•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : état d'urgence prévu à Fort McMurray

La municipalité régionale de Wood Buffalo compte 1320 cas actifs pour 100 000 habitants.

Un camion sur un chantier.

Vendredi, Wood Buffalo avait 1102 cas actifs de COVID-19, ce qui représente 1320 cas pour 100 000 habitants dans la région qui compte une population d'environ 83 500 habitants.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Radio-Canada

Le conseil de la municipalité régionale de Wood Buffalo, dans le nord-est de l'Alberta, a voté pour la mise en place d'un état d'urgence local en raison de l'augmentation des cas de COVID-19 sur son territoire.

Le conseil municipal a adopté la motion, dimanche soir, en réponse à l'aggravation de la situation sanitaire dans la région, selon un communiqué de presse qui précise qu'une « déclaration officielle » suivra la rédaction du document sur l'état d'urgence local.

La municipalité régionale englobe la ville de Fort McMurray et est le centre de production des sables bitumineux de l'Alberta.

Dimanche, les conseils scolaires public et catholique de Fort McMurray ont également annoncé que tous les cours, peu importe le niveau, se dérouleront en ligne à partir du 26 avril.

Nous voulons que tous les élèves soient [physiquement] à l'école, mais avec cette récente flambée de cas de COVID-19 à Fort McMurray, nous savons que c'est une décision difficile, mais correcte, a déclaré le surintendant des écoles catholiques de Fort McMurray, George McGuigan.

1320 cas pour 100 000 habitants

Vendredi, la municipalité régionale Wood Buffalo comptait 1102 cas actifs de COVID-19, ce qui représente 1320 cas pour 100 000 habitants dans la région qui compte environ 83 500 habitants.

Fort McMurray a signalé plus de 1000 nouveaux cas de COVID-19, dimanche, selon les divisions scolaires.

Près du tiers de tous les cas à Fort McMurray, depuis le début de la pandémie, ont été confirmés au cours du mois dernier, indique le communiqué de presse.

Déclarer l'état d'urgence donnera à la Municipalité des pouvoirs temporaires en vertu de la loi provinciale sur la gestion des urgences pour empêcher l'escalade de la crise. Cela lui permet notamment d'avoir accès à plus de ressources.

Le conseil municipal a également adopté une motion demandant aux gouvernements provincial et fédéral d'accélérer la distribution de vaccins pour Wood Buffalo.

Une autre motion adoptée demande aux dirigeants locaux d'organiser une réunion d'urgence avec le premier ministre Jason Kenney, les ministres et les dirigeants fédéraux.

Ces recommandations seront discutées lors d'une réunion publique du conseil mardi.

En conférence de presse lundi, le premier ministre Jason Kenney a affirmé être en contact avec les autorités de la municipalité régionale de Wood Buffalo.

On est prêt à appuyer la région, si c’est nécessaire, avec des doses de vaccins supplémentaires. Cela dit, beaucoup de doses dans la région n’ont pas été utilisées, dit-il.

Il semblerait que ce ne soit pas un problème d'approvisionnement, mais plutôt de faire en sorte que les personnes admissibles aient accès aux doses de vaccins déjà disponibles dans la région, explique-t-il.

Jason Kenney ajoute que le gouvernement continue de travailler avec les communautés autochtones de la région afin de répondre à leurs inquiétudes face au vaccin.

Le ministre de la Santé, Tyler Shandro, précise que la province a fourni plus de 500 000 tests de dépistage rapide aux entreprises de l’industrie pétrolière et gazière ainsi qu’aux camps de travail de la région.

Une réunion avec la médecin hygiéniste en chef, Deena Hinshaw, le ministre Tyler Shandro et la municipalité régionale de Wood Buffalo est prévue mardi.

Un élu s'oppose à la déclaration à l'état d'urgence

Le conseiller municipal Keith McGrath a dit qu'il n'appuyait pas la déclaration d'un état d'urgence local en raison des pouvoirs étendus qu'il confère à l'administration municipale. Il a soutenu que les conseillers municipaux avaient été exclus de la prise de décisions après que des états d'urgence eurent été déclarés lors de l'incendie de forêt de 2016 et des inondations record au printemps 2020.

Cette mesure confie toutes les responsabilités à des personnes qui ne sont pas élues, qui ne comprennent pas la douleur des gens, a-t-il ajouté.

« Notre communauté fait face à un moment décisif, et les gouvernements de tous les niveaux doivent être présents à la table de discussion. »

— Une citation de  Keith McGrath, conseiller municipal

Selon Keith McGrath , la population en a assez de l'augmentation du nombre de cas et du manque de communication concernant l'intervention d'urgence. Il croit que la réponse devrait plutôt se concentrer sur la détermination de la manière dont la COVID-19 entre dans la communauté. L'administration ignore la façon exacte dont le virus se propage, dit-il.

Keith McGrath croit que la communauté a besoin de plus d'aide de la part des autorités sanitaires provinciales et que celles-ci devraient agir rapidement pour contenir la propagation.

Des résidents inquiets

Kim Hurley, une résidente de Fort McMurray, aimerait que des restrictions sanitaires plus strictes soient imposées.

Je ne sais pas si les restrictions qui sont en place suffiront. Je crois à un confinement complet, dit-elle.

Ian Seggie habite lui aussi à Fort McMurray et travaille dans les sables bitumineux. Il croit également que des restrictions plus strictes devraient être mises en place pour protéger la communauté.

[Les magasins] Walmart et Canadian Tire sont remplis à craquer. Sont-ils vraiment nécessaires? Personne ne veut imposer davantage de restrictions aux entreprises alors qu’elles font déjà face à beaucoup de difficultés, mais si nous perdons nos hôpitaux à cause de la pandémie et si un accident majeur se produit dans les sables bitumineux, où enverrons-nous les gens si nos hôpitaux sont déjà remplis, demande-t-il.

Si nous n’arrivons pas à maîtriser la situation, nous pourrions nous retrouver dans la même situation que certains autres pays, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !