•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

[EN CHIFFRES] Pourquoi les Manitobains devront-ils encore limiter leurs contacts?

Les gens sur une terrasse.

Les terrasses des restaurants figurent parmi les endroits touchés par les nouvelles restrictions qui visent en bonne partie à limiter les occasions de contacts parmi la population.

Photo : Radio-Canada

Le Manitoba s’est résolu, lundi, à imposer de nouvelles restrictions sanitaires qui ont surtout pour effet de limiter les occasions où la population peut avoir des contacts, sans aller jusqu'au confinement. Le nombre de cas de COVID-19 des dernières semaines rendait cette décision quasiment inévitable.

Le Manitoba a annoncé 210 cas supplémentaires lundi et un nouveau décès lié à un variant, ce qui porte à 4 le total de morts causées par un variant dans la province.

La semaine dernière, déjà, les autorités sanitaires avaient fait savoir qu’elles se préparaient à imposer de nouvelles restrictions si le nombre de cas quotidien ne diminuait pas.

En réalité, depuis le 28 février, le Manitoba a enregistré plus de 4300 nouveaux cas de COVID-19. Après avoir assoupli une première fois ses restrictions en janvier, la province les a encore assouplies en février.

Mais c’est surtout après le dernier assouplissement survenu le 5 mars que les cas de COVID-19 ont commencé à fortement augmenter. Quelques semaines plus tôt, le Manitoba avait aussi détecté son tout premier cas de variant, le B.1.1.7.

Les variants ont changé la donne

Depuis, le nombre de variants dans la province s'est multiplié. Ils s'accompagnent d'une transmission plus rapide et plus facile du coronavirus et, dans la semaine du 11 au 17 avril, le Manitoba comptait 1016 cas de variants. De plus, pour la première fois, lundi, les autorités sanitaires ont déclaré avoir détecté le premier cas probable du variant B.1.617, originaire de l’Inde. Des investigations supplémentaires sont néanmoins en cours pour confirmer cela.

L’augmentation de la propagation des variants se reflète dans le nombre de nouveaux cas hebdomadaires. Après une légère diminution du nombre de ces cas à la mi-mars, celui-ci a fortement augmenté à partir de la première semaine d’avril.

Ainsi, entre le 28 mars et le 17 avril, le Manitoba a détecté 2232 nouveaux cas, contre moins de 1800 les trois semaines précédentes. La majeure partie de ces cas sont issus de contacts proches avec des personnes malades, mais de plus en plus de cas ont une origine inconnue.

Les hospitalisations toujours en hausse

Par ailleurs, le taux de positivité sur cinq jours, qui mesure le nombre de tests effectués ayant un résultat positif par rapport au nombre total de tests réalisés, est en constante augmentation depuis deux semaines.

Le 5 avril, par exemple, il atteignait 5,1 % au niveau provincial et 4,3 % à Winnipeg. Lundi, il était de 7,6 % au Manitoba et 8,2 % à Winnipeg. Les augmentations du taux de positivité et du nombre de cas se sont, par conséquent, traduites aussi dans les hôpitaux.

Après être tombé à 133 hospitalisations le 20 mars, le nombre de malades atteints de la COVID qui ont dû être hospitalisés était de 148 lundi.

De plus, le nombre de personnes en soins intensifs n’est jamais tombé en dessous de 21. Il est, lui aussi, en constante augmentation depuis plusieurs semaines et s’est établi à 37 lundi.

Risque de submerger le système de santé

On est à un tournant, a déclaré lundi le premier ministre Brian Pallister pour justifier le fait qu’il se résignait, une nouvelle fois, à imposer des restrictions.

Nous avons un choix très limité. Nous risquons de noyer notre système de santé, a ajouté le médecin hygiéniste en chef, Brent Roussin, en conférence de presse.

Nous avons vraiment fait tout ce que nous avons pu pour ne pas retourner à où nous étions en octobre-novembre. Nous voyons que la tendance ressemble à celle de l’automne et nous devons prendre la décision difficile de restreindre davantage, a-t-il poursuivi.

Le Manitoba a aussi accéléré sa campagne de vaccination. Après trois zones prioritaires sélectionnées vendredi, de nouvelles zones ont été désignées lundi avec l’espoir, à terme, de pouvoir rouvrir la province une bonne fois pour toutes.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !