•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Itinérance : le bilan de la mairesse sortante sous les projecteurs à Moncton

Il pousse un panier d'épicerie rempli de couvertures et de vêtements.

Un homme quitte les lieux d'un campement de fortune démantelé à Moncton (archives).

Photo : CBC/Shane Magee

Les deux candidats à la mairie de Moncton, Dawn Arnold et Erik Gingles, s’entendent pour dire qu’il faut résoudre le casse-tête de l’itinérance. Ils n’abordent cependant pas tout à fait cet enjeu complexe de la même manière.

Le nombre de personnes sans logement est en hausse dans la métropole du Sud-Est. Il est difficile de compter les personnes en situation d’itinérance, mais on estime qu'elles sont de 100 à 300. Elles dorment dans les parcs, dans les refuges du centre-ville ou dans des camps de fortune.

La mairesse sortante, Dawn Arnold, défend son bilan. Elle affirme qu’elle n’a pas chômé dans ce dossier chaud.

La mairesse sortante de Moncton, Dawn Arnold

La mairesse sortante de Moncton, Dawn Arnold

Photo : Radio-Canada

Je suis tellement contente avec Marée montante et l'investissement que le conseil municipal a fait dans cette initiative ; six millions de dollars au cours des trois prochaines années, dit-elle.

L’année dernière, le conseil municipal a en effet accepté de participer au financement du projet de l’organisme Marée montante.

Ce projet va permettre l’achat de maisons délabrées et les rénover pour créer des logements abordables pour 125 personnes sans-abris. Le gouvernement provincial et le gouvernement fédéral vont aussi mettre la main à la pâte.

C’est incroyable. Mais ce n’est pas tout. Ce ne sont pas seulement des unités abordables, il va aussi y avoir des services pour les individus, pour la santé mentale et les dépendances, affirme la mairesse sortante.

Dawn Arnold ajoute qu’une évaluation des investissements sociaux est en cours à Moncton afin de déterminer où va l’argent et à quoi il sert au juste. Cet état des lieux devrait permettre de mieux épauler les plus vulnérables, dont les personnes en situation d’itinérance, selon elle.

Un homme en entrevue

L’entrepreneur Erik Gingles est candidat à la mairie de Moncton

Photo : Radio-Canada

L’autre candidat dans la course à la mairie, l’entrepreneur Erik Gingles, salue le projet Marée montante.

C’est une initiative fantastique, dit-il.

Mais il croit qu’il faudrait y apporter des ajustements. Par exemple, il va y avoir quinze résidents par travailleur de soutien. Un ratio beaucoup trop élevé, selon Erik Gingles.

Si vous avez des personnes avec des problèmes de santé mentale ou qui ont des défis, ce n’est pas beaucoup. J’aimerais que ce nombre de travailleurs de soutien soit doublé ou triplé, affirme-t-il.

Il pense qu’il serait possible de diminuer le nombre de logements initiaux afin d’augmenter le nombre de travailleurs de soutien.

Lorsque les gens verront que ça fonctionne, ça va attirer d’autres fonds. Si on vise trop gros et trop rapidement, ça va être difficile.

Un homme est étendu près d'une route.

Une personne sans abri dort le long d'une route à Moncton en mars 2021.

Photo : Autre banques d'images / Guy Leblanc

Erik Gingles critique par ailleurs le bilan de la mairesse sortante et de la plupart des autres membres du conseil municipal. Il leur reproche de ne pas en avoir fait assez dans le dossier de l’itinérance.

Ce que j’ai trouvé décevant avec la majorité du conseil – mais pas tous – c’est leur manque de volonté de vraiment reprendre le flambeau et de s’attaquer à ce problème.  [...] J’aurais voulu voir beaucoup plus d’action plus tôt.

Il croit que la Ville de Moncton doit investir davantage et mieux financer les services de première ligne. Selon lui, le conseil municipal ne doit pas s’en laver les mains parce que le logement et les services sociaux sont de responsabilité fédérale et provinciale.

Techniquement, c’est en effet le cas. Et je comprends ça. Mais nous ne pouvons pas continuer à nous tourner vers la province et leur dire "venez nous sauver".

Dawn Arnold ne cache pas sa surprise face à ces critiques.

Nous sommes la seule municipalité de tout le pays qui a fait un investissement comme ça. On parle de six millions de dollars pour quelque chose qui n’est pas notre responsabilité!

Des objectifs ambitieux

La mairesse sortante de Moncton s’est fixé un objectif ambitieux; résoudre le casse-tête de l’itinérance d’ici 2023. À ses yeux, cela voudrait dire avoir les ressources nécessaires pour loger rapidement les personnes sans-abri.

Erik Gingles trouve qu’il s’agit d’un objectif louable, mais irréaliste.

Je suis un entrepreneur. J’ai une entreprise de marketing. Et je pense que la pire chose que vous pouvez faire, c’est de faire de grandes promesses à un client et de ne pas livrer la marchandise. Je préfère faire des promesses plus modestes et dépasser les attentes.

Ce à quoi Dawn Arnold répond qu’elle préfère viser haut.

On a besoin d’une vision. On a besoin de buts. Sans but, on ne peut rien accomplir. Pour moi, la politique fonctionnelle de zéro sans-abri, c’est un but que nous pouvons atteindre.

Je sais qu’il y a beaucoup de monde qui s’occupe de ce sujet à Moncton. Et je suis convaincue que nous pouvons trouver une solution "faite à Moncton".

bannière élections municipales nouveau-brunswick 2021

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !