•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un incendie majeur ravage l'église de Listuguj

Une église complètement en flammes.

Selon des images disponibles sur les médias sociaux, le clocher de l'église s'est effondré.

Photo : Facebook

L'église Sainte-Anne-de-Ristigouche est une perte totale après avoir été la proie des flammes lundi soir. Une enquête est en cours pour identifier les causes de l'incendie.

Les services d'urgence ont été alertés vers 21 h 30 lundi (heure du Québec). Des pompiers de Campbellton et de Pointe-à-la-Croix ont prêté main-forte aux équipes de Listuguj pour parvenir à éteindre le brasier.

Malgré leurs efforts, le clocher de l'église s'est effondré en milieu de nuit. Une personne qui résidait à temps partiel dans le presbytère a pu quitter le bâtiment indemne.

Toute la journée, mardi, les pompiers sont restés sur place et ont dû intervenir pour éteindre de petits foyers d'incendie qui se sont rallumés. En fin d'après-midi, une petite équipe de pompiers était toujours aux aguets près de l'église. Les policiers de Listuguj seront également sur place dans la nuit de mardi à mercredi pour éviter que des gens ne s'aventurent dans les décombres.

Un pompier est assis devant la structure calcinée de l'église, le 27 avril 2021.

L'église Sainte-Anne-de-Ristigouche est une perte totale.

Photo : Radio-Canada

Une enquête en cours

Selon les policiers, le feu aurait pris naissance à l'arrière du bâtiment, du côté de la rivière. La cause de l'incendie est toutefois encore inconnue.

Le service de police de Listuguj a demandé l'aide de la Sûreté du Québec pour mener l'enquête. Un technicien en scène d'incendie doit venir inspecter les lieux, mercredi. Par ailleurs, les personnes ayant des informations à ce sujet sont priées de se manifester.

Une voiture de police est garée devant la structure calcinée de l'église où des pompiers s'affairent encore.

L'église Sainte-Anne-de-Ristigouche le 27 avril 2021.

Photo : Radio-Canada

De ce qu'on sait à ce point-ci, il n'y avait personne à l'intérieur, personne n'a été blessé alors on est chanceux, mais on a perdu quelque chose d'important, souligne le chef de Listuguj, Darcy Gray.

C'est choquant. On est tous frappés, tous touchés. Ce n'est pas tout le monde qui est religieux ici, mais c'était une place importante dans la communauté pour plusieurs générations, une place de rassemblement.

Une citation de :Darcy Gray, chef de Listuguj

C'est un choc, même si on a des émotions ambivalentes à l'égard de l'église en raison de notre passé et du colonialisme, nous avons grandi en allant à l'église, affirme une résidente de Listuguj, Delphine Metallic. Comme pour plusieurs membres de sa communauté, le lieu de culte est lié à plusieurs événements marquants de sa vie, comme des baptêmes, des mariages et des funérailles.

C'est un jour triste pour notre communauté, enchaîne un autre résident, Vernon Metallic. C'est une grosse perte, particulièrement pour les aînés qui allaient encore à l'église.

Deux organismes à la rue

Il s'agit également d'une perte importante pour le Secrétariat Mi’gmawei Mawiomi, dont les bureaux se trouvaient dans l'ancien monastère occupé par les frères capucins, un bâtiment annexé à l'église également ravagé par les flammes.

On a fait de notre mieux pour empêcher que le feu le prenne aussi, mais on n'a pas réussi et maintenant il y a plein d'eau qui en sort, alors c'est probablement tout perdu, déplore le chef.

Juliette Barnaby, la directrice des opérations du Secrétariat Mi’gmawei Mawiomi, une organisation qui exécute le travail prescrit par l’assemblée formée des chefs et les conseillers de Gesgapegiag, Gespeg et Listuguj, affirme avoir perdu des archives inestimables dans l'incendie.

C'est énorme, ce que l'on a perdu, dit-elle. On a travaillé avec des aînés qui ne sont plus des nôtres désormais. Leurs voix, leurs photos et les choses qu'ils nous ont données sont parties.

Un organisme qui vient en aide aux personnes aux prises avec des dépendances devra également se relocaliser.

Darcy Gray observe l'église ravagée par les flammes, le 27 avril 2021.

Le chef de Listuguj, Darcy Gray, a passé une bonne partie de la nuit sur les lieux de l'incendie.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Le chemin Riverside est, qui a été fermé entre les intersections Pacific et Caplin pendant une bonne partie de la journée, est désormais rouvert à la circulation.

Une échelle déployée de camion de pompiers arrose le toit de l'église.

Des pompiers combattant l'incendie.

Photo : Facebook

Les bâtiments du conseil de bande de Listuguj sont fermés pour la journée en raison du manque de pression d’eau, tout comme l'école de la communauté.

Des pompiers arrosent le presbytère de Listuguj, le 27 avril 2021.

Le presbytère a également été touché par les flammes.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Une perte patrimoniale

C'est une des premières églises qui a vu le jour en Gaspésie, indique le président de la Société historique Machault, Michel Goudreau.

Cependant, notamment en raison d'incendies, au moins quatre églises ont dû être bâties sur ce site depuis la première construction, vers la fin des années 1700.

M. Goudreau rappelle d'ailleurs que l'église actuelle avait été la proie des flammes en 1927. Par contre, l'incendie avait pu être maîtrisé jusqu'à un certain point et on avait pu réparer l'église, précise-t-il.

C'est une église qui avait une richesse. Il y avait des vitraux assez spéciaux qui parlaient de l'histoire de la religion avec les Micmacs et c'était une richesse patrimoniale qu'on retrouve très peu en Gaspésie.

Une citation de :Michel Goudreau, président de la Société historique Machault

Avant qu'on ait une paroisse à Pointe-à-la-Croix et autour, c'était le centre religieux de tout le nord de la Ristigouche, incluant une partie du Nouveau-Brunswick, souligne M. Goudreau.

Le 26 juillet, le jour de la Sainte-Anne, des pèlerinages emmenaient des gens de partout, des deux côtés de la Ristigouche et de partout en Gaspésie. C'était un lieu couru jusqu'aux années 1970, rappelle l'historien.

Michel Goudreau se tient devant la structure calcinée de l'église de Listuguj, le 27 avril 2021.

Michel Goudreau est le président de la Société historique Machault.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

L'évêque du diocèse de Gaspé, Gaétan Proulx, a tenu à se rendre sur les lieux dès qu'il a appris la nouvelle mardi matin.

Pour ces gens ici, c'est une manière de leur exprimer notre solidarité, notre réconfort par rapport à ce qu'ils vivent, indique-t-il.

Une église, c'est la maison de la communauté, souligne l'évêque.

Avec des informations de Roxanne Langlois, d'Isabelle Larose et d'Isabelle Lévesque

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !