•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une microbrasserie ontarienne se lance dans l’éducation à la petite enfance

Un enfant joue avec un pneu sous la surveillance d'une éducatrice.

La brasserie Sleeping Giant de Thunder a installé temporairement la garderie pour ses employés dans un bâtiment adjacent.

Photo : Avec la permission de la brasserie Sleeping Giant

Radio-Canada

La brasserie Sleeping Giant, à Thunder Bay dans le Nord de l'Ontario, se prépare à ouvrir cet été un centre pour offrir des services de garde d'enfants pour la communauté, après avoir ouvert sa propre garderie pour son personnel l'année dernière.

L’entreprise a lancé son service de garde interne l'automne dernier, non agréé pour l’instant, en réponse à un manque d'options pour le personnel en raison de la pandémie.

On a décidé que même si seulement un employé en avait besoin, on le ferait, raconte Andrea Mulligan, propriétaire de la brasserie.

Cinq employés de la brasserie ont profité du service jusqu’à maintenant.

La garderie, incorporée en tant qu’entreprise séparée de la brasserie, compte en ce moment trois employés.

Moins d'un an après avoir fait ce saut, l’entreprise est en voie d'ouvrir un établissement agréé qui offrira 39 places, explique Mme Mulligan

C'est sans aucun doute un projet qui nous passionne, ajoute la propriétaire de la brasserie Sleeping Giant, qui a une formation en éducation de la petite enfance.

Je vois l’importance d’une éducation à la petite enfance de qualité.

Une citation de :Andrea Mulligan, propriétaire de la brasserie Sleeping Giant

La brasserie avait déjà l'intention d'obtenir un jour une licence pour sa propre garderie et la pérenniser, mais qu'elle a saisi l'occasion d'ouvrir une deuxième garderie, parce que le besoin est là. Ce n’est pas seulement un besoin temporaire. Si on peut, on devrait le faire.

Un enfant tient la main d'un adulte dans une garderie.

Andrea Mulligan affirme que de voir les « bébés de la brasserie » s'épanouir dans la garderie non agréée a incité l'entreprise à lancer un établissement agréé distinct.

Photo : Avec la permission de la brasserie Sleeping Giant

Selon Andrea Mulligan, la brasserie Sleeping Giant est  en position de faire cela, de prendre ces risques, et nous avons également les connaissances, les personnes et les ressources derrière nous pour être en mesure de soutenir un projet comme celui-ci, et de le faire, espérons-le, assez rapidement. C'est donc assez excitant.

Elle espère que les places de garderies pourront être subventionnées. Des discussions en ce sens sont en cours avec le Conseil d’administration des services sociaux du district de Thunder Bay.

Le processus de délivrance de permis pour la nouvelle installation est en cours, a déclaré M. Mulligan, et un espace sur la rue Grey est en train d'être rénové pour accueillir l'installation, dans l'espoir de l'ouvrir d'ici le 1er juillet.

Le site Web du ministère de l'Éducation indique qu'en Ontario, les garderies comptant plus de cinq enfants doivent obtenir un permis. L'actuelle garderie interne de la brasserie se situe en dessous de ce seuil.

Andrea Mulligan réfléchit d’ailleurs déjà à l’ouverture d’une troisième garderie.

Un besoin national

En tant qu'entreprise locale qui a ressenti le besoin de répondre aux besoins en matière de garde d'enfants, Andrea Mulligan est heureuse de voir le gouvernement fédéral aborder cette question dans le budget présenté cette semaine.

Elle espère qu'Ottawa donnera suite à son projet de plan national de garde d'enfants.

C’est vraiment excitant, en tant que femme dans une industrie traditionnellement masculine et une mère qui travaille à temps plein de voir le gouvernement fédéral vraiment mettre l’accent là-dessus, confie Andrea Mulligan.

Bien que la pandémie ait exacerbé selon elle le besoin d'un meilleur soutien aux parents — et aux mères qui travaillent en particulier — elle répète que le problème existait depuis longtemps.

Je pense simplement qu'il est important de souligner qu'il y a un problème et que les femmes sont celles qui sont affectées négativement, devant rester à la maison, mettre leur carrière en pause.

Une citation de :Andrea Mulligan, propriétaire de la brasserie Sleeping Giant

Elle ajoute qu’elle souhaite que les garderies sans but lucratif profitent d’abord du plan du fédéral, avant les garderies privées comme celle qu’elle veut ouvrir.

L'annonce du fédéral a aussi été bien accueillie par l'Association des francophones du Nord-Ouest de l'Ontario (AFNOO), qui souhaite développer des garderies francophones dans les petites communautés de la région.

C'est vraiment une bonne nouvelle, affirme Leon Bila, agent en développement économique et marketing pour l'AFNOO chargé du projet en petite enfance.

Il croit notamment que les francophones de Red Lake pourraient profiter du plan national sur la garde d'enfants.

M. Bila espère entre autres que des fonds soient rendus disponibles pour la construction ou l'achat d'un espace pour ouvrir une garderie dans cette communauté.

Il souligne que les critères d'admissibilité devront être adaptés à la réalité des francophones en milieu minoritaire.

Avec les informations d'Amy Hadley de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !