•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le couvre-feu passera à 21 h 30 à Montréal et Laval lundi prochain

François Legault en conférence de presse le 27 avril 2021.

« Il faut être extrêmement prudents pour la suite des choses », a rappelé le premier ministre François Legault en conférence de presse mardi.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

L'amélioration de la situation sanitaire a convaincu François Legault de permettre certains allègements des mesures en vigueur au Québec. Ainsi, le couvre-feu qui était repassé à 20 h à Montréal et à Laval depuis le 11 avril reviendra à 21 h 30 dès lundi prochain, a annoncé le premier ministre, mardi.

Des assouplissements aux mesures sanitaires entreront également en vigueur dans les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches, où la plupart des écoles primaires rouvriront. Seules exceptions : les centres de services scolaires de la Beauce-Etchemin et de la MRC de Bellechasse, des secteurs où la santé publique constate beaucoup de transmission communautaire.

Les autres mesures d'urgence mises en place dans ces deux régions restent cependant toujours en vigueur, comme la fermeture des écoles secondaires et des commerces non essentiels. Le couvre-feu y demeure pour sa part à 20 h.

En Outaouais, en raison de la proportion très élevée de diagnostics positifs de COVID-19, toutes les mesures sanitaires d'urgence sont prolongées jusqu'au 9 mai.

Le nombre de cas a diminué dans cette région et le taux de positivité aux tests est passé de 10,8 % à 8,5 %. Mais la proportion de gens infectés par le coronavirus est encore beaucoup trop élevée comparativement à la moyenne québécoise, qui est actuellement de 2,9 %.

Le gouvernement prévient qu'il a l'intention d'être très prudent pour la suite des choses, même dans les autres régions où la situation est pour l'instant maîtrisée. Parce qu'avec les variants, aucune région n'est à l’abri d’une explosion de cas, a commenté le premier ministre Legault en conférence de presse.

Il nous reste encore un petit bout de chemin à faire dans le tunnel et on arrive bientôt à destination.

Une citation de :Le premier ministre du Québec, François Legault

Vaccination pour tous

Le premier ministre a rappelé que la vaccination était offerte depuis mardi aux personnes handicapées et leurs proches aidants, et le sera mercredi aux femmes enceintes. Il a suggéré à ces personnes de prendre rapidement un rendez-vous avant que la vaccination de l'ensemble de la population soit lancée, ce qui devrait survenir bientôt, selon lui.

On n’a pas vu beaucoup d’inscriptions ce matin, a-t-il ajouté.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a précisé qu'il espérait aussi voir le taux de malades chroniques vaccinés augmenter avant de passer à la prochaine étape. Il suggère également aux enseignants de profiter de l'occasion qui leur est offerte de se faire vacciner avant la population générale.

Il y a encore pas mal de rendez-vous pour tout le mois de mai. Parce que c’est 900 000 rendez-vous qu’on a ajoutés pour le mois de mai. On est encore à attendre de voir la tendance que prennent ces rendez-vous pour trouver le bon moment d’ouvrir à la population, a-t-il expliqué.

Le gouvernement refuse par ailleurs d’accorder quatre heures de congé payé à tous les employés québécois pour leur permettre d’aller se faire vacciner, comme l’a suggéré Québec solidaire.

Il demande plutôt aux employeurs d’être flexibles et accommodants.

Ce n’est pas comme une élection qui se passe juste un jour. Dans toutes les régions, il y a des endroits où on peut se faire vacciner le soir et la fin de semaine, dit François Legault.

Un calendrier d'assouplissements sous peu

Le premier ministre a indiqué que 33 % de la population avait maintenant reçu au moins une dose et a rappelé qu'il faudra que cette proportion atteigne 75 % pour que le gouvernement puisse éliminer la plus grande partie des mesures sanitaires.

François Legault se dit conscient que les citoyens ont hâte de savoir ce qui les attend dans les prochaines semaines. Bien qu’il soit trop tôt pour en donner les détails, les élus travaillent avec la santé publique pour préparer un plan de match des activités qu’il sera graduellement possible de faire.

On ne sera probablement pas capables de donner des dates pour chaque élément de la séquence, mais on utilise un modèle basé sur ce qui se passe, par exemple, au Royaume-Uni ou en Israël [où la campagne de vaccination est avancée] pour prévoir ce qui s’en vient, a-t-il noté.

D’ici quelques jours, on va être capables de vous revenir avec des positions beaucoup plus claires là-dessus, a spécifié Christian Dubé.

Québec compte par ailleurs continuer à administrer le vaccin d'AstraZeneca, malgré la mort d'une femme vaccinée de 54 ans à la suite d'une thrombose cérébrale. Il s'agirait du premier cas du genre non seulement au Québec, mais au Canada. Comme décidé la semaine dernière, le vaccin ne sera toutefois pas inoculé aux moins de 45 ans.

C’est un événement qui est rare. On a à peu près un risque par 100 000 doses, a commenté le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, qui a ajouté que ce décès était un événement triste, mais auquel on s'attendait.

Quant au ministre de la Santé, il a insisté sur le fait que les risques associés au vaccin étaient connus, mais que ceux découlant de la COVID-19 sont encore pires.

On a eu à date plus de 400 000 personnes qui ont été vaccinées avec AstraZeneca et je pense qu’il y a quatre cas sous examen. On est exactement dans la moyenne. C’est le genre de risque que malheureusement on doit prendre, mais je pense que c’est la bonne chose à faire, a-t-il énoncé.

Plafonnement des cas et baisse des hospitalisations

Le Québec signale aujourd’hui 899 nouveaux cas de COVID-19, un nombre qui se situe sous la barre des 1000 pour un deuxième jour d'affilée.

La province recense aussi 14 décès supplémentaires ainsi que 667 personnes hospitalisées en raison de la maladie, soit 3 de plus que le jour précédent. Sur une période d'une semaine, on observe une diminution de 49 hospitalisations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !