•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Olymel paie ses employés 50 $ pour se faire vacciner à l'usine

L'usine Olymel de Vallée-Jonction.

L'usine Olymel de Vallée-Jonction

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

Des employés de l'usine Olymel de Vallée-Jonction peuvent obtenir 25 $ pour recevoir au travail une première dose du vaccin contre la COVID-19 aujourd'hui.

Le montant accordé est le même pour une deuxième dose, ce qui porte l'incitatif financier à 50 $ pour tous ceux qui sont volontaires.

Et les employés n'ont pas à aller bien loin, du moins pour recevoir leur première dose. Des équipes mobiles se sont rendues sur place vendredi matin dans le cadre de la nouvelle campagne de vaccination en entreprise dans la région de Chaudière-Appalaches, lourdement touchée par la pandémie ces dernières semaines.

On encourage nos employés à se faire vacciner en faisant de l'information, en les assistant s'ils ont de la difficulté à obtenir un rendez-vous, explique Richard Vigneault, porte-parole d'Olymel. Par exemple, s'ils veulent se faire vacciner ailleurs qu'à l'usine.

L'usine d'Olymel à Vallée-Jonction.

L'usine d'Olymel à Vallée-Jonction

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

On leur donne une incitation financière à recevoir deux doses du vaccin. Ça fait partie des efforts qu'on met en place. Vous savez qu'on n'a pas le droit d'obliger quelqu'un au Québec, nulle part, à se faire vacciner. Mais on les encourage fortement.

Une citation de :Richard Vigneault, porte-parole d'Olymel

Éclosion l'automne dernier

Olymel prend cette troisième vague au sérieux, assure la direction. D'autant plus qu'une éclosion est survenue l'automne dernier dans l'usine de Vallée-Jonction, engendrant 122 cas de COVID-19.

Il peut y avoir un cas ou deux dans certains établissements, mais il y en a très peu actuellement et on se croise des doigts. La situation est sous contrôle pour le moment. On travaille étroitement avec les autorités de santé publique, affirme M. Vigneault.

Ce matin, 70 employés dont la fonction est considérée comme essentielle par les autorités ont levé la main pour recevoir le vaccin.

On va procéder toute la journée. On s'attend à ce qu'au moins 70 personnes le reçoivent aujourd'hui et peut être davantage parce qu'ils peuvent s'inscrire tout au long de la journée, avertir leur superviseur et demander à recevoir le vaccin. C'est une très bonne base, se réjouit M. Vigneault.

D'autres incitatifs

Des entreprises ailleurs dans le monde offrent également toutes sortes d'incitatifs à leurs employés pour les encourager à se faire vacciner.

Chez Exceldor coopérative, où la vaccination est possible à l'usine de Saint-Anselme, la direction a décidé de permettre aux employés de prendre une heure payée pendant leur quart de travail pour se faire vacciner.

La Société de transport de Lévis (STL) offre notamment 100 $ à tous les employés qui se font vacciner, une fois qu'ils ont montré une preuve de leur deuxième dose.

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) a quant à lui décidé de ne pas offrir le même incitatif à ses employés. Le contexte opérationnel du RTC ne requiert pas une mesure exceptionnelle comme celle que la STL a mise en place auprès de ses employés pour les inciter à se faire vacciner en dehors de leur quart de travail, explique la porte-parole Stéphanie Gaudreau.

50 entreprises

Le CISSS assure que près de 50 entreprises auront eu la visite d'équipes de vaccination mobile.

Le CISSS de Chaudière-Appalaches limite maintenant le nombre d'entreprises admissibles en raison de la baisse du nombre de vaccins AstraZeneca.

La vaccination en entreprise a été offerte car nous avions des surplus de vaccins Astrazeneca et que la réponse des 55 ans à 79 ans était moins élevée que prévu dans nos centres de vaccination, explique le CISSS.

Étant donné l'élargissement de la vaccination aux personnes de 45 ans et plus, nous avons dû limiter le nombre d'entreprises visitées et annuler certains engagements afin de répondre aux besoins dans nos différentes cliniques de vaccination.

Avec la collaboration de Félix Morrissette-Beaulieu, Sébastien Tanguay et Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !