•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

La laine, une fibre qui tient au chaud

Balles de laine de plusieurs couleurs.

La laine naturelle connaît un regain de popularité ces dernières années au Canada.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La laine est une fibre exploitée depuis des siècles au Canada. Mais l’industrie lainière a été un peu oubliée au cours des dernières décennies. Des producteurs remettent à la mode la laine naturelle, qui connaît un certain regain d’intérêt depuis quelques années.

Une fibre utilisée dès les débuts de la colonisation…

Saviez-vous que les premiers ovins sont arrivés en Nouvelle-France dès 1664 ?

L’intendant Jean Talon, notamment, fit venir des moutons et des brebis dans la colonie pendant son administration entre 1665 et 1668.

Familles d'aujourd'hui, 18 novembre 1963

Dans cette entrevue du journaliste Raymond Laplante avec Mme Athanase Lepage, présentée à l’émission Familles d’aujourd’hui le 18 novembre 1963, le cardage et le filage de la laine sont des activités qui ont contribué pendant longtemps à la subsistance dans le monde rural canadien.

Mais peu à peu, la laine a été remplacée pour confectionner des vêtements par d’autres fibres naturelles ou synthétiques plus faciles à utiliser ou moins coûteuses.

Une activité qui reprend du poil de la bête

Selon Statistique Canada, le cheptel de moutons et d’agneaux totalisait un peu plus d’un million de bêtes en 2020.

Les moutons et les brebis sont surtout élevés pour leur viande ou pour leur lait. La laine n’est plus un produit rentable.

Les prix d’achat de la laine de mouton couvrent à peine les coûts de la tonte des bêtes. Seulement 10 % de cette laine locale est achetée au Canada.

Néanmoins, certains irréductibles continuent de traiter et de proposer de la laine produite ici aux consommateurs canadiens.

Téléjournal Manitoba, 21 septembre 2020

Rencontrez Christel Lanthier, dans ce reportage du journaliste Mohamed-Amin Kehel présenté au Téléjournal Manitoba du 21 septembre 2020.

Vivant à Sainte-Geneviève, un village situé à 50 kilomètres de Winnipeg, Christel Lanthier et son époux Joey Fiola exploitent une ferme écologique où broutent moutons et lamas.

Christel Lanthier fait tisser et teint elle-même la laine de ses protégés. Elle vend sa laine en écheveaux et l’on peut même savoir quel animal a fourni la laine, car toutes ses bêtes possèdent un nom.

D’autres passionnés de la laine vont encore plus loin dans l’exploration.

TJ extra Est-du-Québec, 21 avril 2017

De Rimouski, la journaliste Caroline Cyr et le caméraman François Gagnon nous proposent un reportage présenté au TJ extra Est-du-Québec le 21 avril 2017.

Sylvie Deschênes est passionnée par la laine et le tricot depuis l’âge de cinq ans. Maintenant propriétaire d’une ferme, elle utilise la laine de moutons et de lamas pour sa production.

Elle a aussi fait des expériences avec les poils d’autres animaux : le chien, le chat, l’âne et même la vache, avec des résultats plus ou moins satisfaisants.

Tricoter étant devenu une activité qui gagne en popularité, Sylvie Deschênes a pu former un cercle de tricoteuses pour l’accompagner dans sa démarche.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.