•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick obligera les voyageurs à s’isoler à leurs frais à l’hôtel

« Si vous n'avez pas besoin de venir au Nouveau-Brunswick, ne venez pas. »

Blaine Higgs assis en conférence de presse.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, a annoncé de nouvelles mesures, le 23 avril 2021 à Fredericton.

Photo : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick a annoncé vendredi de nouvelles mesures concernant la quarantaine des voyageurs qui entrent dans la province, et celle des Néo-Brunswickois qui sont de retour après s’être déplacés ailleurs au Canada.

Toutes les personnes qui entrent au Nouveau-Brunswick pour des raisons jugées non essentielles devront s’isoler pendant un minimum de 7 jours dans un hôtel désigné par le gouvernement provincial.

L’hébergement sera aux frais de la personne en isolement. L’hôtel coûtera environ 200 $ par jour, a indiqué le premier ministre Blaine Higgs.

Si vous n'avez pas besoin de venir au Nouveau-Brunswick, ne venez pas.

Une citation de :Blaine Higgs, premier ministre

Au 5e jour de sa quarantaine, la personne isolée passera un test de dépistage de la COVID-19, et devrait recevoir le résultat à sa 7e journée. Si le résultat est négatif, cette personne pourra terminer sa période d'isolement de 14 jours à son domicile, à condition que personne d’autre n’y habite.

Sinon, la quarantaine se poursuivra à l’hôtel, toujours aux frais de la personne.

Une personne qui a voyagé serait donc obligée par le gouvernement provincial à payer de 1400 $ à 2800 $ pour son hébergement à son retour au Nouveau-Brunswick.

Un tableau avec quatre faits saillants des nouvelles mesures annoncées par le gouvernement.

De nouvelles règles de quarantaine entrent en vigueur le 24 avril 2021 au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Les gens qui contreviennent à ces règles s'exposent maintenant à une amende de 580,50 $. Le gouvernement a augmenté le montant des amendes, qui se situait auparavant à 292,50 $.

Ces exigences entrent en vigueur ce samedi à 23 h 59. Elles devraient être en place au moins jusqu’à la fin mai, selon le gouvernement.

Les personnes concernées devront respecter ces consignes, même si elles ont été vaccinées contre la COVID-19, dit le premier ministre.

Une femme aux cheveux blancs le visage couvert d'un masque est assise de côté sur un banc d'aéroport, les pieds appuyés sur ses bagages posés sur un autre banc.

Le Nouveau-Brunswick a annoncé de nouvelles exigences pour la quarantaine des gens qui reviennent au Nouveau-Brunswick à la suite d’un voyage d’agrément ou d’un voyage pour des raisons non essentielles.

Photo : Reuters / François Lenoir

Les hôtels désignés par la province seront situés à Moncton, Bathurst, Fredericton, Saint-Jean, Miramichi, Campbellton et Woodstock. Il n'y en a aucun dans les zones en confinement, a précisé Blaine Higgs.

Ils seront supervisés par la Croix-Rouge canadienne, qui apportera aux personnes en quarantaine leurs repas, veillera sur leurs besoins médicaux, et assurera la sécurité des lieux.

Peu importe les exigences du gouvernement fédéral en matière d'isolement après un voyage, une fois que vous entrez au Nouveau-Brunswick, vous devrez suivre ces exigences à la lettre, a averti Blaine Higgs.

M. Higgs a par ailleurs encouragé les snowbirds, ces résidents canadiens qui passent l’hiver dans des destinations plus chaudes, de rester en Floride un mois de plus s’ils le pouvaient plutôt que de rentrer au Nouveau-Brunswick.


Nouvelles règles pour les camionneurs et d'autres travailleurs

Le premier ministre a aussi annoncé de nouvelles exigences pour les travailleurs qui franchissent régulièrement la frontière provinciale.

Les travailleurs en rotation devront s’auto-isoler pendant 14 jours dès leur retour au Nouveau-Brunswick, et ce, peu importe leur statut d’immunisation.

S’ils choisissent de s’auto-isoler à la maison avec d’autres personnes, celles-ci doivent également s’isoler pendant 14 jours.

Un chauffeur de camion porant un masque d'hygiène est assis au volant.

Pour les camionneurs, de nouvelles règles sont en vigueur.

Photo : Reuters / Pascal Rossignol

Les camionneurs et autres travailleurs qui franchissent souvent la frontière devront s’isoler à leur domicile et ne pas en sortir, sauf à de rares exceptions.

Ils seront autorisés à sortir pour des besoins médicaux, et pour se procurer des biens essentiels. Dans ce dernier cas cependant, cela devra se faire sans contact, par exemple en récupérant une commande (curbside pickup). Après 14 jours, ils pourront reprendre leurs activités normales.

Les personnes qui partagent le foyer de ces travailleurs n’ont pas à s’isoler, mais Blaine Higgs les encourage néanmoins à limiter leurs allées et venues.

Ces nouvelles exigences devront être respectées, que le travailleur soit ou non vacciné contre la COVID-19.

Elles entrent en vigueur à 23 h 59 samedi et seront réévaluées chaque semaine, dit Blaine Higgs, mais on doit s’attendre à ce qu’elles demeurent en place jusqu’à la fin de mai.

Un camion sort du pont. En haut du pont, un tableau d'affichage numérique donne des informations sur la COVID-19.

Un camion entre au Nouveau-Brunswick après avoir emprunté le pont de la Confédération vers l'Île-du-Prince-Édouard le 3 juillet 2020.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc


Pas de retour en classe pour les élèves du secondaire

Le premier ministre Higgs a indiqué vendredi que les élèves des écoles secondaires ne retourneraient pas en classe à temps plein d’ici à la fin de leur année scolaire. Avec ce qui se passe autour de nous, ça n’avait tout simplement pas de sens, a-t-il dit.

Les classes en personne à temps plein pour tous ne vont reprendre qu'en septembre.

La province a aussi indiqué vendredi que les étudiants de niveau postsecondaire qui reviennent au Nouveau-Brunswick et toute personne qui les aide devront s’isoler dans un des hôtels désignés par le gouvernement. Dans ces cas, cependant, la province va payer pour l’hébergement et les dépenses connexes.


16 nouveaux cas, 13 patients hospitalisés

Jennifer Russell assise en conférence de presse.

La docteure Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, le 23 avril 2021.

Photo : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

La docteure Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, a annoncé vendredi la découverte de 16 nouveaux cas de COVID-19 à travers la province.

La santé publique recensait vendredi 148 cas actifs de la maladie à travers la province, dont 96 dans la région d'Edmundston, désignée comme la zone 4.

Treize personnes atteintes sont hospitalisées, dont cinq aux soins intensifs.

La province a confirmé le rétablissement de 14 autres personnes infectées par le virus.

Les nouveaux cas sont les suivants :

  • 8 cas dans la région de Bathurst qui sont tous liés à des voyages à l'extérieur de la province
  • 4 cas dans la région de Moncton, dont 3 sont liés à des voyages et 1 fait toujours l'objet d'une enquête
  • 2 cas dans la région de Saint-Jean qui sont tous liés à des voyages à l'extérieur de la province
  • 2 cas dans la région d'Edmundston qui sont liés à des cas déjà connus.

Treize des 16 nouveaux cas sont liés à des voyages, et 11 des personnes atteintes sont des travailleurs du Nouveau-Brunswick qui s’isolent présentement à l’extérieur de la province.

Deux des résultats positifs ont été obtenus par des personnes qui ont été en contact avec des gens que l’on savait déjà atteints. Un des nouveaux cas fait l’objet d’une enquête.

La province affirme que 1333 tests de dépistage ont été réalisés jeudi.

Au moins 22 000 Néo-Brunswickois ont reçu deux doses d’un vaccin contre la COVID-19.

Selon ce qu’a affirmé le premier ministre Higgs, vendredi, 31 % de la population néo-brunswickoise aurait reçu au moins une dose, et la province serait en mesure de vacciner de 6000 à 7000 personnes supplémentaires par jour.

Il s'est par ailleurs réjoui que davantage de camionneurs prennent rendez-vous pour recevoir le vaccin, et les a remerciés de le faire.

Malgré la nouvelle recommandation du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) d’abaisser à 30 ans l’âge pour recevoir le vaccin d’AstraZeneca contre la COVID-19, le Nouveau-Brunswick n’a pas l’intention de l’offrir aux moins de 55 ans.

La Dre Russell dit que la province n’a presque plus de doses d’AstraZeneca et ne pense pas en recevoir avant la fin mai.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.