•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle entreprise se chargera de tester les travailleurs agricoles étrangers

Dynacare succédera à Switch Health, dont les services ont été fortement critiqués ces dernières semaines.

Des travailleurs agricoles saisonniers procèdent à la récolte des canneberges dans une cannebergière de Saint-Louis-de-Blandford, dans le Centre-du-Québec.

Certains travailleurs étrangers temporaires ont attendu 25 jours avant d'obtenir de Switch Health le résultat de leur test de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

La Presse canadienne

Ottawa croit avoir trouvé une solution aux ratés de la gestion des quarantaines des travailleurs agricoles étrangers qui, au Québec, n'obtiennent pas assez rapidement les résultats de leurs tests de COVID-19.

Lundi, le gouvernement fédéral a annoncé que c'est dorénavant Dynacare qui fournira le service de dépistage. Ottawa a signé une nouvelle entente de deux millions de dollars avec l'entreprise.

Dès mercredi, Dynacare offrira ses services aux travailleurs qui atterrissent à Montréal. Il y aura prise de rendez-vous, administration de tests, collecte des premiers échantillons et des seconds prélevés au huitième jour de la quarantaine. Tout ça en français, en anglais et dans d'autres langues.

La majorité des travailleurs agricoles étrangers au Québec sont hispanophones.

Des quarantaines de 25 jours

Au Bloc québécois (BQ), on promet de surveiller le nouveau fournisseur de ce service de près.

Dans un communiqué diffusé lundi matin, le député bloquiste Yves Perron parle du cafouillage Switch Health qui a précédé.

Dix à quinze heures d'attente, service unilingue anglais, retards inexplicables dans la réception de tests qui portent certaines quarantaines jusqu'à 25 jours [...] Il était grandement temps qu'il se passe quelque chose, a écrit le député.

M. Perron en profite pour réclamer une plus grande compensation pour les producteurs qui vont, assurément, subir des pertes, selon lui.

Il est maintenant évident que la compensation de 1500 $ par travailleur étranger versée aux producteurs est insuffisante [...] Le gouvernement doit trouver une façon de bonifier le montant accordé pour la quarantaine, particulièrement dans les cas où elle a été prolongée du double, a réclamé le député Perron.

M. Perron en Chambre.

Le député bloquiste de Berthier-Maskinongé, Yves Perron

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Non, on ne prévoit pas la bonifier, a fait savoir le porte-parole de la ministre fédérale de l'Agriculture, Marie-Claude Bibeau.

Au bout du fil, Jean-Sébastien Comeau a tenu à souligner que d'avoir trouvé un autre fournisseur de services, c'est quand même majeur. Pour ce qui est de possibles pertes encourues ces dernières semaines, il a rappelé l'existence de programmes de gestion de risques auxquels souscrivent les producteurs agricoles.

Le BQ veut plus que le service minimum

Les gens qui appellent au bureau de la ministre doivent s'attendre à autre chose que de se faire dire : "Va checker les programmes qui existent, puis achale-moi pas", s'est insurgé le chef bloquiste Yves-François Blanchet, lors d'un point de presse en début d'après-midi, lundi.

M. Blanchet a souligné le contexte singulier de la pandémie et a réclamé davantage que le service minimum de la part de la ministre Bibeau.

Il a tout de même applaudi à la signature du contrat avec Dynacare. Mieux vaut tard que jamais, a-t-il déclaré.

C'est une bonne chose que le gouvernement ait réalisé – après longtemps, là – que c'était impossible de gérer des hispanophones en anglais pour le Québec, a-t-il laissé tomber.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !