•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Canmore avance prudemment sur deux mégaprojets immobiliers

Vue sur le centre ville de Canmore.

Le conseil municipal de Canmore a rejeté, en deuxième lecture, le projet immobilier Smith Creek, mais a voté pour discuter de Three Sisters Village en troisième lecture. Combinés, ils auraient dû occuper environ 80 % des terrains encore disponibles de la ville.

Photo : Vincent Bonnay

Le conseil municipal de Canmore a voté, en deuxième lecture, contre le projet Smith Creek, mais s’est mis d’accord pour faire avancer le projet Three Sisters Village en troisième lecture. Ces deux projets combinés avaient pour conséquence de doubler la population de cette ville albertaine de 14 000 habitants dans les décennies à venir.

Mardi, les six conseillers municipaux, ainsi que le maire, John Borrowman, ont rejeté à l’unanimité le projet de complexes résidentiels et commerciaux Smith Creek, qui auraient nécessité de repousser les limites de la ville.

À moins que cela soit votre dernière option, vous ne pouvez pas jouer sur les limites de la ville, affirme la conseillère Joanna McCallum, qui avoue avoir eu des inquiétudes la première fois qu'elle a lu le plan de structure du secteur (ASP).

Si la conversation entourant ce projet a duré 15 minutes, il a fallu presque trois heures aux conseillers avant de voter sur le deuxième projet : le Three Sisters Village, lui aussi offrant un mélange entre unités résidentielles et commerciales.

Tous, sauf la conseillère Karen Marra, ont voté pour que le projet soit discuté en troisième lecture. Plusieurs ont néanmoins tenu à souligner qu’ils étaient inquiets. De nombreux amendements ont d’ailleurs été proposés, et adoptés, pour refléter davantage ce que les citoyens avaient soulevé lors d’audiences publiques en mars dernier, croit le maire.

Parmi ceux-ci, impliquer davantage la Première Nation de Stoney Nakoda dans les discussions, faire passer à 20 % minimum, au lieu de 10 %, le nombre total de logements à loyer abordable, mais aussi construire une clôture censée protéger la faune avant les premiers coups de pelle.

Ce dernier point a d'ailleurs tenu une place de choix dans les débats publics autour des projets.

Pas assez d'assurance pour protéger la faune

Jodi Hilty, la présidente et scientifique en chef de l’organisme Yellowstone to Yukon Conservation Initiative se demande d’ailleurs si la clôture est suffisamment efficace dans ce projet-là.

Lorsqu'il s'agit d'essayer de clôturer un projet de développement avec des personnes d'un côté et des animaux sauvages de l'autre, je pense que c'est beaucoup plus problématique. Il y a beaucoup plus d'attraits potentiels et beaucoup plus de risques si un grizzly entre dans la clôture, alors tout d'un coup vous avez un ours piégé, s’inquiète-t-elle, affirmant que les animaux pourraient être tentés de franchir l’obstacle pour accéder aux déchets par exemple.

Elle affirme que malgré l’amendement, les mouvements des animaux risquent d’être durement affectés par les travaux, et que cela pourrait pousser à l’isolement de certains d’entre eux :On le sait, les populations isolées ne s’en sortent pas bien.

Un corridor étroit

C’est aussi pour la faune que s’inquiète la résidente, Tracey Henderson, membre du comité directeur du groupe de citoyens locaux Bow Valley Engage.

Les nombreux experts scientifiques ont souligné le fait que le corridor actuel est trop étroit et que le centre du village, parce qu'il n'a pas été modifié, scelle le destin de ce corridor, nous ne pouvons pas revenir en arrière et l'élargir une fois qu'ils ont donné la lecture finale à cet ASP, s’inquiète-t-elle.

Cependant, elle admet être contente des amendements votés, notamment celui concernant les logements abordables. Il y a encore de la place pour l'amélioration, confie-t-elle pourtant.

Du côté de la firme derrière les projets, Quantum Place Developments, la réunion du conseil laisse un goût amer. Si le directeur Chris Ollenberger se dit déçu pour Smith Creek, il a hâte d’aller de l’avant avec Three Sisters Village.

Nous allons avoir besoin de temps pour comprendre ces amendements et déterminer quelles pourraient être les implications sur la suite, explique-t-il

Le conseil municipal votera sur le projet en troisième lecture lors d’une séance prévue le 11 mai prochain. D’ici là, Jodi Hilty veut garder espoir.

J'espère que cette communauté continuera à être une communauté de premier ordre pour la coexistence des humains et de la faune et qu'elle prendra les décisions qui préserveront l'équilibre délicat que nous avons actuellement.

Avec des informations de Colleen Underwood

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !