•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

BCE a refusé de se plier à une demande de Shaw quand elle a essayé de l'acheter

Une enseigne et un drapeau devant la siège social de Shaw Communications.

Le siège de la compagnie Shaw Communications est établi à Calgary, en Alberta.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

La Presse canadienne

BCE a présenté plus tôt cette année une offre d'achat à Shaw Communications qui lui a finalement préféré celle de Rogers Communications parce que la première ne voulait pas modifier sa proposition pour régler des problèmes de réglementation.

Une circulaire faisant état d'une série d'offres d'achat présentées à Shaw par une Partie A a été publiée vendredi.

Un porte-parole de BCE, Nathan Gibson a confirmé à La Presse canadienne que l'entreprise était bien la Partie A. Il a ajouté que BCE avait finalement déterminé que l'acquisition de Shaw n'était pas au mieux des intérêts des parties prenantes.

Selon cette circulaire, BCE, déjà propriétaire de Bell Canada, avait initialement offert à Shaw 37 $ l'action, dépassant la première offre de Rogers qui s'élevait à 35 $ l'action.

Rogers a ensuite augmenté son offre de 5,50 $ l'action, ce qui a incité BCE à modifier sa propre offre à 39,25 $ par action avant de finalement égaler celle de Rogers.

La circulaire indique que Shaw a contacté BCE pour modifier sa proposition afin de résoudre des problèmes de réglementation non précisés, mais BCE a refusé et s'est finalement retirée du processus.

Dans un courriel transmis à La Presse canadienne, le vice-président des affaires externes de Shaw, Chethan Lakshman, dit que l'entreprise n'a aucun commentaire à formuler à ce sujet.

Un accord de 26 milliards

En mars, Rogers et Shaw ont annoncé la conclusion d'un accord évalué à 26 milliards $, dette comprise. La transaction implique un investissement de 2,5 milliards de dollars sur cinq ans de Rogers dans les réseaux 5G de l'Ouest canadien.

Si l'accord obtient l'approbation réglementaire, la nouvelle entreprise deviendra la deuxième plus grande société de télécommunications du pays derrière BCE.

Shaw et Rogers n'étaient pas en concurrence directe, puisque la première était surtout présente dans l'ouest du pays, et la seconde dans l'est.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !