•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un court métrage sur la réalité des nouveaux arrivants produit à l’école Mitchell-Montcalm

Juan Daniel Médina Unruh dans une salle de classe. Deux élèves sont assis à côté de lui.

Juan Daniel Médina Unruh (au centre), finissant de l'école Mitchell-Montcalm en 2020, a coordonné le court métrage « Atterrissage ».

Photo : Radio-Canada

Emy Lafortune

Ils viennent de la Côte d’Ivoire, du Brésil, du Mexique, de la Tanzanie, de l’Algérie, de la Syrie, de l'Afghanistan et du Venezuela. Dans Atterrissage, un court métrage coordonné par l'ancien élève de l’école secondaire Mitchell-Montcalm Juan Daniel Médina Unruh, de jeunes nouveaux arrivants parlent de leur réalité.

Le film a été réalisé en partenariat avec l’équipe de production Estrinema et avec l’aide de Marjorie Larouche, psychoéducatrice à l’école.

Juan Daniel Médina Unruh, âgé de 17 ans, étudie maintenant au cégep. Il explique avoir eu l’idée de commencer Atterrissage après avoir remarqué que certains de ses pairs trouvaient leur arrivée à Sherbrooke difficile.

Des gens à l’école venaient d’autres pays, et on voyait que dans des moments, ils étaient tristes. En parlant avec Marjorie, on a décidé d’essayer de développer de quoi qui peut les aider à se rendre compte qu’ils ne sont pas les seuls à avoir vécu des choses comme ça, et qu’ils vont réussir à s’intégrer, se souvient-il.

Il peut lui-même sympathiser avec ses collègues de classe, puisqu’il est arrivé du Honduras en 2017.

Quand j’ai vu ces personnes-là vivre toutes ces émotions-là, ça m’a rappelé moi-même quand j’étais arrivé, et j’ai pensé qu’on pouvait aider quelqu’un.

Une citation de :Juan Daniel Médina Unruh, qui a coordonné Atterrissage

Sensibiliser les élèves

La réalisation du film a été ralentie par la pandémie. Après plus d’un an et demi de travail, le court métrage a été présenté aux 1550 élèves de l’école Mitchell-Montcalm cette semaine pour lancer la semaine interculturelle de l’établissement.

Un des buts de ce court métrage là, c’était de sensibiliser nos élèves québécois. Pour eux, les élèves qui sont nés ici, ils voient les élèves d’une autre origine, mais n’ont aucune idée de ce par quoi ils ont passé pour vivre une intégration ici au Québec. Le but était de les sensibiliser pour qu’à leur tour, les Québécois facilitent l’intégration des élèves, explique Élaine Quintal, la directrice adjointe de l'école.

On voulait les toucher par ce film-là pour arriver à ce que tout le monde vive mieux ensemble.

Une citation de :Élaine Quintal, directrice adjointe de l'école Mitchell-Montcalm

Selon Juan Daniel Médina Unruh, le film a atteint son but.

J’ai reçu beaucoup de messages de la part de pas mal tout le monde, plein d’élèves qui me disaient que c’était une vraiment une bonne idée. [...] Il y a beaucoup de gens qui m'ont dit "wow, merci de m’avoir appris quelque chose que je ne savais pas."

Atterrissage a aussi mis un baume au cœur de certains élèves issus de l'immigration, souligne Marjorie Larouche.

Pour eux, ça a été une sorte de soulagement, bien que fort en émotions, de voir qu’ils n'étaient pas seuls, que le processus dans lequel ils sont est normal. Certains ont dit que ça les a soulagés d’entendre certaines réflexions qu’ils auraient aimé sortir eux-mêmes, remarque-t-elle.

C’était la première fois que Juan Daniel Médina Unruh s'impliquait dans un court métrage, mais le projet lui a donné la piqûre. Si ça peut aider d’autres gens, on pourrait en faire un autre! , conclut-il.

Élaine Quintal espère quant à elle que d’autres écoles utiliseront la vidéo pour lancer des discussions avec leurs élèves.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !