•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fonfon, une maison d'édition née de l'amour pour un père

La couverture du livre « Monsieur Tralalère », des Éditions Fonfon, avec d'autres livres en arrière-plan.

« On a créé Fonfon, qui est le surnom de notre papa quand il était petit », explique sa fille Véronique Fontaine, qui est aujourd'hui directrice générale des Éditions Fonfon.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie/Gabrielle Mailloux

Anik Moulin

« C'est une longue histoire que je vais vous dévoiler à l'instant », avertit Véronique Fontaine, le sourire dans la voix, en commençant l'entretien.

En 2003, le père de Véronique, le Sherbrookois André Fontaine, est retraité de la Sûreté du Québec, spécialiste en scène de crime et enseignant en technique policière au Cégep de Sherbrooke. Il réalise le manque flagrant de livres de référence pour aider les élèves dans leur apprentissage et décide donc de mettre sur pied sa propre maison d'édition : Les éditions André Fontaine. Tout va très bien pour la petite entreprise, jusqu'en 2007.

Il est décédé subitement, mon père, à 52 ans, ce qui est beaucoup trop jeune. [...] Quand il est décédé, lui, y était seul dans sa maison d'édition, et moi, j'ai deux sœurs. On s'est dit qu'est-ce qu'on fait avec ça? Il faut que quelqu'un s'en occupe! Les livres étaient à l'impression. Y avait plein de choses à faire. Je pense que ça a été une façon pour nous de vivre notre deuil. De poursuivre son rêve, se souvient Véronique Fontaine.

Photo d'André Fontaine.

« Honnêtement, notre père, je pense que c'est le plus bel humain sur la Terre », affirme sa fille Véronique Fontaine.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie/Véronique Fontaine

L'histoire des Fontaine est déjà touchante jusqu'ici, mais elle prend une tout autre tournure. La veille de la mort d'André Fontaine, l'aînée des trois sœurs, Valérie, accouche de son premier enfant en Gaspésie, où elle réside avec son conjoint. Le grand-père n'a donc jamais pu voir son premier petit-enfant. Valérie Fontaine, alors enseignante au primaire, écrit une histoire à son fils naissant, un texte poétique pour garder vivante la mémoire de son père. Cinquante copies sont imprimées pour la famille, mais finalement, 2000 livres trouvent preneurs.

On a créé Fonfon, qui est le surnom de notre papa quand il était petit. Le premier titre chez Fonfon est un livre sur le deuil, et on l'a sorti en 2010.

Une citation de :Véronique Fontaine, directrice générale des Éditions Fonfon

Une belle histoire triste

Honnêtement, notre père, je pense que c'est le plus bel humain sur la Terre. J'en suis pas revenue encore de cette personne-là. Il me manque chaque jour, en fait, affirme avec émotion la directrice générale des Éditions Fonfon.

Juste avant le départ soudain de son père, en 2007, Véronique Fontaine vient de terminer sa maîtrise en clarinette classique. Son souhait est de jouer au sein d'un orchestre symphonique.

C'est vraiment un concours de circonstances qui fait que je me suis retrouvée en édition, à cause du décès de mon père. Et aujourd'hui, c'est mon travail et j'en suis tellement reconnaissante. C'est spécial, quand même. Et je me dis, le travail que j'aime faire quotidiennement, qui me nourrit, n'aurait pas pu avoir lieu si mon père était pas décédé. Ça fait pas de sens... mais c'est ça la vie! remarque-t-elle.

Changer la donne

Véronique Fontaine apprend le métier d'éditrice au jour le jour. En 2012, elle prend les rênes seule des Éditions Fonfon. Elle a le sentiment profond de pouvoir avoir un impact dans la vie des enfants.

Photo de Véronique Fontaine.

Véronique Fontaine a pris les rênes des Éditions Fonfon en 2012.

Photo : Radio-Canada / Yan Bleney

J'ai vraiment le besoin de poursuivre ça. De continuer à nommer les choses pour les enfants, à les outiller, mais à travers une littérature. [...] On reçoit des témoignages de familles d'enfants. C'est incroyable, ce qu'on peut faire dans la vie de quelqu'un avec un livre.

Une citation de :Véronique Fontaine, directrice générale des Éditions Fonfon

Collection Juste pour le plaisir de lire

Un autre volet de la mission que s'est donnée Véronique Fontaine, c'est celui de donner le goût de la lecture. Je pense qu'un humain qui lit va être un meilleur humain dans la vie! ajoute l'éditrice. Dans cette collection, on retrouve des histoires drôles, amusantes, décomplexées et parfois absurdes. Le premier livre jeunesse de l'Estrien Patrice Michaud, La soupe aux allumettes, est d'ailleurs publié dans cette collection.

La couverture du livre « La soupe aux allumettes ».

« La soupe aux allumettes » est le premier livre jeunesse de Patrice Michaud.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Mailloux

La littérature jeunesse se porte bien

Le milieu du livre a été l'un des plus épargnés de la sphère culturelle durant la pandémie. Je pense qu'on a gagné de nouveaux lecteurs grâce à la pandémie, c'est fou! remarque la directrice des Éditions Fonfon. Dès que les librairies ont pu rouvrir, les gens ont acheté des bouquins, qui plus est, de la littérature québécoise.

L'année 2020 a été exceptionnelle pour Fonfon : les ventes ont connu une hausse de 30 % par rapport à 2019, malgré un arrêt des ventes au printemps 2020. L'année 2021 se poursuit dans le même sens et la jeune directrice n'a qu'un désir, poursuivre sur la même voie.

Je veux juste continuer à avoir des beaux projets, à avoir des rencontres extraordinaires. Juste continuer à avoir des témoignages d'enfants, ou de parents qui ont été touchés, émus par un de nos livres. J'espère faire ça des années et des années. Je veux même pas plus, je veux juste poursuivre cette affaire-là! conclut sereinement Véronique Fontaine.

L'aînée de la famille, Valérie Fontaine, qui était enseignante, est aujourd'hui autrice. Elle a d'ailleurs plusieurs dizaines d'ouvrages à son actif, dont le plus récent, Le grand méchant loup dans ma maison. La cadette, Marie-Claude, travaille en relation d'aide, et Véronique dirige évidemment Les éditions Fonfon et Les éditions André Fontaine, toujours bien vivantes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !