•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fils d'un résident du CHSLD Laflèche toujours bouleversé

La façade extérieure du CHSLD en été.

À Shawinigan, 44 personnes sont mortes de la COVID-19 au CHSLD Laflèche durant la première vague de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

La deuxième journée des audiences dans le cadre de la vaste enquête du Bureau du coroner du Québec au sujet des décès survenus en CHSLD se poursuit mardi à Shawinigan. En marge de cette journée, sur les ondes de Toujours le matin, Daniel Béliveau, dont le père est mort de la COVID-19 au CHSLD Laflèche, se dit toujours bouleversé.

Le père de M. Béliveau, testé positif à la COVID-19, a été asymptomatique pendant dix jours jusqu'à un début de fièvre.

Le samedi, je reçois un téléphone. On me dit : "Ton père a de la fièvre. On ne sait pas ce que ça peut donner." Le mercredi, il était décédé. Pas de nouvelles entre les deux, se rappelle M. Béliveau, qui souligne que le personnel a pris soin de son père, même si débordé par la crise.

Il vit quand même difficilement le fait de n’avoir pu accompagner son père, Gilles Bourassa, dans son dernier souffle.

Je ne pense pas que ça se guérisse et je ne pense pas que ça s’oublie. Mais en même temps, il ne faut pas l’oublier, parce que plus jamais on ne devrait revivre ça, continue M. Béliveau.

Par ailleurs, il déplore que le CIUSSS MCQ n’a pas été en contact avec les familles après la crise. Il dit avoir appris par les médias l'existence d'une enquête publique du coroner.

Je pense que ça fait plus monter de frustrations, parce qu’on n'a pas de contacts avec le CIUSSS. On n'a pas pu jaser avec eux après de ce qui s'est passé, conclut-il.

Daniel Béliveau souligne qu'il n'est pas trop tard pour faire amende honorable. Il se dit prêt à écouter le CIUSSS et en parler avec eux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !