•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lutte contre la violence conjugale : l’aide financière de Québec bien accueillie en Mauricie

Une femme serre ses mains. On ne voit pas son visage.

Dix femmes ont été tuées par un homme depuis le début de l'année au Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Des regroupements de femmes de la Mauricie accueillent favorablement l'investissement de 223 millions de dollars du gouvernement provincial dans la lutte contre la violence conjugale au Québec.

Les maisons d’hébergement, qui pourront bénéficier de 92 millions de dollars supplémentaires, pourront notamment ajouter des places pour les femmes et leurs enfants dans leurs établissements et embaucher du personnel spécialisé pour soutenir les victimes de violence conjugale.

Ce financement additionnel va aussi permettre aux organismes de mieux se concerter avec leurs partenaires.

La prévention aussi est importante. Là, mon équipe jeunesse, je vais pouvoir ajouter des heures et on a déjà des collaborations avec des écoles de notre région. Donc, structurer davantage et offrir une meilleure offre de services aux écoles, souligne la directrice de la Séjournelle à Shawinigan, Denise Tremblay.

S’il y a une équipe de policiers dédiée à la violence conjugale et des procureurs dédiés à la violence conjugale, vous comprenez qu’on développe une expertise aussi. Des meilleures façons de travailler, poursuit-elle.

Geneviève Guilbault assise durant un point de presse.

La ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre Geneviève Guilbault.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault n’a pas voulu offrir de détails sur la formation des policiers sur cet enjeu, indiquant qu’une annonce ultérieure aura lieu à ce sujet.

À l’École nationale de police de Nicolet, une vingtaine d’heures de formation sont dispensées en lien avec la gestion de situation de violence conjugale.

L'ENPQ est située à Nicolet.

L'ENPQ est située à Nicolet.

Photo : Radio-Canada

Du côté de Trois-Rivières, le Service de police dit travailler à l’amélioration de la formation des policiers. La direction de la police veut être proactive dans la foulée des dix féminicides survenus au Québec depuis le début de l’année.

À l’heure actuelle, la police de Trois-Rivières indique déjà faire de la sensibilisation à la violence conjugale dans les communautés autochtones et les communautés culturelles avec l’aide de partenaires.

Avec les informations de Marc-Antoine Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !