•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Quand Jacques Villeneuve est devenu champion du monde de F1

Jacques Villeneuve se frayant un chemin parmi la foule et les médias à l'aéroport.

Jacques Villeneuve est accueilli en héros à son arrivée à l'aéroport de Montréal en novembre 1997 après avoir été sacré champion du monde de F1.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Vous souvenez-vous de la fièvre Jacques Villeneuve? Il y a 25 ans, le 28 avril 1996, le coureur automobile québécois remportait une première victoire de F1 en Allemagne. Un an plus tard, Jacques Villeneuve était sacré champion du monde des conducteurs de formule 1.

Le coureur automobile Jacques Villeneuve a gagné son premier Grand Prix de formule 1, annonce l’animatrice Christine Fournier au Téléjournal du 28 avril 1996.

Sur le podium du Grand Prix d’Europe, à Nürburgring, en Allemagne, l'hymne canadien retentit pour la première fois depuis juin 1981, moment où le père de Jacques Villeneuve a remporté son dernier Grand Prix.

Téléjournal, 28 avril 1996

Après Gilles Villeneuve père, c'est maintenant Jacques, le fils, qui est devenu la fierté de Berthierville, déclare le journaliste Marc Godbout, qui recueille les réactions de ses proches.

Le cœur palpite, exprime sa grand-mère Georgette Desmarais en regardant les images de la course. Elle se refuse cependant à toute comparaison entre les deux hommes, qui ont des talents différents.

Jacques Villeneuve a dominé du début jusqu'à la fin, souligne pour sa part le journaliste Marc Godbout, et ce, pour la première fois depuis qu'il a fait le saut dans la plus haute catégorie du sport automobile.

Téléjournal, 26 octobre 1997

La formule 1 a un nouveau héros

Une citation de :La correspondante Céline Galipeau

L’année suivante, à sa deuxième saison en F1, Jacques Villeneuve réussit l’exploit de remporter sept Grands Prix. Il donne ainsi au Canada son tout premier champion de formule 1.

Pour le Téléjournal du 26 octobre 1997, la correspondante Céline Galipeau est sur place au Grand Prix de formule 1 à Jerez, en Espagne, pour couvrir ce moment exaltant.

Jacques Villeneuve a aspergé ses amis de champagne pour célébrer une course époustouflante et un rêve devenu réalité : champion du monde.

Une citation de :La correspondante Céline Galipeau

Après être monté sur le podium, le coureur automobile célèbre avec ses mécaniciens qui ont revêtu des perruques blondes pour imiter ses cheveux décolorés.

Au Québec, de nombreux supporters de Jacques Villeneuve arborent également une chevelure blonde peroxydée.

Le journaliste Daniel Carrière va à la rencontre de partisans survoltés réunis notamment au Complexe Desjardins de Montréal, au Capitole de Québec et non loin du musée qui célèbre son père, à Berthierville.

C’est quelqu’un de Berthier, c’est quelqu’un de la famille.

Une citation de :Un supporter de Berthierville

Après deux ans en formule 1, une nouvelle légende est entrée dans le cœur des Québécois, observe le journaliste Daniel Carrière.

Téléjournal, 5 novembre 1997

Le 5 novembre 1997, le coureur automobile québécois revient en héros à Montréal.

La veille, les 12 000 laissez-passer pour sa conférence de presse au Centre Bell se sont envolés en moins de deux heures.

Jacques Villeneuve pouvait-il imaginer l'accueil exubérant que les Québécois lui ont fait?, déclare le chef d’antenne Bernard Derome au Téléjournal. Il n’y a pas de doute, Jacques Villeneuve, pour les gens d’ici, est bien plus qu’un champion!

Dans son reportage, la journaliste Maryse Gagnon décrit l’accueil triomphal qu’il reçoit de son arrivée à l’aéroport au Centre Bell de Montréal, où il est ovationné par une foule en délire durant sept minutes.

Le coureur automobile se dit touché et ému de toute cette attention.

Tout ce que je fais, c'est de conduire une auto rapidement, donc c'est vrai que c'est un peu surprenant, mais ça fait très chaud au cœur.

Une citation de :Le coureur automobile Jacques Villeneuve

Au cours de cette conférence de presse, il revient sur son expérience en F1, sa deuxième saison et les moments forts de sa dernière course.

Son plus grand regret? Le Grand Prix du Canada à Montréal qu’il a dû abandonner après avoir percuté un mur.

Si j'ai grandi en Europe, mes souches sont canadiennes et québécoises, et ça, ça ne changera jamais, déclare Jacques Villeneuve, soulevant les cris de son auditoire.

Entre sa première victoire et son titre de champion de F1, le coureur automobile est rapidement devenu une idole, sans rien à envier aux plus grandes vedettes du rock.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.