•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les policiers « préoccupés » par l'application de l'interdiction de voyager en C.-B.

Un écusson de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

La Fédération de la police nationale (FPN) représente près de 7000 membres au pays.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Fédération de la police nationale (FPN) est préoccupée par « le manque de clarté persistant » dans l’application de l’interdiction de voyager en Colombie-Britannique et réclame sa place à la table des décisions.

Nous comprenons le besoin de la province de garantir la sécurité des collectivités face à cette pandémie continue et prolongée, note le président du syndicat qui représente près de 7000 membres, Brian Sauvé, dans un communiqué.

Mais, certains de nos membres s’opposent à cette proposition, car elle les expose à un risque de réaction publique négative, à des ambiguïtés juridiques et de possibles infections, en raison de la lenteur continue du déploiement de la vaccination pour la police dans la province.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Des points de contrôles stratégiques

Vendredi, la Colombie-Britannique a décrété l'interdiction de tout déplacement ou voyage non essentiel entre 3 différentes régions de la province jusqu’au 25 mai.

Les contrevenants s’exposent à une amende de 575 $, et les services de police procéderont à des contrôles routiers sur des lieux stratégiques, affirme le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth.

Les informations détaillées à ce sujet seront publiées la semaine prochaine, mais les contrôles routiers ne seront ni arbitraires ni aléatoires, précise-t-il. 

Il s'agit de blocages périodiques à des points stratégiques sur les frontières entre les régions.

De nombreuses voitures sont prises dans le trafic.

La Colombie-Britannique interdit tout déplacement ou voyage non essentiel entre les différentes régions de la province.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

La FPN demande un dialogue

La Fédération de la police nationale demande au gouvernement de s’engager dans un dialogue pour élaborer le nouveau règlement. On attend encore les détails, explique le porte-parole de la FPN, Fabrice de Dongo.

On espère faire pleinement partie de cette discussion-là, ajoute-t-il.

Si des cadres de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont été consultés par le gouvernement, selon M. de Dongo, la Fédération de la police nationale espère toujours une réponse de la province. On attend, dit-il.

Jeudi, la FPN a fait parvenir une lettre au ministre, Mike Farnworth, lui faisant part de l’opposition croissante de certains membres à cette directive.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !