•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un haut taux de vaccination essentiel pour prévenir une 4e vague à l'automne

Une réouverture précoce au début de l'été sans avoir vacciné la majorité des Canadiens risque de provoquer une autre vague à l'automne, indiquent de nouveaux modèles de l'Agence de la santé publique du Canada.

Theresa Tam parle dans un micro lors d'un point de presse.

La Dre Theresa Tam et le Dr Howard Njoo de l'Agence de la santé publique du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Si les strictes mesures sanitaires commencent à avoir un impact sur la troisième vague au Canada, les autorités de santé publique avertissent qu'une nouvelle vague d'infections et d'hospitalisations est possible à l'automne si les Canadiens ne sont pas suffisamment vaccinés.

La troisième vague se poursuit à travers le pays. Le nombre moyen de cas au Canada est deux fois plus élevé que le mois dernier. La semaine dernière, on a déclaré en moyenne 8400 cas par jour au pays.

On remarque toutefois une baisse importante du nombre de cas chez les 80 ans et plus, signe que la campagne de vaccination dans ce groupe d'âge a un impact sur les taux d'infection.

Dans certaines provinces, particulièrement en Ontario et en Alberta, la situation est encore inquiétante et la multiplication des variants demeure préoccupante. Le contrôle du taux d’infection est très important. Une vigilance continue est nécessaire pour réagir rapidement et freiner la propagation des variants, dit le Dr Howard Njoo, administrateur en chef adjoint à l'Agence de la santé publique du Canada.

Les variants préoccupants représentent désormais plus de la moitié des cas de COVID-19 récemment déclarés au Canada.

Le nombre de personnes hospitalisées a plus que doublé depuis la fin mars. La semaine dernière, en moyenne, 4100 Canadiens étaient hospitalisés, dont 1200 aux soins intensifs. La plus forte hausse des hospitalisations est observée chez les 40 à 59 ans. Il s’agit d’un rappel qu'une forme grave de la maladie peut survenir dans toutes les tranches d'âge, dit le Dr Njoo.

Hospitalisations au Canada par tranches d'âge

Graphique montrant une hausse des hospitalisations par tranches d'âge.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Données sur les hospitalisations au Canada

Photo : Agence de la santé publique du Canada

Pour la première fois depuis de nombreuses semaines, la valeur Rt (rythme de transmission) nationale est tombée en dessous de 1, ce qui indique que les mesures de santé publique récemment imposées et l'accélération de la campagne de vaccination commencent à avoir un effet.

Les modélisations présentées vendredi suggèrent une augmentation plus lente des nouvelles infections, avec une légère accélération des décès au cours des prochaines semaines.

Si les provinces n’avaient pas récemment adopté des mesures sévères, le nombre de cas continuerait d’augmenter au-delà de 10 000 cas par jour en avril et mai.

La situation dans les prochaines semaines évoluera en fonction du respect des mesures de santé publique.

Si les Canadiens réduisent de 20 à 30 % le nombre de contacts, la situation commencera à se stabiliser, avec environ 7000 à 8000 nouvelles infections par jour pour le mois d’avril et de mai.

Si les mesures demeurent strictes et qu’on réduit les contacts de 40 %, le nombre de cas pourra diminuer à moins de 5000 cas par jour d’ici le début de mai.

Graphique montrant le nombre de nouvelles infections possibles selon différents scénarios.

En gris, le scénario si les provinces n'avaient pas imposé davantage de mesures. En mauve, la situation si les mesures sont respectées de façon modérée. Et en bleu, si les mesures sanitaires sont fortement respectées.

Photo : Agence de la santé publique du Canada

Sans une vaccination rapide et massive, une nouvelle vague pointe à l’horizon

Selon les modélisations, il sera possible de lever en partie les restrictions d’ici la fin juillet si suffisamment de personnes sont vaccinées.

Selon les modélisations, si 75 % des adultes ont reçu une première dose et que 20 % ont reçu deux doses, les restrictions pourraient être levées de façon graduelle sans avoir un impact sur le nombre de nouvelles infections et d’hospitalisations.

Par contre, si seulement 55 % de la population canadienne est vaccinée avec une première dose et qu’on lève les restrictions, il est fort probable que la capacité hospitalière sera largement dépassée lors d’une nouvelle vague à l'automne.

Scénario si l’acceptation de la première dose du vaccin est d’au moins 55 % chez les adultes

Graphique montrant une nouvelle vague à l'automne 2021.

La capacité des hôpitaux au Canada est estimée à 30 lits pour 100 000 habitants.

Photo : Agence de la santé publique du Canadaà

Rappelons que moins de 3 % des Canadiens ont reçu deux doses du vaccin contre la COVID-19. Environ 25 % ont reçu au moins une dose. 

Le Dr Njoo rappelle qu’il ne sera pas possible de lever toutes les mesures d’un coup et que les expériences d’autres pays soulignent la nécessité d’être vigilant. Au Royaume-Uni, où plus de 60 % de la population a reçu une première dose, les masques sont encore nécessaires dans de nombreux contextes, les rassemblements sont interdits et il est seulement possible de manger au restaurant à l’extérieur.

Par ailleurs, il réitère que le vaccin est très efficace, mais qu'il est crucial que les Canadiens reçoivent les deux doses.

Le vaccin est efficace à 60 % pour prévenir l’infection et à 80 % pour prévenir l’hospitalisation après une dose, et à 92 % pour prévenir l’infection et à 96 % pour prévenir l’hospitalisation après deux doses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !