•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement libéral survit au dernier des trois votes de confiance sur le budget

M. Singh en Chambre.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh

Photo : Radio-Canada / Sean Kilpatrick

La Presse canadienne

Avec l'aide du NPD, le gouvernement libéral minoritaire de Justin Trudeau a survécu au dernier des trois votes de confiance sur son budget.

La Chambre des communes a approuvé lundi la politique budgétaire générale du gouvernement par un vote de 178-157.

Les députés néo-démocrates se sont joints aux libéraux dans l'appui au budget, conformément au vœu du chef du NPD Jagmeet Singh de ne pas déclencher d'élections au milieu d'une troisième vague meurtrière de COVID-19.

Les députés conservateurs, les bloquistes et les verts ont voté contre le budget.

Les votes sur le budget sont considérés comme des questions de confiance; si tous les partis d'opposition avaient voté contre, le gouvernement serait tombé, ce qui aurait plongé le pays dans une élection.

Le gouvernement a survécu à deux autres votes de confiance sur le budget la semaine dernière, sur les amendements des conservateurs et du Bloc québécois.

Le budget, présenté la semaine dernière, prévoit un peu plus de 100 milliards de dollars en nouvelles dépenses pour stimuler la reprise économique, en plus d'un déficit sans précédent de 354 milliards, induit par la pandémie au cours de l'exercice 2020-2021.

Le gouvernement doit éventuellement présenter un projet de loi d'exécution du budget, ce qui sera également une question de confiance.

Le premier ministre Trudeau a tenu à dire la semaine dernière que le budget de dépenses importantes n'était pas une rampe de lancement pour une élection. Il n'exclurait pas la tenue d'élections cette année; il note qu'il dirige un gouvernement minoritaire et affirme que ce sera au Parlement de décider de la date des élections.

Bien que cela sonne comme si M. Trudeau n'a pas l'intention de provoquer lui-même la chute du gouvernement, cela n'exclut pas la possibilité que les libéraux essaient d'orchestrer leur défaite aux mains des partis d'opposition. Cela n'exclut pas non plus la possibilité que M. Trudeau puisse à un moment donné prétendre qu'un Parlement minoritaire dysfonctionnel l'oblige à demander un mandat majoritaire.

Certains initiés libéraux croient que M. Trudeau pourrait retirer le bouchon cet été, à condition que la pandémie soit relativement maîtrisée et que la vaccination se déroule sans heurts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !