•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des kayakistes s’entraînent en N.-É. en prévision des Jeux olympiques de Tokyo

Des kayakistes se préparent à mettre leur embarcation à l'eau.

Les Jeux olympiques de Tokyo doivent avoir lieu du 23 juillet au 8 août 2021.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Quatre kayakistes d’Équipe Canada s’entraînent très fort dans la région d’Halifax en prévision des Jeux olympiques de Tokyo, où leur équipe féminine de canoë-kayak k4 participera au 500 mètres.

Si ce n’était pas de la pandémie, c’est en Floride que Andréanne Langlois, Michelle Russell, Allana Bray-Lougheed et Maddie Schmidt s’entraîneraient à ce temps-ci de l’année.

Avec les frontières fermées, les quatre athlètes pagaient sur le lac Banook, à Dartmouth.

On est vraiment chanceux de pouvoir pratiquer notre sport, souligne Andréanne Langlois.

On sait que la COVID-19 a amené beaucoup de défis. On a beaucoup de gratitude qu’on puisse pratiquer notre sport, puis pratiquer aussi avec les gens qu’on aime.

L’eau à ce temps-ci de l’année en Nouvelle-Écosse est plus froide et donc plus dense que celle de la Floride, ce qui augmente le niveau de difficulté de l’exercice.

C’est plus lourd, donc le bateau glisse moins rapidement […] Ça nous ralentit un peu, admet Andréanne Langlois.

Mais, c’est une pratique avec une résistance donc, c’est sûr que ça va être favorable pour nous parce que dès qu’on va aller dans l’eau plus chaude, ça va être beaucoup plus rapide.

L’entraînement en pandémie

L’entraîneur de l’équipe nationale féminine de kayak, Chad Brooks, louange la capacité de ses athlètes à s’adapter à la situation imposée par la pandémie.

C’est assurément une année qui nous force à développer notre résilience, dit-il.

Puisque l’équipe n’a pas eu beaucoup de rencontres internationales cette année, les kayakistes ont hâte de retourner à la compétition.

Andréanne Langlois, kayakiste d'Équipe Canada.

Andréanne Langlois a commencé le kayak à l’âge de 7 ans.

Photo : Radio-Canada

En mai, elles se rendront en Europe pour la Coupe du Monde de canoë-kayak en Hongrie.

À leur retour, l’entraînement en prévision des Jeux de Tokyo continuera, et ce, sans savoir s’ils auront vraiment lieu.

On essaie vraiment d’être le plus optimiste possible, déclare Andréanne Langlois.

Je m’entraîne chaque jour, les jeux arrivent et je crois que si c’est pour ne pas arriver, on va juste réajuster.

Compte tenu de la flambée des cas de COVID-19 en Nouvelle-Écosse ces derniers jours, c’est en solo que les quatre athlètes continueront à s’entraîner pour l’instant.

D’après le reportage de Paul Légère

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !