurs enfants de ce qu'ils publient sur les réseaux sociaux, afin que nous puissions éviter tout autre incident grave. »

— Une citation de  Sergent Steve Addison, Service de police de Vancouver

Le départ des agents de liaison scolaire

C’est dans ce contexte de tension sociale que la police de Vancouver a envoyé un autre communiqué de presse mardi dans lequel elle se dit déçue de la décision de la Commission scolaire de Vancouver de retirer les agents de liaison scolaire des écoles de Vancouver.

« Pendant près de 50 ans, [...] nos agents spécialement formés ont contribué à assurer la sécurité des jeunes dans les écoles, proposé des programmes supplémentaires pour les jeunes à risque et aidé à détourner les jeunes qui entrent en conflit avec la loi du système de justice pénale vers des résolutions plus appropriées. »

— Une citation de  Fiona Wilson, chef adjointe, Service de police de Vancouver

Cette décision laisse un grand vide dans l'établissement de relations entre les agents, les élèves et le personnel et diminue la sécurité des jeunes et du personnel dans les écoles , affirme la chef adjointe de VPD, Fiona Wilson.

La décision a une incidence sur l'interaction directe et le mentorat fournis par la police pour assurer la sécurité des jeunes, comme les éloigner des gangs et les sensibiliser à la sécurité en ligne.

La Commission scolaire dit avoir pris cette décision en réponse à des préoccupations soulevées dans la foulée d'actes discriminatoires et racistes impliquant des corps de police en Amérique du Nord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !