•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Erin O'Toole demande la suspension de tous les vols internationaux

Le chef du Parti conservateur du Canada, Erin O'Toole, lors d'un point de presse en avril 2021.

Erin O'Toole estime que le gouvernement Trudeau doit en faire plus pour limiter la menace des variants du coronavirus au pays.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La Presse canadienne

Le chef conservateur Erin O'Toole juge insuffisant l'arrêt temporaire des vols directs de l'Inde et du Pakistan pour empêcher la propagation de variants et propose maintenant de suspendre tous les vols internationaux entrant au Canada.

S'exprimant en conférence de presse lundi, M. O'Toole a critiqué ce qu'il estime être une autre demi-mesure des libéraux.

Le gouvernement doit protéger la frontière en suspendant les vols de tous les pays à risque; en fait, peut-être tous les voyages internationaux de façon temporaire jusqu'à ce qu'on puisse rectifier et sécuriser notre frontière.

Une citation de :Erin O'Toole, chef du Parti conservateur

Il plaide qu'il s'agit d'une demande des provinces. La semaine dernière, le premier ministre du Québec, François Legault, et son homologue de l'Ontario, Doug Ford, ont réclamé dans une lettre des mesures de protection additionnelles à la frontière et une diminution des vols internationaux arrivant au Canada.

M. Legault avait salué la décision du gouvernement fédéral de suspendre les vols de l'Inde et du Pakistan.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, est resté un peu plus évasif lorsqu'il a été questionné sur les prochaines étapes à suivre pour la protection des frontières.

Je suis ouvert à tout ce qui est dans le meilleur intérêt des Canadiens et ce qui va les garder en sécurité. Si cela inclut de nouvelles restrictions de voyage, je suis prêt à me pencher sur les faits et prendre une décision cohérente avec les demandes des experts, a-t-il déclaré en point de presse.

M. Singh ajoute du même coup que ces mêmes experts ne pensent pas que les frontières sont la priorité.

En ce moment, ils disent très clairement que les plus grandes menaces sont les lieux de travail. Les gens deviennent malades dans des quartiers chauds, et ces quartiers chauds sont où l'on retrouve des gens qui travaillent dans des lieux de travail bondés, comme des usines ou des magasins, a-t-il insisté.

La seule façon de résoudre ce problème, dit-il, est d'offrir des congés de maladie payés et flexibles à ces travailleurs afin de leur permettre de rester à la maison lorsqu'ils sont malades.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !