•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta cesse l’exploration du charbon dans les Rocheuses pendant ses consultations

Une photo aérienne de la mine où plusieurs camions à benne et tractopelles exploitent le minerai.

La mine de charbon Vista, près de Hinton, est à l'arrêt depuis le mois d'août 2020.

Photo : Bighorn mining

L’Alberta a décidé de suspendre les projets d’exploration de charbon dans les terres de catégorie 2 de la province. Ce moratoire demeurera en place au moins jusqu’à la fin des consultations publiques sur le charbon.

La province dit que cette décision répond aux préoccupations exprimées par les Albertains dans un sondage en ligne effectué par le gouvernement provincial.

Un examen initial [des résultats du sondage] démontre que beaucoup d’Albertains ont des inquiétudes importantes en ce qui concerne l’exploration du charbon, affirme la province dans un communiqué de presse.

La ministre albertaine de l’Énergie, Sonya Savage, affirme que la province a déjà pris contact avec les entreprises touchées par cette décision et que celles-ci ont accepté de cesser leurs activités temporairement.

Les terres de catégorie 2 sont des terres situées sur les pentes orientales des Rocheuses.

Elles ne sont pas protégées par des parcs nationaux ou provinciaux, et l'exploitation à ciel ouvert y a été interdite par la politique de 1976 sur le charbon, qui détermine les conditions d'extraction de charbon sur les pentes orientales des Rocheuses.

Nous avons entendu clairement qu’il est nécessaire de suspendre l’exploration dans les terres de catégorie 2 afin de nous assurer que le processus de consultations publiques puisse continuer en toute bonne foi, affirme le président du comité d’experts chargé de mener les consultations publiques sur la modernisation de la politique sur le charbon de l’Alberta, Ron Wallace, dans un communiqué.

Selon la province, près de 25 000 personnes ont participé au sondage en ligne entre le 29 mars et le 19 avril.

Les résultats préliminaires démontrent entre autres que l’impact environnemental et le choix des régions où ont lieu les projets d’exploration de charbon sont les sujets qui préoccupent le plus la population albertaine dans le développement d’une politique de charbon.

Le sondage révèle également qu’une majorité des participants considèrent qu'il n’est pas approprié d’exploiter le charbon dans certaines régions de la province, tandis que près du tiers pensent que certaines zones pourraient en faire l’objet.

Le message envoyé à la ministre Sonya Savage est clair : les Albertains ne veulent pas du charbon, affirme le politologue Duane Bratt, de l'Université Mount Royal de Calgary.

Élargissement du mandat

Ce mois-ci, l’omission des questions d’eau potable et de gestion du territoire dans les consultations publiques avait soulevé l’inquiétude de groupes d’opposants.

En conférence de presse, vendredi, Sonya Savage, a précisé que la population pourra faire part de toutes ses inquiétudes concernant l’impact de l’exploitation du charbon sur l’environnement.

Nous encourageons le public à exprimer son opinion au sujet du développement du charbon, a-t-elle affirmé. Nous n'empêcherons personne de communiquer ses inquiétude en matière d'environnement.

De son côté, l’opposition officielle a dit que le moratoire était un pas dans la bonne direction.

Le porte-parole de l'opposition néo-démocrate en matière d'environnement, Marlin Schmidt, demande cependant à la province de rendre publics les résultats du sondage et de modifier le mandat des consultations publiques afin d’y ajouter les questions de l’eau et du territoire.

Nous n’avons pas confiance en la ministre.

Une citation de :Marlin Schmidt, porte-parole de l'opposition néo-démocrate en matière d'environnement

Elle a annulé la politique sur le charbon de manière unilatérale sans consultations publiques. Si elle est sérieuse dans sa volonté d’entendre la population albertaine à propos de la question de l’eau et du territoire, qu’elle le mette par écrit.

Sonya Savage a finalement confirmé que des discussions sur la modernisation de la politique sur le charbon de la province auront également lieu entre le gouvernement et les Premières Nations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !