•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le FBI enquête sur la mort d'un Noir tué par les forces de l'ordre en Caroline du Nord

Les avocats de la famille d'Andrew Brown fils ont qualifié sa mort d'« exécution ».

Me Ben Crump désigne un agrandissement du rapport d'autopsie montrant une blessure à la tête.

Les avocats de la famille d'Andrew Brown fils ont montré des agrandissements du rapport d'autopsie.

Photo : Reuters / JONATHAN DRAKE

Le bureau du FBI de Charlotte, en Caroline du Nord, a annoncé l'ouverture d'une enquête fédérale pour déterminer s'il y a eu violation des droits civiques d'Andrew Brown fils, un Afro-Américain tué par les forces de l'ordre la semaine dernière.

Les agents travailleront en étroite collaboration avec le bureau du procureur des États-Unis pour le district est de la Caroline du Nord et la division des droits civiques du département de la Justice pour déterminer si les lois fédérales ont été violées. Comme il s'agit d'une enquête en cours, nous ne pouvons pas faire de commentaires supplémentaires, a indiqué la police fédérale par voie de communiqué.

Andrew Brown fils tentait de prendre la fuite quand il a été abattu mercredi dernier par des shérifs adjoints du comté de Pasquotank à Elizabeth City, une ville de quelque 18 000 habitants. Les autorités ont dit qu'elles exécutaient des mandats de perquisition et d'arrestation pour des accusations criminelles liées à la drogue.

Un peu plus tôt, les avocats de la famille du quadragénaire, père de sept enfants, ont tenu une conférence de presse pour révéler les résultats d'une autopsie payée par la famille. Cinq tirs l'ont atteint, selon les conclusions du pathologiste.

C'est un tir mortel à l'arrière de la tête qui a coûté la vie à [monsieur] Brown, a soutenu Ben Crump, un avocat des droits civiques retenu par plusieurs familles d'Afro-Américains abattus par les forces de l'ordre, dont celles de George Floyd, Breonna Taylor et Daunte Wright.

Wayne Kendall, un autre avocat de la famille, a repris l'accusation lancée la veille tant par les proches de M. Brown que par leur équipe juridique, qui n'ont pas hésité à dénoncer une exécution.

En fait, cette blessure mortelle à l'arrière de la tête de M. Brown a été infligée alors qu'il quittait les lieux en essayant d'éviter d'être abattu par ces membres des forces de l'ordre qui, selon nous, ont procédé à une exécution pure et simple.

Une citation de :Wayne Kendall, avocat de la famille d'Andrew Brown fils

Le bureau du médecin légiste en chef de la Caroline du Nord n'a de son côté toujours pas rendu son rapport d'autopsie public.

Le rapport indépendant fait aussi état de quatre blessures superficielles au bras droit, causées par autant de coups de feu, a précisé Wayne Kendall. Les premiers tirs ont traversé le pare-brise de la voiture de la victime, qui a réussi à s'enfuir, avant de recevoir une balle dans la partie inférieure de son crâne, a-t-il ajouté.

Après avoir été abattu, Andrew Brown fils a perdu le contrôle de sa voiture qui s'est écrasée contre un arbre, a pour sa part affirmé Me Crump. Selon le rapport d'autopsie, le coup de feu fatal a été tiré à distance intermédiaire.

Hier, j'ai dit que je pensais qu'il avait été exécuté, a déploré Khalil Ferebee, un des fils de M. Brown.

Ces coups de feu dans le bras, ce n'était pas assez? Ce n'était pas assez?, a-t-il martelé. C'est évident qu'il essayait de s'enfuir. C'est évident et pourtant ils lui tirent dessus à l'arrière de la tête? Ce n'est pas correct. Ce n'est pas correct du tout.

Les choses doivent changer, a-t-il soutenu.

Un appel qui fait écho au message martelé notamment la semaine dernière lors des funérailles de Daunte Wright, un homme noir de 20 ans tué au Minnesota lors d'un contrôle routier.

Les enquêtes à divers niveaux liées à la mort d'Afro-Américains tués par les forces de l'ordre se multiplient. Lundi, le procureur général Merrick Garland a par exemple annoncé l'ouverture d'une enquête civile sur le service de police de Louisville, au Kentucky, un an après la mort de Breonna Taylor, tuée à son domicile pendant une perquisition.

La semaine dernière, il avait annoncé une enquête similaire sur le département de police de Minneapolis, au Minnesota, au lendemain du verdict au procès de l'ex-policier Derek Chauvin, reconnu coupable de meurtre au deuxième degré, de meurtre au troisième degré et d'homicide involontaire pour avoir causé la mort de l'Afro-Américain George Floyd.

Demande de diffusion des images de la fusillade

Dans une foule de manifestants, une femme, qu'on voit de dos, tient une pancarte sur laquelle on lit : « Andrew Brown, dites son nom ».

À Elizabeth City, des manifestants ont dénoncé la mort d'Andrew Brown fils.

Photo : Reuters / JONATHAN DRAKE

Les proches d'Andrew Brown fils et leurs avocats ainsi que des militants, mais aussi le gouverneur de la Caroline du Nord, Roy Cooper, et d'autres élus ont réclamé la diffusion des images de la fusillade.

En Caroline du Nord, un juge doit approuver la publication des enregistrements réalisés par la police.

Cité par CNN, le bureau du shérif du comté de Pasquotank a indiqué que le procureur du comté avait déposé lundi auprès du tribunal une requête liée à la diffusion de la vidéo. Une coalition de médias a aussi présenté une demande en ce sens.

Le shérif Tommy Wooten a lui-même dit appuyer cette requête, tout en minimisant ce que les images pourraient révéler. Cet incident tragique s'est déroulé rapidement et s'est terminé en moins de 30 secondes, a-t-il déclaré lundi dans une vidéo publiée sur Facebook.

Les [images des] caméras d'intervention sont instables et parfois difficiles à déchiffrer. Elles ne racontent qu'une partie de l'histoire.

Une citation de :Tommy Wooten, shérif du comté de Pasquotank

Lundi, la famille d'Andrew Brown fils et ses représentants légaux avaient tenu une autre conférence de presse au cours de laquelle ils ont déploré n'avoir pu visionner qu'un court extrait de 20 secondes et ont publiquement réclamé de visionner l'intégralité de la vidéo.

Les images, ont-ils assuré, montrent plusieurs adjoints du shérif, dont certains armés de fusils de gros calibre, ouvrir le feu vers la voiture de M. Brown alors que celui-ci tient fermement le volant.

Mon père a été exécuté simplement en essayant de sauver sa vie, a déclaré l'un de ses fils, Khalil Ferebee. Les officiers n'étaient pas en danger.

La mort de M. Brown a donné lieu à des manifestations, qui se sont déroulées pacifiquement, dans les rues d'Elizabeth City.

Selon le réseau WAVY-TV, affilié à NBC, sept adjoints du shérif ont été placés en congé administratif après la tragédie et trois autres, qui n'étaient pas directement impliqués dans la fusillade, ont démissionné.

Avec les informations de New York Times, et NPR

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !