•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Téléconsultation : le Collège des médecins rappelle à l’ordre les médecins de famille

Haut de corps d'un médecin portant un stéthoscope autour du cou.

Des médecins de famille sont montrés du doigt pour diriger des patients aux urgences sans les avoir vus.

Photo : Radio-Canada / David Donnelly

Coup sur coup, de nombreux drapeaux jaunes ont été levés ces dernières semaines afin de recadrer le recours excessif à la téléconsultation. Trop de patients sont dirigés aux urgences sans avoir été vus par leur médecin de famille.

Or, en coulisse, le Regroupement des chefs d’urgences du Québec, le Collège des médecins du Québec et même la sous-ministre adjointe au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) s’activent également depuis plusieurs semaines à faire passer ce message aux médecins de famille : assurez-vous de voir en personne la majorité de vos patients.

Selon des documents obtenus par Radio-Canada, le Regroupement des chefs d’urgences du Québec est l’un de ceux qui ont lancé le bal le 17 mars dernier en s’adressant aux responsables régionaux des médecins de famille.

Nous observons un nombre important d’usagers référés à l’urgence sans avoir été examinés par leur médecin. [...] Des usagers avec des conditions bénignes ou non urgentes qui auraient pu être adéquatement adressées par une évaluation en personne sont dirigés à l’urgence, écrivent les auteurs.

Selon les chefs d’urgence, ce type de référence est un phénomène nouveau qui est apparu dans la dernière année. Or, à ce stade-ci de la pandémie, nous croyons que ça ne devrait plus arriver.

Selon les données obtenues auprès de la RAMQ, plus de 40 % des services rendus par les omnipraticiens d’avril à décembre 2020 l’ont été par téléconsultations.

Quant au Collège des médecins du Québec, son président Mauril Gaudreault soutient qu’il y a peut-être une utilisation trop grande et plus ou moins appropriée de cette nouvelle technologie.

Portrait de Mauril Gaudreault.

Mauril Gaudreault, président du Collège des médecins du Québec

Photo : Radio-Canada

Selon le Dr Gaudreault, on ne peut pas faire n’importe quoi avec la téléconsultation et, encore là, je me répète, la majorité des situations nécessitent un examen physique avec une rencontre en présentiel.

Sur le terrain, le Dr Gilbert Boucher de l'Association des spécialistes en médecine d'urgence du Québec affirme qu’au lieu d'avoir 120-130 patients [à l’urgence], on va monter ça à 145-150, et c'est 20 patients de trop qui auraient pu facilement être vus en première ligne.

Selon le président de l’Association, on veut que les médecins [de famille] voient leurs patients, parce qu'en ce moment à l'urgence un patient de plus c'est un patient qui va attendre 12 heures sans avoir vu un médecin parce qu'on est à pleine capacité.

Portrait du Dr Gilbert Boucher.

Dr Gilbert Boucher, président de l'Association des spécialistes en médecine d'urgence du Québec

Photo : Radio-Canada

À Laval, le chef du Département régional de médecine générale, le Dr Jacques Blais, partageait d’ailleurs ce message avec tous les médecins de famille de la région la semaine dernière.

Plusieurs médecins travaillant en GMF et à l’urgence ont souligné devoir traiter des usagers référés par des médecins travaillant uniquement en téléconsultation pour un examen physique requis à la suite de celle-ci. Cette façon de faire crée une double consultation pour un même client et alourdit considérablement la tâche des médecins qui font des consultations en présentiel.

Selon le Dr Jacques Blais, le télétravail est sûrement utile pour traiter la clientèle, mais vous devez réserver une partie de vos activités cliniques pour voir en présence ceux qui nécessitent un examen physique ou tout simplement les patients qui désirent une visite en personne.

Ce dernier ajoute qu’il n’y a donc plus de raison de référer pour un examen physique, d’autant plus que tous les médecins ont reçu une première dose du vaccin et que les éclosions de la COVID-19 dans les cliniques médicales froides [...] sont anecdotiques.

Réaction de la FMOQ

À la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le médecin de famille et deuxième vice-président de la Fédération, Sylvain Dion, admet que pour plusieurs médecins, il demeure encore des inquiétudes quant à attraper la COVID.

Ce dernier reconnaît que le patient qui veut rencontrer son médecin de famille doit être capable de le voir. Autrement, précise le Dr Dion, le médecin doit s'organiser pour que quelqu'un de son groupe de médecine le voie [...] et il est évident que ces patients-là ne doivent pas être orientés à l'urgence pour avoir un examen physique, ça ne respecte pas les normes de pratique.

Portrait du Dr Sylvain Dion.

Mise en garde devant un abus de télémédecine

Photo : Radio-Canada

Selon le Dr Dion, la téléconsultation, globalement, c'est un progrès et c'est évident qu'on pourra pas retourner en arrière.

Selon un courriel récent au réseau de la santé signé par la sous-ministre adjointe Lucie Opatrny, les téléconsultations devraient représenter significativement moins de la moitié de toutes les consultations médicales [...] un patient doit également pouvoir obtenir un rendez-vous en présentiel lorsqu’il en fait la demande.

Comme aime le rappeler le premier ministre François Legault à nouveau jeudi, il y a trop de patients dans les hôpitaux [...] il y a des cas là qu'on appelle P4, P5 qui devraient être traités en première ligne dans des cliniques privées ou des CLSC [...] c'est important de prendre tous les moyens pour que ces patients-là viennent pas engorger nos hôpitaux.

Selon les plus récentes données de la RAMQ, la rémunération globale moyenne des 9600 médecins omnipraticiens s’élevait en 2019 à 272 000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !