•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de doses de vaccin sont envoyées dans la région de Saskatoon qu'à Regina

Une ambulance Medavie en direction de l’Hôpital royal de Saskatoon en hiver.

Les autorités provinciales veulent éviter un débordement des soins intensifs. (archives)

Photo : Radio-Canada / Trevor A Bothorel

Radio-Canada

Le ministre de la Santé, Paul Merriman, a annoncé qu’une grande partie des livraisons de doses de vaccin reçues sont envoyées vers la région de Saskatoon pour préserver la capacité d’accueil des soins intensifs.

Depuis quelques jours, les mises à jour quotidiennes des autorités provinciales dévoilent une grande disparité entre la capitale provinciale et la Ville des Ponts. Lundi, Saskatoon a administré 1704 doses de vaccin contre la COVID-19, tandis que Regina en a seulement donné 411.

Le ministre Paul Merriman explique que le centre de vaccination au volant de Regina est encore temporairement fermé alors que celui de Saskatoon a récemment rouvert.

Mais il avoue qu’il y a eu un changement de plan concernant la distribution des doses.

La raison pour laquelle nous envoyons plus de doses à Saskatoon, c'est pour protéger notre système de santé et ne pas dépasser nos limites de capacité.

Les hôpitaux de Saskatoon seraient encore en mesure d’accueillir des patients provenant de Regina, à condition que le nombre d’hospitalisations n’augmente pas rapidement.

Bientôt une possible explosion de cas

Des chercheurs de l’Université de la Saskatchewan prévoient bientôt une explosion des cas de la COVID-19 à Saskatoon.

C’est en tout cas ce qu’ils concluent après avoir analysé les eaux usées de la ville. Entre le 16 et le 20 avril, les chercheurs ont observé une augmentation de plus de 300 % de la charge virale par rapport à la semaine précédente.

En observant cette augmentation, ils ont prédit une hausse du nombre de cas parmi la population.

Un professeur en microbiologie à l’Université de la Saskatchewan, Yannick Tremblay, affirme que cette étude est fiable, car ces analyses ont déjà été vérifiées dans le passé.

Selon lui, c'est un bon outil pour connaître l'état général de la population, et anticiper ce qu’il se passera dans les jours voire les semaines à venir.

Avec les informations Guy Quenneville et Charles Le Bourgeois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !