•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Revaloriser au lieu de jeter les résidus de production

Des mains tiennent des sous. Une plante y pousse.

De plus en plus d'entreprises de la région adhèrent au concept de l'économie circulaire.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Avec le projet Économie circulaire Saguenay-Lac-Saint-Jean, annoncé en conférence de presse virtuelle vendredi, le Centre québécois en développement durable (CQDD) souhaite faciliter le maillage entre diverses entreprises pour la revalorisation de résidus de production.

Un montant de 300 000 $ est alloué pour augmenter le nombre d'entreprises qui procèdent à ce type d'échange. De ce montant, 240 000 $ proviennent de RECYC-QUÉBEC et 60 000 $ de Rio Tinto.

Le directeur du Centre québécois en développement durable, Nicolas Gagnon, a fourni quelques exemples d’associations qui ont fait leurs preuves dans la région.

L’exemple de la microbrasserie Riverbend, qui va envoyer sa drêche à l’Orée des champs pour nourrir ses agneaux et qui va faire en sorte qu’au lieu d’être envoyée à l’enfouissement, elle sera réintroduite dans l’activité économique. On sait que Rio Tinto revalorise l’anhydrite, un résidu de production qui est envoyé pour fertiliser les champs des bleuetières , a-t-il expliqué.

Les Serres Toundra ont aussi implanté une boucle d’eau chaude pour récupérer les pertes de chaleur de l’usine de Produits forestiers Résolu à Saint-Félicien.

Le groupe Coderr, Alliage 02 et la Société d’aide au développement des collectivités (SADC) du Haut-Saguenay sont partenaires de l'initiative.

D'après les informations de Claude Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !