•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture des écoles primaires à Québec?

20c65032559748afa91fe40c75cb46cf

L'extérieur de l'École Saint-Fidèle, à Limoilou

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Le gouvernement pourrait annoncer à 13 h la réouverture des écoles primaires de Québec dès lundi prochain.

C'est du moins l'un des scénarios envisagés par le gouvernement Legault, selon nos informations. La cellule de crise du gouvernement se réunit ce matin pour analyser divers allègements possibles qui toucheraient particulièrement la capitale.

Le nombre de cas de COVID-19 est en baisse depuis quelques jours dans la grande région de Québec, mais la situation demeure toutefois critique dans les hôpitaux.

Les écoles primaires de la Rive-Sud et les écoles secondaires de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches demeureraient donc fermées.

Le Dr Benoit Barbeau, expert en virologie et professeur au Département des sciences biologiques de l'Université du Québec à Montréal, est d'avis que la priorité devrait être la réouverture des écoles au plus vite.

Les enfants ont besoin de ce contact social. La réouverture des écoles peut se faire, selon moi, en gardant comme approche celle d’agir rapidement et agressivement s’il y a des cas de variants, explique l’expert en virologie.

Le couvre-feu restera en vigueur

Toutefois, il ne faut pas s'attendre à une levée importante des mesures comme le couvre-feu à 20 h.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, risque pour sa part de ne pas voir beaucoup de changements dans sa municipalité. Il souhaitait une levée de certaines mesures sur la Rive-Sud.

Déjà, si on passait en zone rouge moins foncé, ça ne serait pas si mal, a affirmé le maire de Lévis en marge de la séance du conseil municipal, lundi soir.

Gilles Lehouillier est le maire de la ville de Lévis.

Gilles Lehouillier, maire de la ville de Lévis, en mêlée de presse.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Gilles Lehouillier se réjouit de voir les cas actifs diminuer en Chaudière-Appalaches. Le 16 avril, il y avait 1717 cas actifs dans l’ensemble de la région. Ce nombre a chuté à 1163 lors du dernier bilan.

Les 36 hospitalisations, dont 12 en soins intensifs, inquiètent toutefois le maire. M. Lehouillier ne s’offusquerait donc pas si le gouvernement optait pour la prudence encore quelque temps.

On est peut-être mieux de faire encore un petit bout d'effort pour être capables de dire qu'on pourrait atteindre une immunité communautaire pendant l'été. Si on pouvait réussir ça, ça serait exceptionnel, a-t-il soulevé.

Déconfiner pour se retrouver dans le trouble, ce n'est pas la solution.

Une citation de :Gilles Lehouillier

Prudence

Le pneumologue et chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, le Dr Mathieu Simon, craint pour sa part les effets d’un relâchement trop hâtif sur le système de santé.

Les unités de soins intensifs des hôpitaux de Québec et Lévis sont débordées depuis le début de la troisième vague. Une vingtaine de lits ont été ajoutés à la centaine déjà existants.

Dans la région de Québec, il reste à peu près cinq lits de soins intensifs. Tous les autres sont occupés. Il est trop tôt. Les unités de soins intensifs et le système hospitalier sont à genou. Un déconfinement à partir du 4 mai avec la fin des mesures d'urgence, ça serait très prématuré, estime le Dr Mathieu Simon.

Le Dr Mathieu Simon en visioconférence.

Le Dr Mathieu Simon est pneumologue et chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

Photo : Radio-Canada

Le médecin se dit inquiet de l'explosion des cas en Ontario et ne souhaite pas que l’on vive les mêmes difficultés au Québec.

L’Ontario, c’est juste à côté. Quand ils ont rouvert pour d'autres raisons qu'on est prêts, ça a viré à la catastrophe et on voit des débordements comme on n'a jamais vu dans le système de santé canadien, affirme le Dr Simon.

L'objectif n'est pas encore atteint

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale ne veut pas dévoiler quelles recommandations la direction régionale de la santé publique a faites au gouvernement. Ces discussions sont confidentielles, précise-t-on. Cependant, l'organisme indique par courriel que même si la région est sur la bonne voie et que la population est mieux protégée par la vaccination, les progrès sont fragiles et l’objectif n’est pas encore atteint.

Le virus continue à circuler abondamment et sa présence est diffuse. La prudence voudrait donc qu’on poursuive nos efforts visant à contenir les interactions sociales et nous protéger d’une autre relance de la transmission, écrit Mathieu Boivin, agent d'information au CIUSSS, dans un courriel adressé à Radio-Canada.

Le Dr Benoit Barbeau souligne lui aussi que la campagne de vaccination progresse et qu’il faut en tenir compte dans l’évaluation des mesures sanitaires à imposer.

En consultant les données de Québec, les commerces non essentiels pourraient aussi certainement rouvrir, tout en maintenant certaines mesures limitatives, à l’image de Montréal, ajoute-t-il.

Le maire porte un masque et un polo blanc à manches courtes. L'employée qui le vaccine est de dos.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, se fait administrer le vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, croit aussi qu'il faut faire confiance à la vaccination. Il s'agit selon lui de notre seule sortie de crise.

Le gouvernement mise sur la vaccination massive. C'est le cheval de bataille actuellement. On le sent sur le terrain, relate-t-il.

Le Dr Simon, lui, souhaite que le gouvernement Legault présente la situation différemment.

Ce que j'espère demain, c'est qu'on va arrêter de parler de date pour déconfiner, mais qu'on va commencer à parler des conditions nécessaires pour le faire. La condition nécessaire, c'est la vaccination. J'aimerais voir l'objectif donné à la population d'un déconfinement plus large lorsqu'on aura atteint un certain seuil vaccinal, dit-il.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc et Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !