•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un document interne d’EA révélerait une stratégie pour inciter les joueurs à dépenser

Capture d'écran du jeu vidéo de soccer FIFA 21. Deux joueurs tentent de donner un coup de tête au ballon.

Selon un travailleur de l'industrie, des documents internes de la société californienne Electronic Arts traitant du jeu FIFA 21 démontrent qu'il est conçu pour que les joueurs soient dirigés vers une fonctionnalité associée aux jeux de hasard.

Photo : Electronic Arts

Radio-Canada

Un document interne d'Electronic Arts (EA) prouve, selon un travailleur de l’industrie, que le géant du jeu vidéo utilise une stratégie controversée s’apparentant à la loterie pour inciter les joueurs à dépenser. La multinationale nie toutefois toute association avec des jeux de hasard et affirme que le document est cité hors contexte.

Le document de 54 pages obtenu par nos collègues de Go Public, à CBC, provient de la division des jeux sportifs d’Electronic Arts, établie à Burnaby, en Colombie-Britannique. Il semble s'agir d'une présentation interne en vue du lancement du jeu FIFA 21.

On y présente une fonctionnalité permettant aux utilisateurs d’acheter des coffres à butin, ou « loot boxes », en anglais. Les joueurs peuvent ainsi améliorer leurs performances de jeu, notamment en acquérant de meilleurs joueurs dans leur équipe.

Les auteurs de la présentation y décrivent cette fonctionnalité comme étant la pierre angulaire du jeu vidéo. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour y diriger les joueurs, peut-on y lire (Nouvelle fenêtre).

Les coffres à butin sont toutefois controversés, car les utilisateurs ne savent jamais ce qu’ils obtiendront quand ils les achètent.

Selon les critiques, la nature aléatoire des récompenses obtenues, de même que le dévoilement de celles-ci, qui a lieu avec des effets sonores et visuels, peuvent rendre les joueurs dépendants.

Les caractéristiques d'un coffre à butin sont similaires à celles d'une machine à sous, explique Keith Whyte, le directeur directeur du Conseil national américain sur le jeu problématique.

Pour le cerveau, rien n'est plus attrayant et, chez certaines personnes, plus susceptible de créer une dépendance, qu'une récompense intermittente, ajoute-t-il. De nombreux joueurs rapportent dépenser des sommes importantes et vouloir se libérer de leur dépendance à ces coffres à butin.

Une pratique sous la loupe des législateurs

Des pays comme la Belgique et les Pays-Bas ont déjà légiféré pour interdire cette mécanique dans les jeux vidéo vendus sur leur territoire.

À Vancouver, un recours collectif (Nouvelle fenêtre) alléguant qu’EA enfreint la législation sur les jeux de hasard avec cette fonctionnalité est en cours d'évaluation.

Un homme dont le visage est caché pose devant un écran de télévision.

Un travailleur de l'industrie, dont l'identité est protégée afin d'éviter des représailles, croit qu'EA tient un double discours par rapport aux coffres à butin dans ses jeux de sport FIFA.

Photo :  CBC / Nathan Gross/Skodt McNalty

C’est dans ce contexte qu'un travailleur de l’industrie a sollicité nos collègues de Go Public pour leur transmettre les documents internes qu’il avait en sa possession. CBC/Radio-Canada a accepté de protéger son identité en raison des risques de répercussions sur sa carrière.

Au sein de l'industrie, nous ne pouvons pas y faire grand-chose, car l'entreprise tente de faire de l’argent et de satisfaire ses investisseurs, affirme la source confidentielle.

Un porte-parole d’EA a refusé la demande d’entrevue de CBC/Radio-Canada, mais a indiqué que l’interprétation du document était erronée.

Un aspect lucratif du jeu vidéo

Les coffres à butin ne sont pas illégaux au Canada et aux États-Unis. D’autres entreprises de jeu en ligne et d’applications y font appel, car il s’agit d’un aspect lucratif pour l’industrie.

Selon des rapports financiers, l'année 2020 a vu EA générer 1,49 milliard de dollars américains de profits uniquement avec les coffres à butin de ses jeux sportifs. Ce montant est trois fois plus important que les revenus de ces fonctionnalités générés en 2015, au moment où elles sont devenues populaires, selon Niko Partners, une firme se spécialisant dans l'analyse du marché du jeu vidéo.

Des mains sur une console de jeu vidéo.

À ce jour, la franchise FIFA a vendu plus de 325 millions de copies depuis ses débuts.

Photo : Radio-Canada / Nathan Gross

Officiellement, EA répète que l’utilisation de coffres à butin, qui, dans le cas des jeux FIFA, prennent la forme de cartes de joueurs, est facultative et que les utilisateurs n’ont pas l'obligation de débourser d’argent supplémentaire pour en obtenir.

Pourtant, dans leurs documents internes, ils disent : "C'est notre objectif", dénonce le spécialiste de l’industrie.

Le porte-parole d'EA, Charlie Fortescue, a refusé une demande d'entrevue à nos collègues de CBC et a déclaré qu'il ne ferait aucun commentaire sur le document marqué comme privilégié et confidentiel, sauf pour dire qu'il était vu hors contexte.

Il ajoute que ce mode de jeu est populaire auprès des dizaines de millions d’utilisateurs des jeux FIFA à travers le monde.

Selon Charlie Fortescue, dans plusieurs pays, les coffres à butin ne sont pas considérés comme un jeu de hasard, car les récompenses obtenues en ligne ne peuvent pas être encaissées sous forme d'argent.

Nous veillons à ce que toutes les activités liées aux jeux EA soient conçues pour rester dans le jeu. (...) Nous surveillons activement et prenons des mesures contre quiconque tente de violer ces règles.

Une citation de :Charlie Fortescue, porte-parole d’EA

Le document interne d'EA contient toutefois une autre ligne qui, selon la source confidentielle, est problématique. On y explique que tous les chemins mènent au mode FIFA Ultimate Team, où les utilisateurs payent pour tenter d’améliorer leur performance.

C'est cette fonction qui a incité Jonathan Peniket, 22 ans, à dépenser plus de 5000 $ de l’argent économisé par sa famille pour son avenir, avant d'obtenir de l'aide.

J'ai commencé à utiliser des paquets de cartes [à l'adolescence] à un moment où il y avait beaucoup de choses difficiles qui se passaient, dit-il. Je pensais essentiellement acheter un peu de bonheur.

L’ex-joueur juge choquantes les révélations du document interne d'EA, notamment parce que l'entreprise y admet tout faire pour inciter les utilisateurs à jouer en mode Ultimate Team.

Les joueurs de la FIFA ont longtemps pensé que c'était leur stratégie, mais c'est toujours choquant de voir un document provenant d'EA l'énoncer par écrit, croit Jonathan Peniket. Essentiellement, ils dirigent tout le monde vers le casino.

Le porte-parole d’EA, Charlie Fortescue, nie que l’entreprise encourage les jeunes joueurs à dépenser de l’argent en jouant. Il souligne que la majorité des utilisateurs ne donnent pas d’argent supplémentaire sur la plate-forme.

Nous encourageons également activement les parents à utiliser le contrôle familial des principales consoles de jeu, qui permettent [...] de gérer le type de contenu auquel [les] enfants sont autorisés à accéder.

Une citation de :Charlie Fortescue, porte-parole d’EA

Avec des informations d’Erica Johnson et de Kimberly Ivany, de l’équipe de Go Public (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !