•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après l’Ontario, la Nouvelle-Écosse recevra aussi l’aide du fédéral

Justin Trudeau en conférence de presse le 23 avril 2021.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a annoncé mardi que 60 membres des Forces armées seront déployés dans les centres de dépistage de la Nouvelle-Écosse.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Justin Trudeau a annoncé que 60 membres des Forces armées canadiennes iront prêter main-forte dans les centres de dépistage de la Nouvelle-Écosse, qui connaît actuellement une hausse considérable des nouveaux cas quotidiens de COVID-19.

Depuis trois jours, la province enregistre des nombres records dans son bilan quotidien. Le gouvernement néo-écossais a signalé mardi 96 nouveaux cas de COVID-19, dont 90 dans la région d'Halifax. Lundi, 66 cas avaient été signalés, et dimanche, 63.

La Nouvelle-Écosse dénombre 419 infections actives.

Partout en Nouvelle-Écosse, et en particulier dans la région d'Halifax, les chiffres ont augmenté rapidement et la province a demandé de l'aide. Alors, là aussi, nous envoyons de l’aide.

Une citation de :Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le premier ministre a aussi affirmé que son gouvernement était sur un pied d’alerte concernant l’Alberta, également aux prises avec un nombre important de nouveaux cas chaque jour.

Nous nous tenons prêts, a-t-il fait savoir en conférence de presse mardi.

Il a rappelé que la municipalité régionale de Wood Buffalo – qui comprend Fort McMurray – avait déclaré l'état d'urgence au cours de la fin de semaine, indiquant que la ministre de la Santé Patty Hajdu avait discuté de la situation sur le terrain avec le maire.

Notre gouvernement a demandé à l'Alberta de quel soutien il pourrait avoir besoin pour assurer la sécurité des gens et maîtriser la situation, a fait savoir le premier ministre.

De l'aide dans les prochaines heures en Ontario

La Nouvelle-Écosse et l'Alberta suivent ainsi les traces de l'Ontario, où la troisième vague de la pandémie frappe durement depuis la fin du mois de mars, particulièrement dans la région du Grand Toronto.

Mardi après-midi, un premier contingent formé de six infirmières et de trois médecins en provenance de Terre-Neuve-et-Labrador doit atterrir dans la province, où les autorités ont recensé 3265 nouvelles infections.

Ces professionnels de la santé seront rapidement dirigés vers la région de Toronto, où les hôpitaux sont sous pression.

Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, a aussi indiqué que l'armée allait déployer neuf infirmières intensivistes dans la province et que la Croix-Rouge était prête à en déployer 13, en plus de 30 autres ressources supplémentaires.

L'Ontario a formulé une demande d'aide officielle auprès du gouvernement fédéral au cours de la fin de semaine, après avoir initialement refusé l'aide proposée par Ottawa.

Devant la situation critique qui a cours en Inde, Justin Trudeau a annoncé que le Canada enverra 10 millions de dollars par l'entremise de la Croix-Rouge, en plus d'évaluer quels équipements il pourrait fournir afin d'aider le pays gravement touché par la COVID.

La vaccination va bon train

Justin Trudeau a aussi profité de sa conférence de presse pour faire brièvement le point sur les livraisons de vaccins, dont la cadence devrait augmenter la semaine prochaine.

Le Canada attend près de 2 millions de doses cette semaine, tous vaccins confondus. Mais dès la semaine prochaine, Pfizer livrera à lui seul 2 millions de doses hebdomadaires, a souligné le premier ministre.

Si on regarde le taux d’administration des vaccins – c’est-à-dire le nombre de doses administrées par jour par rapport à la population –, le Canada se classe régulièrement au deuxième rang des pays du G20, devant l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, a-t-il aussi noté.

Rappelons que le Canada attend cette semaine sa première livraison du vaccin à dose unique de Johnson & Johnson. La cargaison de 300 000 doses devrait arriver mercredi et pourra probablement commencer à être utilisée dès le début du mois de mai.

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) doit rendre publiques ses recommandations quant à l'utilisation de ce vaccin au début de la semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !