•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peu de places en CPE et manque de personnel : un véritable casse-tête dans la région

De jeunes enfants jouent avec des blocs de construction.

De jeunes enfants jouent avec des blocs de construction.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La difficulté de trouver des places en garderie n’est pas près de s’estomper si l’on se fie au syndicat régional qui représente les travailleuses en centres de la petite enfance (CPE).

La présidente Nathalie Dupéré affirme que, même s’il y avait agrandissement ou construction de CPE, il n’y aurait jamais assez de personnel pour pourvoir tous les postes. En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, elle a mentionné que le manque de main-d’œuvre dans ce domaine n’avait jamais été aussi critique au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

On ne veut pas raconter de mensonges aux parents : même s’il y a développement de nouvelles places, malheureusement, le personnel n’est pas en place, donc on serait incapable de donner le service.

Une citation de :Nathalie Dupéré, présidente, Syndicat des travailleuses des CPE et des bureaux coordonnateurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Depuis quelques années, il y a moins d’inscriptions au Cégep de Jonquière et on fait face à cette pénurie, explique-t-elle. Parmi nos travailleuses, il y en a qui quittent ou qui partent plus tôt parce que travailler dans les conditions actuelles, ce n’est pas évident.

Des enfants s'amusent avec des jouets en mousse.

De plus en plus d'enfants sont en attente d'une place dans une garderie subventionnée au Québec.

Photo : iStock

Nathalie Dupéré affirme que plusieurs travailleuses doivent faire des semaines plus longues qu’elles ne le souhaitent en raison de la situation. De plus, les listes de rappel sont pratiquement vides, ce qui compliquera la tâche l’été venu.

Il y a beaucoup moins de travailleuses qui pourront partir en vacances, maintient-elle.

La présidente du syndicat est convaincue que l’amélioration des conditions de travail pour celles qui œuvrent dans les CPE est la clé à long terme. De meilleures conditions et de meilleurs salaires pourraient convaincre de nouvelles recrues d’entreprendre des carrières dans ce domaine, selon elle.

Nathalie Dupéré espère que les négociations en cours avec le gouvernement permettront de faire avancer les choses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !