•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une répartitrice au 911 aide une femme à accoucher au téléphone

Une policière croise les bras.

Chantal Boudreau est répartitrice à l'urgence depuis 8 ans. C'était la première fois que la cigogne frappait pendant son quart de travail.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Le service de police de Timmins vient de récompenser Chantal Boudreau, une préposée aux communications d’urgence, qui a aidé une femme à accoucher par téléphone, le 19 février dernier.

C’est vers 2 h 50 du matin qu’un père en devenir de la région de Timmins a fait un appel à sa sage-femme.

Nous avons reçu un appel d’une cliente en travail très avancé, et nous lui avons conseillé de téléphoner au 911, nous indique la sage-femme Amy Moland Osborne.

Quelques secondes plus tard, Chantal Boudreau entendait la voix tremblante de son interlocuteur : le bébé s’en vient.

La première étape pour Chantal Boudreau a été d’envoyer une équipe de paramédicaux au domicile de la famille.

J’ai juste eu le temps de prendre son adresse et son numéro de téléphone. Le père me disait qu’il voyait déjà la tête.

Une citation de :Chantal Boudreau, préposée au 911

C’est à cet instant que la Franco-Ontarienne a réalisé que l’accouchement se ferait fort probablement sans la présence de la sage-femme ni des paramédicaux.

Elle a donc donné des directives précises au nouveau père en lui indiquant notamment de préparer des serviettes et des couvertures, comment tenir la tête du bébé et l’a averti que le bébé serait glissant à sa sortie.

Une femme avec un certificat.

Jeudi dernier, Chantal Boudreau a reçu ce certificat des mains de sa supérieure au Service de police de Timmins.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Une petite fille s’est alors pointé le bout du nez à 2 h 57 du matin.

Du commencement de l’appel à la naissance du bébé, ça a pris seulement deux minutes. Maintenant, j’attendais plus que le bébé respire, se rappelle Chantal Boudreau.

Trente secondes qui ont semblé durer une éternité pour la femme qui en était à son premier accouchement en huit ans de carrière.

Quand le bébé a commencé à pleurer, tout le poids du monde est tombé de mes épaules. Le son de la vie. Avoir la fin de l’histoire, ça n’arrive jamais dans mon métier. Je pouvais entendre la joie de la mère, se souvient-elle.

Écoutez le témoignage de Chantal Boudreau au micro de Martine Laberge en cliquant ici.

Pendant tout ce temps, la sage-femme est restée au téléphone avec la mère.

J'ai pu entendre, par téléphone, l’interaction entre Chantal et la famille et je peux attester qu’elle était calme et professionnelle, et rassurante, renchérit Amy Moland-Osborne, qui a repris les soins pour la mère et le bébé à leur arrivée à l’hôpital.

Une femme avec ses deux enfants.

Chantal a elle-même donné naissance à deux enfants, une chose qui l'a grandement aidée à garder son calme.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Après l’appel, Chantal a pris un petit moment pour se remettre de ses émotions.

La plupart des appels qu’on prend, il y a beaucoup de tristesse et de panique. Prendre un appel comme ça, ça te fait chaud au cœur. Tu rentres à la maison avec le gros sourire en caressant tes propres enfants. C’est probablement l’un des meilleurs moments que j’ai passés.

Chantal Boudreau a reçu une épinglette en forme de cigogne pour commémorer l’événement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !