•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la Beauce a été laissée pour compte, selon des maires

Gros plan de Christian Dubé et le reflet d'Horacio Arruda durant une conférence de presse.

Le ministre Dubé était de passage en Beauce le 15 avril.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Si les Beaucerons sont « un petit peu tête dure », comme l'a déclaré le ministre de la Santé Christian Dubé plus tôt ce mois-ci, le gouvernement a fait la sourde oreille avant de leur venir en aide, répliquent des maires de la MRC de Beauce-Sartigan.

La troisième vague de la pandémie de COVID-19 frappe durement la Beauce, qui en est même devenue l'épicentre québécois au cours des dernières semaines. Encore samedi, le nombre de cas actifs par tranche de 100 000 habitants y était le plus élevé de la province, avec 622.

Selon Claude Morin, maire de Saint-Georges, un tel glissement aurait pu être évité si les autorités de santé publique provinciales avaient écouté les médecins beaucerons et les élus municipaux. Si le centre de dépistage avait été ouvert depuis le début [de la pandémie], je suis certain que les chiffres auraient été moins importants, a-t-il confié en entrevue à Radio-Canada, samedi.

À son avis, l'absence d'une capacité de dépistage dans sa ville a dû créer des éclosions à gauche et à droite.

Les médecins demandaient le centre de dépistage depuis l'été dernier, nous on l'a demandé durant la deuxième vague.

Une citation de :Claude Morin, maire de Saint-Georges

Il aura finalement fallu que la situation dégénère et une visite du ministre Christian Dubé, le 15 avril, pour voir le dossier débloquer.

Le centre de dépistage a ouvert ses portes à Saint-Georges le 19. Depuis, plus de 240 dépistages y ont été effectués quotidiennement, selon le CISSS de Chaudière-Appalaches.

À savoir s'il est trop peu trop tard, le maire de Saint-Georges ne le voit pas de cet œil. Si on sauve une vie, c'est déjà une victoire, a-t-il dit.

Effet dissuasif

À défaut d'avoir un centre de dépistage à Saint-Georges, deuxième plus grande ville de Chaudière-Appalaches, Claude Morin soutient que ses citoyens devaient se rendre à Lévis ou Thetford Mines pour y passer un test. C'est comme si à Montréal, il avait fallu aller à Laval ou à Longueuil pour se faire dépister, a-t-il ironisé.

Quant à la clinique de Beauceville, municipalité à 20 minutes de Saint-Georges, les délais d'attente ont découragé des citoyens de s'y rendre, selon M. Morin. Les gens ne voulaient pas perdre une journée d'ouvrage, a-t-il plaidé, sans blâmer la population. La grande majorité suit les consignes.

Le CISSS de Chaudière-Appalaches explique pour sa part que l'offre de service a été adaptée aux besoins du moment. C'est en regard de la situation épidémiologique qui prévaut en Beauce, que nous avons ouvert un centre de dépistage à Saint-Georges, a-t-on justifié.

Claude Morin, maire de Saint-Georges

Le maire de Saint-Georges, Claude Morin, déplore le manque d'écoute à l'égard des élus municipaux de la Beauce depuis de le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada

« Pas assez importants »

Après un an de pandémie, Claude Morin a l'impression que les élus du palier municipal n'ont pas beaucoup d'importance aux yeux des autorités provinciales. Il aurait d'ailleurs souhaité que le ministre Christian Dubé prenne une petite demi-heure avec les maires de la Beauce lors de sa visite du 15 avril.

On n'est pas assez importants.

Une citation de :Claude Morin, maire de Saint-Georges

Quant aux rôles des députés caquistes de la Beauce, Luc Provençal et Samuel Poulin, le maire de Saint-Georges rapporte qu'il ne les a pas vu beaucoup au cours des derniers mois. On aurait dû faire appel au gouvernement de proximité, aux municipalités on connaît notre monde, a-t-il soutenu.

Joint samedi, le préfet de la MRC de Beauce-Sartigan et maire de Saint-Ephrem-de-Beauce, Normand Roy, a abondé dans le même sens que Claude Morin. Il affirme lui aussi que la Beauce a été laissée pour compte.

Samuel Poulin, député de Beauce-Sud pour la Coalition avenir Québec

Samuel Poulin, député de Beauce-Sud pour la Coalition avenir Québec.

Photo : Radio-Canada

Réplique de Samuel Poulin

Le député caquiste de Beauce-Sud, Samuel Poulin, a répondu samedi aux critiques du maire de Saint-Georges.

Des rencontres se tiennent à chaque semaine avec le CISSS de Chaudière-Appalaches et la santé publique. M. Morin participe à plusieurs de ces rencontres depuis un an et nous demeurons en contact régulier pour échanger sur les enjeux locaux, a-t-il répliqué par courriel.

M. Poulin assure qu'aucun effort n'est ménagé pour vaincre la pandémie. Un troisième centre de dépistage vient d’ouvrir à Saint-Georges, il s'ajoute à celui de Beauceville et au centre temporaire à Saint-Benoît et des effectifs supplémentaires ont également été ajoutés au cours des dernières semaines.

Le centre de Saint-Benoît va cependant fermer ses portes le 4 mai, selon le CISSS.

Avec les informations de Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !