•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un tout premier maillage en Gaspésie pour le programme de relève agricole L’ARTERRE

Des vaches dans un champs

Grâce au programme, de jeunes entrepreneurs vont acquérir les installations d'une ferme de Bonaventure.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Radio-Canada

Le programme provincial L’ARTERRE célèbre un tout premier maillage en Gaspésie. L’initiative fait le pont entre des propriétaires cédant et des aspirants producteurs.

Grâce à son accompagnement, de jeunes entrepreneurs viennent d’acquérir les installations de la Ferme du Ruisseau Jaune, à Bonaventure, et y aménageront leur propre production laitière.

Le propriétaire cédant, Roland Poirier, quitte samedi la maison où il est né et la ferme créée par son grand-père. Il en a été propriétaire avec sa conjointe, Lucie Bujold, pendant 45 ans. C’est aussi là que le couple a fondé sa famille.

La Ferme du Ruisseau Jaune, à Bonaventure.

La Ferme du Ruisseau Jaune, à Bonaventure.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Ce sont des émotions : on a eu de beaux souvenirs ici, raconte Mme Bujold.

Depuis plusieurs années, les producteurs de bovins, sans relève, voulaient tirer leur révérence et céder leurs installations. Après quelques tentatives infructueuses, leur longue aventure agricole prend fin avec le dénouement espéré.

C’était quelque chose de très important pour moi. Ça me touche un peu émotivement, mais ça fait longtemps que j’y pensais, d’avoir quelqu’un qui allait continuer, explique Roland Poirier.

Dimanche, les nouveaux propriétaires prendront officiellement possession des lieux.

Maxime Plante et Marie-Eve Cyr investissent près de deux millions de dollars afin de démarrer leur production laitière, la Ferme M&M. Leur troupeau d’une cinquantaine de bêtes est attendu vers la fin du mois de novembre. Le couple est fébrile à l'idée de se mettre concrètement au travail.

Il y a souvent des commentaires négatifs : c’est difficile, c’est du temps, c’est de l’argent. Mais ce n’est pas impossible de le faire. En Gaspésie, il y a de la place pour s’établir. Il n’en manque pas. C’est sûr qu’il faut chercher, mais c’est une place propice à l’agriculture, explique Marie-Ève Cyr.

Les deux couples l'un en face de l'autre.

Les propriétaires cédants, Roland Poirier et Lucie Bujold, à gauche, et les nouveaux propriétaires, Maxime Plante et Marie-Ève Cyr, à droite.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Ce transfert survient près de deux ans après le lancement en Gaspésie de L’ARTERRE, géré par la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) Gaspésie–Les Îles. La Ferme du Ruisseau Jaune est d’ailleurs la première entreprise gaspésienne à s’y être inscrite.

L’idée n’est pas de créer des jumelages à tout prix, mais bien de s’assurer de la pérennité des entreprises, selon Véronique Babin-Roussel, coordonnatrice pour L’ARTERRE en Gaspésie.

Ce qu'on veut, c’est de la relève sur le territoire. Si on peut trouver des entreprises qui sont prêtes à céder, qui ont réfléchi au fait d’avoir le travail d’une vie qui se perpétue, on est là pour les accompagner pour tout ça, explique-t-elle.

La Fédération de l’UPA Gaspésie-Les Îles espère que d’autres histoires se concluront d’aussi belle façon, surtout qu’un engouement pour le retour à la terre est constaté chez les jeunes depuis le début de la pandémie de COVID-19.

D’après un reportage de Roxanne Langlois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !