•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier vaccin candidat canadien examiné par Santé Canada

Medicago aimerait pouvoir commencer à distribuer des doses de son vaccin l’automne prochain.

Une seringue et un vaccin se font manipuler en laboratoire.

Medicago franchit une nouvelle étape dans l'approbation de son vaccin contre la COVID-19.

Photo : iStock

Kassandra Nadeau-Lamarche

Une autre étape a été franchie par la biopharmaceutique québécoise Medicago vers l’approbation de son vaccin contre la COVID-19. Santé Canada a accepté la première partie de la demande d'examen continu du vaccin candidat adjuvanté contre la COVID-19 produit sur plantes de Medicago.

En vertu d’un arrêté d’urgence du gouvernement fédéral, toute compagnie peut soumettre à l’évaluation un vaccin ou un médicament destiné à être utilisé dans le cadre de la pandémie de COVID-19. Cet arrêté permet aux sociétés biopharmaceutiques de soumettre à Santé Canada tous les renseignements sur la recherche à mesure qu’ils sont disponibles.

On commence déjà à soumettre à Santé Canada les données disponibles. L’objectif commun avec Santé Canada est de pouvoir accélérer la disponibilité du vaccin pour les Canadiens, explique le vice-président des opérations commerciales chez Medicago Nicolas Petit.

Nicolas Petit, vice-président des opérations commerciales chez Medicago, est en entrevue avec Radio-Canada.

Nicolas Petit est vice-président des opérations commerciales chez Medicago.

Photo : Radio-Canada

Selon l’arrêté, Santé Canada s’assure tout de même de l'innocuité, de l'efficacité et de la qualité des produits avant de les autoriser, et elle se donne la permission de retirer cette autorisation au besoin.

Medicago est la première société biopharmaceutique dont le siège social est au Canada à se rendre à l’étape de l'examen. Elle produit un vaccin sur plante avec un adjuvant.

Les doses sont fabriquées à Québec, ainsi que dans des installations de Raleigh-Durham en Caroline du Nord, aux États-Unis. Celles fabriquées aux États-Unis sont produites en vrac, puis sont acheminées au Canada pour être mises en bouteille.

Phase 3

Medicago poursuit actuellement les essais cliniques sur son vaccin candidat. Elle se trouve présentement à la troisième phase, et cherche à recruter 30 000 sujets dans une dizaine de pays pour participer à l’étude.

Nicolas Petit estime que cette phase se poursuivra jusqu’à la fin du printemps. Ensuite, nous allons collecter et analyser les données, les soumettre à Santé Canada et commencer le processus de revue, indique-t-il.

L'entreprise ne souhaite pas avancer de date exacte de réception de l’approbation du gouvernement canadien, mais son objectif serait de commencer à livrer les doses pendant le troisième trimestre de l’année.

En octobre dernier, Medicago a obtenu un contrat du gouvernement fédéral afin de produire 76 millions de doses de vaccins contre la COVID-19.

Une usine en construction en hiver.

Medicago bâtit une usine dans le secteur D'Estimauville de Québec.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Peu importe le déploiement de ce vaccin, la société biopharmaceutique croit à l’importance de poursuivre son travail. C'est aussi une responsabilité en tant qu'entreprise canadienne domestique avec une technologie innovante de se préparer et d'être un pilier solide pour la préparation des prochaines pandémies au Canada, ajoute Nicolas Petit.

Une usine est d’ailleurs en construction dans le secteur D’Estimauville à Québec et devrait être terminée en 2024.

Actuellement, trois vaccins candidats sont en processus d'examen par Santé Canada : celui de Medicago, celui de l’entreprise américaine Novavax et finalement celui de Pfizer-BioNTech qui est en examen pour usage pédiatrique chez les 12 à 15 ans.

Avec des informations de Louis Blouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !