•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On va marcher avec le choriste Robert Filion, à l’Université d’Ottawa

Des créateurs de l'Outaouais et de l'est ontarien nous font découvrir les lieux extérieurs qui les inspirent le plus dans la grande région de la capitale nationale.

Robert Filion, souriant, qui regarde vers la gauche.

Le choriste Robert Filion.

Photo : Radio-Canada

Le musicien et directeur de la chorale de l’Université d’Ottawa, Robert Filion, nous emmène visiter son alma mater, là où résonne des souvenirs... en écho à la voix de son père.

Le père de Robert Filion est arrivé dans la capitale nationale en 1947 pour y poursuivre ses études secondaires en français. Tous les matins, il chantait la messe dans la petite chapelle située dans le pavillon Tabaret de l’Université d’Ottawa, en échange d’une deuxième portion de petit déjeuner. Il a fallu quelques décennies avant que son fils y mette les pieds à son tour et se découvre, lui aussi, une passion pour le chant.

Robert Filion a donc grandi dans une famille de cinq enfants où la musique prenait une place importante. Enfant, il a fait partie de chorales dans son petit village natal de Moonbeam (situé tout près de Kapuskasing, en Ontario), où la culture francophone est majoritaire. Le jeune musicien a ensuite commencé l’étude du piano au secondaire.

C’est toutefois par hasard que Robert Filion a suivi les traces de son père en quittant le Nord de l’Ontario en 1985 pour venir étudier la musique à l’Université d’Ottawa. Alors âgé de 19 ans, il s’est rendu compte que la voix l’intéressait plus que l’instrument. Le jeune ténor s’est ainsi retrouvé à lui aussi faire ses premières armes à la chapelle Tabaret, y donnant ses premiers concerts avec orchestre et y établissant ses premiers contacts avec des musiciens professionnels.

En 20 ans de carrière, Robert Filion a notamment enseigné le chant choral à de nombreux ensembles, remportant des honneurs tels la Bourse Liette-Turner en 2011 et le Prix du Premier ministre pour l’excellence dans l’enseignement au Canada en 2013. Il a également occupé les fonctions de directeur musical du Chœur classique de l’Outaouais, du Chœur d’enfants d’Ottawa; il chante et collabore toujours avec l’Orchestre du Centre national des Arts (CNA), en plus d’être le directeur artistique du festival Unisong réunissant chaque année des chorales canadiennes au CNA à l’occasion de la fête du Canada.

Robert Filion nous propose une visite sur le campus où tout a commencé.

On va marcher... l'université qui fait chanter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !