•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gala Québec Cinéma : La déesse des mouches à feu en tête des nominations

Une jeune fille crie en faisant du vélo et s'appuie sur les épaules d'un jeune garçon.

Le film La déesse des mouches à feu obtient 15 nominations au Gala Québec Cinéma.

Photo : courtoisie Festival de cinéma de la ville de Québec

Radio-Canada

Malgré une pandémie qui a tenu les salles de cinéma fermées pendant plusieurs mois, Québec Cinéma a annoncé la liste des films en nomination pour son gala, qui se tiendra le 6 juin. La déesse des mouches à feu domine avec 15 nominations.

Le film réalisé par Anaïs Barbeau-Lavalette est notamment finaliste pour l’Iris du meilleur film, de la meilleure réalisation et du meilleur scénario. La comédienne Kelly Depeault est nommée dans la catégorie de la révélation de l’année, tandis que Caroline Néron, Éléonore Loiselle, Normand D’Amour et Robin L’Houmeau sont finalistes pour leur rôle de soutien.

Une mineure et un mineur en combinaison de protection se parlent dans une mine.

Catherine Trudeau et Joakim Robillard dans une scène du film Souterrain, de Sophie Dupuis.

Photo : Axia Films

Souterrain, de Sophie Dupuis, et Le club Vinland, de Benoît Pilon, obtiennent chacun 13 nominations.

My Salinger Year, de Philippe Falardeau, obtient 11 nominations, dont une pour Margaret Qualley dans la catégorie meilleure interprétation féminine dans un premier rôle et pour Sigourney Weaver pour la meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien.

Une jeune femme est assise à un bureau et tient des feuilles dans ses mains.

L'actrice Margaret Qualley dans le film My Salinger Year.

Photo : Philippe Bosse

Ces quatre longs métrages sont finalistes pour l’Iris du meilleur film, auquel s’ajoute Nadia, Butterfly, de Pascal Plante.

Pour la meilleure réalisation, Anaïs Barbeau-Lavalette, Sophie Dupuis, Benoît Pilon, Philippe Falardeau et Daniel Roby sont finalistes.

Les films Target Number One, de Daniel Roby, ainsi que le premier film québécois produit par Netflix, Jusqu’au déclin, de Patrice Laliberté, s’illustrent respectivement dans 10 et 8 catégories.

7 personnes habillées de manteaux sont devant une table avec divers objets et elles regardent la caméra.

Une partie de la distribution de Jusqu'au déclin : Guillaume Cyr, Marilyn Castonguay, Marc Beaupré, Réal Bossé, Marie-Evelyne Lessard, Guillaume Laurin et Marc-André Grondin

Photo : Bertrand Calmeau/Netflix

Dans la catégorie meilleure interprétation féminine pour un premier rôle, les finalistes sont Karelle Tremblay (Death of a Ladies’ Man), Margaret Qualley (My Salinger Year), Marie-Evelyne Lessard (Jusqu’au déclin), Sarah Sutherland (Like a House on Fire) et Émilie Bierre (Les nôtres).

L'adulte et la jeune fille sont tristes.

Marianne Farley et Émilie Bierre dans le film Les nôtres.

Photo : Babas Photography

Du côté masculin, les acteurs Antoine Olivier Pilon (Target Number One), Patrick Hivon (Mont Foster), Paul Doucet (Les nôtres), Réal Bossé (Jusqu’au déclin) et Sébastien Ricard (Le club Vinland) sont nommés.

Un homme en tenue religieuse catholique est devant des élèves.

L'acteur Sébastien Ricard dans le film Le club Vinland.

Photo : Les Films Opale

Cette année, en raison de la pandémie, les nominations pour l’Iris prix du public sont différentes. Il ne s’agit pas des 5 films ayant enregistré le plus grand nombre d’entrées dans les salles québécoises, mais les 16 films sortis en 2020.

Les films finalistes dans cette catégorie sont : Le club Vinland, La déesse des mouches à feu, Félix et le trésor de Morgäa, Flashwood, Jusqu’au déclin, Like a House on Fire, Mon cirque à moi, Mont Foster, My Salinger Year, Nadia, Butterfly, Les nôtres, Rustic Oracle, Le sang du pélican, Slaxx, Target Number One et We Had It Coming.

Deux nouveaux Iris s’ajoutent cette année, les catégories meilleure musique originale pour un film documentaire et meilleur court métrage documentaire, pour un total de 30 Iris remis.

L’animation de ce 22e gala a été confiée à l’actrice Geneviève Schmidt.

Elle porte une robe noire dont le col est échancré sur les épaules.

La comédienne Geneviève Schmidt

Photo : La production est encore jeune inc. / Karine Dufour

L’an dernier, c’est le film Antigone, de la réalisatrice Sophie Deraspe, qui avait été le grand gagnant de la cérémonie en remportant six prix Iris, dont ceux du meilleur film et de la meilleure réalisation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !