•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le film Nomadland, de Chloé Zhao, triomphe aux Oscars

Chloe Zhao tient une statuette dans ses mains, très haut, près de son visage.

En plus d'être couronnée meilleure réalisatrice à la 93e cérémonie des Oscars, Chloé Zhao a vu son long métrage «Nomadland» être sacré meilleur film.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Lors de la 93e cérémonie des Oscars, qui s'est déroulée dimanche soir à Los Angeles, Nomadland a été couronné dans la catégorie du meilleur film. Chloé Zhao est entrée dans l'histoire des Oscars en devenant la deuxième femme, et la première réalisatrice non blanche, à remporter la très convoitée statuette de la meilleure réalisation.

Grand favori de la soirée, Nomadland a reçu l'Oscar suprême, soit celui du meilleur long métrage. De plus, la cinéaste de 39 ans à l'origine de ce film succède à Kathryn Bigelow, qui avait gagné le prix de la meilleure réalisatrice pour Le démineur (The Hurt Locker) en 2010.

Nomadland, qui n'est que le troisième film de la réalisatrice chinoise, porte sur une communauté de personnes âgées américaines devenues nomades après avoir tout perdu lors de la crise financière mondiale de 2008. Ce long métrage avait déjà obtenu plusieurs prix.

Quel voyage incroyable et unique nous avons fait ensemble, a déclaré Chloé Zhao, les acteurs et actrices dans Nomadland étant pour beaucoup des personnes amatrices jouant leur propre rôle de nomades modernes.

De plus, c'est l'interprète principale de Nomadland, Frances McDormand, qui a obtenu l'Oscar de la meilleure actrice. Avec cette troisième statuette glanée au cours de sa carrière, l'actrice de 63 ans rejoint ainsi un club très fermé, qui ne compte que six autres acteurs et actrices, dont Meryl Streep, Ingrid Bergman et Katharine Hepburn.

Je n'ai pas de mots, a-t-elle déclaré en montant sur scène.

Frances McDormand et Chloé Zhao sourient.

Frances McDormand et Chloé Zhao posent avec leurs statuettes.

Photo : Getty Images / Pool

La soirée s'est conclue sur la remise de l'Oscar du meilleur acteur, qui a été décerné à Anthony Hopkins pour la deuxième fois de sa carrière après Le silence des agneaux en 1992.

Absent de la soirée, il devient, à 83 ans, l'acteur le plus âgé à recevoir cette récompense octroyée pour son rôle de vieil homme sombrant dans la démence dans le film franco-britannique The Father.

Colauréat du prix du meilleur scénario adapté, le réalisateur du film, le Français Florian Zeller, a écrit il y a une dizaine d'années la pièce de théâtre Le père, dont The Father est adapté.

Promising Young Woman Soul et Daniel Kaluuya primés

L'actrice Regina King avait ouvert le bal en remettant le premier prix de la soirée, celui du meilleur scénario original, qui est allé à Emerald Fennell pour Une jeune femme pleine de promesses (Promising Young Woman). Ce thriller féministe a été inspiré par le mouvement #MoiAussi.

LOS ANGELES, CALIFORNIA - APRIL 25: Emerald Fennell, winner of Best Original Screenplay for "Promising Young Woman," poses in the press room at the Oscars on Sunday, April 25, 2021, at Union Station in Los Angeles. (Photo by Chris Pizzello-Pool/Getty Images)

Emerald Fennell a remporté dimanche l'Oscar du meilleur scénario original.

Photo : Getty Images

Autre lauréat : Daniel Kaluuya. L'acteur britannique a été sacré meilleur acteur dans un deuxième rôle pour son interprétation dans Judas and the Black Messiah.

À 32 ans, Daniel Kaluuya y incarne Fred Hampton, le charismatique leader des Black Panthers luttant pour les droits civiques des personnes noires.

C'est tellement dur de faire un film sur un homme comme celui-là, mais ils l'ont fait, a-t-il lancé après avoir reçu son prix.

L'acteur tient sa statuette dans les mains.

Daniel Kaluuya a remporté dimanche l'Oscar du meilleur acteur dans un deuxième rôle.

Photo : Getty Images / Chris Pizzello

Dans la catégorie du meilleur deuxième rôle féminin, c'est la Sud-Coréenne Youn Yuh-jung qui est repartie avec le trophée. Elle interprète une grand-mère expatriée dans Minari.

C'est une consécration pour cette actrice de 73 ans, qui a dû retrouver des rôles après son divorce et après avoir passé 12 ans sans jouer, car elle était seule avec ses deux fils. Je voudrais remercier mes deux fils, a-t-elle lancé, qui m'ont forcée à sortir et à travailler.

Youn Yuh-jung tient un Oscar dans ses mains et Brad Pitt sourit.

Youn Yuh-jung et Brad Pitt lors de la soirée des Oscars

Photo : Getty Images / Pool

Comment ai-je pu l'emporter sur Glenn Close? s'est demandé Youn Yuh-jung. L'actrice Glenn Close, qui est âgée de 74 ans, a pimenté un brin la cérémonie en dansant le twerk pendant quelques secondes.

Alcootest (Druk), du Danois Thomas Vinterberg, a été récompensé par l'Oscar du meilleur film étranger. En recevant son prix, le metteur en scène, en larmes, a évoqué sa fille, dont la mort au début du tournage a failli mettre un terme au projet.

Quant à Âme (Soul), le dernier-né des studios Pixar a été couronné meilleur film d'animation. Ce long métrage a également été récompensé dans la catégorie de la meilleure musique de film.

De son côté, le film Mank, qui était en tête des nominations avec 10 mentions, n'aura mis la main que sur deux Oscars : celui de la meilleure direction photo et celui de la meilleure direction artistique. Malgré ses six nominations, Les sept de Chicago (The Trial of the Chicago 7) est reparti bredouille.

Dominant les autres studios, Netflix sort grand gagnant de cette cérémonie avec sept prix.

À noter que l'unique Canadien nommé aux Oscars cette année – Ben Proudfoot – est reparti les mains vides.

Les femmes à l'honneur

Dimanche soir, 17 femmes sont reparties avec un Oscar, battant ainsi le record de 2019. Quelle soirée incroyable pleine de premières pour les femmes, a réagi Kirsten Schaffer, la directrice générale de l'organisation Women in Film, qui œuvre entre autres à l'avancement des femmes à Hollywood.

À la réussite de Chloé Zhao s'ajoute celle de Mia Neal et de Jamika Wilson, devenues les premières femmes noires à gagner dans la catégorie du meilleur maquillage et de la meilleure coiffure pour leur travail sur le film Le blues de Ma Rainey (Ma Rainey's Black Bottom).

Des progrès en matière de diversité

Alors que l'Académie des Oscars a longtemps été critiquée pour le manque de représentation des minorités ethniques parmi les mises en nomination, 9 des 20 personnes nommées dans les catégories d'interprétation étaient non blanches cette année.

Certaines personnes voient dans le palmarès de dimanche le signe d'une évolution en cours alors que d'autres regrettent que le changement ne soit pas plus prononcé.

Si Chloé Zhao, Youn Yuh-jung, Daniel Kaluuya, Mia Neal et Jamika Wilson ont brillé lors de cette cérémonie, l'Oscar de la meilleure actrice n'est allé ni à Viola Davis (Le blues de Ma Rainey) ni à Andra Day pour son rôle de Billie Holiday. Halle Berry reste donc la seule personne non blanche à avoir gagné ce prix.

Favori pour l'Oscar du meilleur acteur, Chadwick Boseman, décédé en août dernier d'un cancer à 43 ans, n'a pas été récompensé. Idem pour l'Américano-Sud-Coréen Steven Yeun et pour Riz Ahmed, qui était le premier acteur musulman à être sélectionné dans cette catégorie.

Trois fois nommé, le film One Night in Miami n'a rien gagné. Ce film, centré autour d'une soirée réunissant quatre personnalités afro-américaines en 1964, dont Malcolm X et Cassius Clay, a marqué les premiers pas à la réalisation de l'actrice Regina King.

La question de la justice raciale s'est retrouvée au cœur de plusieurs discours de remerciement. Nous pleurons la mort de tellement de gens, et pour être honnête, si les choses s'étaient passées autrement cette semaine à Minneapolis [là où a été reconnu coupable le policier Derek Chauvin, jugé pour la mort de George Floyd], j'aurais peut-être troqué mes chaussures à talons pour des bottes de marche, a dit Regina King sur scène.

En tant que mère d'un fils noir, je connais la peur avec laquelle tant de personnes vivent et la célébrité ou l'argent n'y change rien, a-t-elle ajouté.

Regina King porte une robe bleue

L'actrice Regina King

Photo : Getty Images / Pool

Lors du gala, Travon Free, coréalisateur du film lauréat Two Distant Strangers, portait une veste, sur la doublure de laquelle étaient inscrits les noms de personnes tuées par la police.

Il se trouve que, de manière disproportionnée, ces personnes sont noires, a-t-il déclaré. Je vous demande juste, s'il vous plaît, de ne pas être indifférents. S'il vous plaît, ne soyez pas indifférents à notre douleur.

Quand l'acteur Tyler Perry est monté sur scène pour recevoir le prix humanitaire Jean Hersholt, il a dénoncé la haine à l'encontre des personnes de couleur et de la communauté LGBTQ, mais aussi à l'égard de la police. Ma mère m'a appris à ne pas haïr, a-t-il dit, appelant à l'unité. Je refuse de haïr une personne, car elle est de la police.

Tapis rouge pour les vedettes

Plus tôt, les vedettes avaient fait leur arrivée sur le tapis rouge de la gare art déco Union Station, où s'est déroulée la cérémonie des Oscars en raison de la pandémie.

Elle porte une robe bleue ainsi que des gants mauves.

Glenn Close est nommée pour son rôle dans le film «Une ode américaine» («Hillbilly Elegy»)

Photo : Getty Images / Pool

L’actrice Glenn Close, en lice pour Une ode américaine (Hillbilly Elegy), et l’acteur Colman Domingo, nommé pour son rôle dans Le blues de Ma Rainey (Ma Rainey's Black Bottom), ont notamment posé devant les photographes. 

Colman Domingo porte un costume rose.

L'acteur Colman Domingo aux Oscars

Photo : Getty Images / Pool

Plusieurs vedettes se sont relayées pour présenter les prix, dont Brad Pitt, Harrison Ford, Reese Witherspoon, Renée Zellweger ou encore Halle Berry. 

Carey Mulligan, portant une robe dorée, sur le tapis rouge des Oscars.

L'actrice Carey Mulligan sur le tapis rouge de la 93e cérémonie des Oscars

Photo : Getty Images / Matt Petit

Les gagnants et gagnantes de la 93e cérémonie des Oscars

Meilleur film

  • The Father

  • Judas and the Black Messiah

  • Minari

  • Nomadland

  • Une jeune femme pleine de promesses (Promising Young Woman)

  • Le son du silence (Sound of Metal)

  • Les sept de Chicago (The Trial of the Chicago 7)

  • Mank

Meilleur réalisateur ou meilleure réalisatrice

  • Chloé Zhao, Nomadland

  • David Fincher, Mank

  • Lee Isaac Chung, Minari

  • Emerald Fennell, Une jeune femme pleine de promesses (Promising Young Woman)

  • Thomas Vinterberg, Alcootest (Drunk)

Meilleure actrice

  • Viola Davis, Le blues de Ma Rainey (Ma Rainey's Black Bottom)

  • Andra Day, The United States vs Billie Holiday

  • Vanessa Kirby, Pieces of a Woman

  • Frances McDormand, Nomadland

  • Carey Mulligan, Une jeune femme pleine de promesses (Promising Young Woman)

Meilleur acteur

  • Riz Ahmed, Le son du silence (Sound of Metal)

  • Chadwick Boseman, Le blues de Ma Rainey (Ma Rainey's Black Bottom)

  • Anthony Hopkins, The Father

  • Gary Oldman, Mank

  • Steven Yeun, Minari

Meilleure actrice dans un deuxième rôle

  • Maria Bakalova, Borat 2

  • Glenn Close, Une ode américaine (Hillbilly Elegy)

  • Olivia Colman, The Father

  • Amanda Seyfried, Mank

  • Youn Yuh-jung, Minari

Meilleur acteur dans un deuxième rôle

  • Sacha Baron Cohen, Les sept de Chicago (The Trial of the Chicago 7)

  • Daniel Kaluuya, Judas and the Black Messiah

  • Leslie Odom fils, One Night in Miami

  • Paul Raci, Le son du silence (Sound of Metal)

  • LaKeith Stanfield, Judas and the Black Messiah

Meilleur scénario adapté

  • Sacha Baron Cohen, Anthony Hines, Dan Swimer, Peter Baynham, Erica Rivinoja, Dan Mazer, Jena Friedman et Lee Kern, Borat 2

  • Christopher Hampton et Florian Zeller, The Father

  • Chloé Zhao, Nomadland

  • Kemp Powers, One Night in Miami

  • Ramin Bahrani, Tigre blanc (The White Tiger)

Meilleur scénario original

  • Will Berson et Shaka King, Judas and the Black Messiah

  • Lee Isaac Chung, Minari

  • Emerald Fennell, Une jeune femme pleine de promesses (Promising Young Woman)

  • Darius Marder et Abraham Marder, Le son du silence (Sound of Metal)

  • Aaron Sorkin, Les sept de Chicago (The Trial of the Chicago 7)

Meilleur film international

  • Alcootest (Druk) (Danemark, Pays-Bas et Suède)

  • Shao Nian De Ni (Hong Kong)

  • L'affaire collective (Roumanie)

  • L'homme qui a vendu sa peau (Tunisie)

  • La voix d'Aida (Bosnie)

Meilleur film d'animation

  • Dan Scanlon et Kori Rae, En avant (Onward)

  • Glen Keane, Gennie Rim et Peilin Chou, Voyage vers la Lune (Over The Moon)

  • Richard Phelan, Will Becher et Paul Kewley, Shaun le mouton : la ferme contre-attaque (Shaun the Sheep Movie: Farmaggedon)

  • Pete Docter et Dana Murray, Âme (Soul)

  • Tomm Moore, Ross Stewart, Paul Young et Stéphan Roelants, Le peuple loup (Wolfwalkers)

Meilleure chanson

  • Fight for You, du film Judas and the Black Messiah. Musique par H.E.R. et Dernst Emile II; paroles par H.E.R. et Tiara Thomas
  • Hear My Voice, du film Les sept de Chicago (The Trial of the Chicago 7). Musique par Daniel Pemberton et paroles par Daniel Pemberton et Celeste Waite
  • Husavik, du film Eurovision Song Contest: The Story of Fire Saga. Musique et paroles par Savan Kotecha, Fat Max Gsus et Rickard Göransson
  • Io sì (Seen), du film La vie devant soi (La Vita Davanti a Se). Musique par Diane Warren et paroles par Diane Warren et Laura Pausini
  • Speak Now, du film One Night in Miami…. Musique et paroles par Leslie Odom, Jr. et Sam Ashworth

Meilleure musique de film

  • Terence Blanchard, Frères de sang (Da 5 Bloods)

  • Trent Reznor and Atticus Ross, Mank

  • Emile Mosseri, Minari

  • James Newton Howard, La mission (News of the World)

  • Trent Reznor, Atticus Ross and Jon Batiste, Âme (Soul)

Meilleur court métrage d'animation

  • Madeline Sharafian et Michael Capbarat, Burrow
  • Adrien Mérigeau et Amaury Ovise, Genius Loci
  • Will McCormack et Michael Govier, If Anything Happens I Love You
  • Erick Oh, Opera
  • Gísli Darri Halldórsson et Arnar Gunnarsson, Yes-People

Meilleur court métrage de fiction

  • Doug Roland et Susan Ruzenski, Feeling Through

  • Elvira Lind et Sofia Sondervan, The Letter Room

  • Farah Nabulsi et Ossama Bawardi, The Present

  • Travon Free et Martin Desmond Roe, Two Distant Strangers

  • Tomer Shushan et Shira Hochman, White Eye

Meilleur film documentaire 

  • Alexander Nanau et Bianca Oana, Collective

  • Nicole Newnham, Jim LeBrecht et Sara Bolder, Crip Camp

  • Maite Alberdi etMarcela Santibáñez, The Mole Agent

  • Pippa Ehrlich, James Reed et Craig Foster, My Octopus Teacher

  • Garrett Bradley, Lauren Domino et Kellen Quinn, Time

Meilleur court métrage documentaire

  • Anthony Giacchino et Alice Doyard, Colette

  • Ben Proudfoot et Kris Bowers, A Concerto Is a Conversation

  • Anders Hammer et Charlotte Cook, Do Not Split

  • Skye Fitzgerald et Michael Scheuerman, Hunger Ward

  • Sophia Nahli Allison et Janice Duncan, A Love Song For Latasha

Meilleure direction photo

  • Sean Bobbitt, Judas and the Black Messiah

  • Erik Messerschmidt, Mank

  • Dariusz Wolski, La mission (News of the World) 

  • Joshua James Richards, Nomadland

  • Phedon Papamichael, Les sept de Chicago (The Trial of the Chicago 7)

Meilleur montage sonore

  • Warren Shaw, Michael Minkler, Beau Borders et David Wyman, Greyhound

  • Ren Klyce, Jeremy Molod, David Parker, Nathan Nance et Drew Kunin, Mank

  • Oliver Tarney, Mike Prestwood Smith, William Miller et John Pritchett, La mission (News of the World)

  • Ren Klyce, Coya Elliott et David Parker, Âme (Soul)

  • Nicolas Becker, Jaime Baksht, Michellee Couttolenc, Carlos Cortés et Phillip Bladh, Le son du silence (Sound of Metal)

Meilleur montage

  • Yorgos Lamprinos, The Father

  • Chloé Zhao, Nomadland

  • Frédéric Thoraval, Une jeune femme pleine de promesses (Promising Young Woman)

  • Mikkel E. G. Nielsen, Le son du silence (Sound of Metal)

  • Alan Baumgarten, Les sept de Chicago (The Trial of the Chicago 7)

Meilleure direction artistique

  • Peter Francis (design de production), Cathy Featherstone (décors), The Father

  • Mark Ricker (design de production), Karen O'Hara et Diana Stoughton (décors), Le blues de Ma Rainey (Ma Rainey's Black Bottom)

  • Donald Graham Burt (design de production), Jan Pascale (décors), Mank

  • David Crank (design de production), Elizabeth Keenan (décors), La mission (News of the World)

  • Nathan Crowley (design de production), Kathy Lucas (décors), Tenet

Meilleurs costumes

  • Alexandra Byrne, Emma
  • Ann Roth, Le blues de Ma Rainey (Ma Rainey's Black Bottom)
  • Trish Summerville, Mank
  • Bina Daigeler, Mulan
  • Massimo Cantini Parrini, Pinocchio

Meilleurs effets visuels

  • Matt Sloan, Genevieve Camilleri, Matt Everitt et Brian Cox, Love And Monsters

  • Matthew Kasmir, Christopher Lawrence, Max Solomon et David Watkins, Minuit dans l'univers (The Midnight Sky)

  • Sean Faden, Anders Langlands, Seth Maury et Steve Ingram, Mulan

  • Nick Davis, Greg Fisher, Ben Jones et Santiago Colomo Martinez, Le seul et unique Ivan (The One and Only Ivan)

  • Andrew Jackson, David Lee, Andrew Lockley et Scott Fisher, Tenet

Meilleur maquillage et meilleure coiffure

  • Marese Langan, Laura Allen et Claudia Stolze, Emma

  • Eryn Krueger Mekash, Matthew Mungle et Patricia Dehaney, Une ode américaine (Hillbilly Elegy)

  • Sergio Lopez-Rivera, Mia Neal et Jamika Wilson, Le blues de Ma Rainey (Ma Rainey's Black Bottom)

  • Gigi Williams, Kimberley Spiteri et Colleen LaBaff, Mank

  • Mark Coulier, Dalia Colli et Francesco Pegoretti, Pinocchio 

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, Associated Press, Deadline, et Variety

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !