•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

L'équilibre fragile entre retenir de l'information et risquer une fuite médiatique

Le ministre des Transports François Bonnardel.

Le ministre des Transports François Bonnardel

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

La Coalition avenir Québec (CAQ) s'entête à ne pas dévoiler les détails des projets de transport dans la capitale nationale, malgré les dernières révélations.

Le projet de desserte des banlieues du gouvernement de François Legault a été en partie dévoilé cette semaine. On parle d'un projet de 100 km de voies réservées sur les principales autoroutes de la capitale, aménagées au coût de 844 millions de dollars. Ces informations proviennent d'une fuite médiatique.

Une autre.

Il y a deux semaines, le conseil des ministres a donné son feu vert au projet de tramway sans avoir l'intention de l'annoncer publiquement. La nouvelle a été rendue publique à la suite de la réception d'informations privilégiées.

La stratégie de la CAQ est d'ignorer le contenu des fuites pour ne pas corroborer les informations divulguées dans les médias.

En attendant, elle laisse tout l'espace à ses opposants politiques, aux groupes environnementaux et aux experts qui suivent le dossier de près. Leurs perceptions pourraient nuire aux efforts de communication du gouvernement une fois le projet officiellement dévoilé.

La CAQ s'est défendue cette semaine d'être à l'origine de la fuite de son projet de desserte. L'information vient d'ailleurs.

Ce que cela veut dire, c'est que plusieurs personnes possèdent des informations, qu'elles circulent et que le gouvernement n'a pas le contrôle du message.

Vision globale

Le gouvernement promet une annonce en grande pompe dès que la crise sanitaire le permettra. Et elle ne concerne pas seulement le projet de tramway et celui de la desserte des banlieues.

Dans un communiqué diffusé la semaine dernière pour officialiser le décret du Conseil des ministres, le gouvernement affirme qu'il va tenir un point de presse en bonne et due forme et dévoiler, du même coup, la vision gouvernementale des transports dans la grande région de Québec.

Ce que cela sous-entend, c'est que la CAQ s'apprête à dévoiler tous ses projets de transports, dont le tunnel Québec-Lévis. Il s'agirait du plan qualifié de révolutionnaire par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, au sortir de sa rencontre avec le premier ministre Legault le mois dernier.

Une photo de Gilles Lehouillier.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a qualifié de « révolutionnaire » la vision gouvernementale des transports dans la grande région de Québec, au sortir de sa rencontre avec le premier ministre Legault le mois dernier.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Québec va donc annoncer des milliards d'investissements dans la capitale nationale d'un seul coup. C'est ce qui fait dire, dans l'entourage de la CAQ, qu'on ne pourra plus affirmer que la Ville de Québec est désavantagée en fait d'investissements par rapport à Montréal.

Couronne périphérique

Le projet de desserte de la CAQ soulève plusieurs questions par rapport au processus décisionnel. D'abord, ni le Réseau de transport de la Capitale (RTC) ni la Ville ne semblent avoir pris part à la réflexion.

Sur quelles données se base le gouvernement pour appuyer la construction de nouvelles voies d'autoroutes? Il a en main des données d'achalandage jamais rendues publiques.

Est-ce que ce projet sera présenté en consultations publiques pour que les premiers concernés puissent se prononcer ou seront-ils mis devant un fait accompli?

Est-ce que le projet sera soumis au processus d'évaluation environnementale? La loi prévoit qu'à partir de 2023 toute nouvelle route ou autoroute devra être évaluée automatiquement.

Comment ce nouveau réseau va-t-il s'intégrer dans la trame urbaine, particulièrement à l'entrée de la ville près du futur pôle d'échanges Saint-Roch?

Carte des tronçons de voies réservées sur le réseau routier de Québec.

De nouvelles voies réservées qui seront ajoutées sur les autoroutes Henri-IV, Robert-Bourassa, Laurentienne et Félix-Leclerc.

Photo : Radio-Canada

La Ville de Québec avait aussi un projet de desserte en périphérie. Il s'agissait d'un réseau de 54 kilomètres de voies réservées, aménagées par exemple sur l'accotement des principales autoroutes de la capitale. La Ville ne retranchait aucune voie actuelle de circulation aux automobilistes.

Le RTC avait évalué ces aménagements à 144 millions de dollars qu'il fallait ajouter à des investissements déjà prévus.

Il y a des similitudes dans les deux projets, mais les moyens ne sont pas les mêmes.

Tunnel Québec-Lévis

Actuellement, il n'y a que le projet de tunnel Québec-Lévis qui n'a pas fait l'objet de fuites médiatiques. Plus le gouvernement fera durer le suspense sur son grand projet de mobilité, plus le risque de fuite augmentera.

Si le passé est garant de l'avenir, il serait peut-être plus sage pour la CAQ de le rendre public plus tôt que tard.

Sinon, ça pourrait lui jouer des tours.

Encore.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !