•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Augustin tient son épicerie à bout de bras

Le comptoir d'une épicerie

La municipalité de Saint-Augustin assure le bon fonctionnement de l'épicerie du village depuis près d'un an.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

La municipalité de Saint-Augustin au Lac-Saint-Jean tente, depuis des années, de freiner sa dévitalisation. Pour y arriver, elle a mis en place divers projets, dont celui de maintenir l'unique épicerie du village.

Saint-Augustin a donné une ultime chance, l'an dernier, à l'épicerie qu'elle exploite depuis des années. Au fil des ans, la municipalité y a injecté plus de 100 000 $. La version améliorée de l’épicerie Notre petit marché est né en juin.

Je pense qu'il y a eu de la diversité dans l'offre. Les mets cuisinés et les congés de souper sont des choses que les gens ont beaucoup appréciées. On a commencé ça en juin l'année dernière. Les mois d'été ont été achalandés. On se rend compte qu'à l'automne, autour de la période de la chasse, il y a eu une baisse de l'achalandage, témoigne le conseiller municipal, René St-Pierre.

Une cuisinière prépare des galettes

Les plats à emporter sont très populaires à l'épicerie de Saint-Augustin.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Les derniers mois auront permis d'évaluer la fréquentation du commerce. L'équipe en place a également pu analyser les produits et les services qui sont populaires auprès de la clientèle.

Certains changements ont été apportés au cours de la dernière année. La Corporation de développement économique et communautaire de la municipalité continue de rechercher la formule idéale. Elle poursuit la démarche en évaluant ses activités de semaine en semaine.

Nos personnes plus âgées ont besoin de faire un peu plus d'épicerie. Ils ont ce service ici. On a beaucoup de jeunes familles qui travaillent à l'extérieur. Pour eux, le besoin c'est peut-être plus dépanneur qu'épicerie. On essaye de trouver un concept qui fera que tout le monde va retrouver ce dont il a besoin et qui permettra de maintenir le service , explique l’élu qui est également président de la corporation.

Force est d’admettre que la pérennité du commerce est directement reliée à l’engagement des citoyens.

Je pense que depuis un mois ou deux, ils ont vu qu'il fallait qu'ils s'en occupent, qu'ils l'encouragent. Sinon, on ne pourra pas la garder en dépensant des sommes provenant de nos taxes. Je pense qu'on est parti sur la bonne voie , témoigne le maire de la municipalité d’environ 350 habitants, Philippe Lapointe.

Un homme pose dans une épicerie

Le maire de Saint-Augustin, Philippe Lapointe, rappelle que le succès de l'épicerie dépend de la participation des citoyens.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Le maire rappelle que tous les achats effectués à l'épicerie sont importants à sa survie. Faire l'impossible pour acheter tout ce qu'on peut acheter ici, tu comprends. D'abord, ce n’est pas beaucoup plus cher qu'en ville , ajoute-t-il.

Une cliente rencontrée sur place abonde dans le même sens. Si tu dis, ben là, c'est un peu plus cher, le pain ou des choses comme ça. Tu te dis que si tu allais le chercher aller-retour ailleurs, ça revient au même. C'est vraiment important d'encourager notre milieu, mentionne Karen Brassard.

Avenir assuré à court terme

Le maire de Saint-Augustin, Philippe Lapointe, se fait encourageant. Le commerce sera, au minimum, ouvert pour la prochaine année.

Il y a eu des changements apportés pour faire une autre année, sûrement. Après ça on verra. Normalement, ça devrait continuer. On a besoin de l'épicerie pour nos jeunes familles, pour nos personnes âgées , conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !